Deux mots du livret

Par Stéphane Longeot | jeu 23 Février 2017 | Imprimer

On reproche bien souvent aux livrets d’opéra leur pauvreté. C’est manquer la pensée prise en charge par la musique. Les compositeurs pensent « en musicien » et l’intelligence d’un opéra n’apparaît qu’à celui qui l’écoute. L’art lyrique est intelligence sensible.

Ce dossier propose en ce sens lectures et interprétations stimulantes des mots du livret afin de mettre en lumière et de célébrer la pensée musicale et l’intelligence des voix à l’opéra.