Logo
:
Operas
 

     
Critiques

Classement Par Ville

Classement Par Compositeur

Classement Par Oeuvre

OPERAS

02-04-2012

Mamma, quel concerto è generoso!



Mamma, quel concerto è generoso
par Cédric Manuel 

Facebooker



"Indigeste !" maugréeront sans doute les nombreux amateurs d'art lyrique qui regardent Cavalleria rusticana, ce manifeste du verismo -même au corps défendant, a posteriori, de Mascagni-avec méfiance ou même dégoût, accablés de plaintes, voire de cris, de sanglots et de fureur, écrasés par les tuttis orchestraux et les chœurs époumonés.
 
Indigeste ? Voire ! Créé à Rome il y a presque 122 ans à quelques encablures du concert donné ce 2 avril, Cavalleria rusticana est une tragédie, faite de sentiments exacerbés et d'honneur bafoué, de femmes éplorées et de duel à mort. C'est un opéra à fleur de peau, impulsif, violent, désespéré. La jalousie y est morbide et la prière sacrée; l'amour et la haine se toisent jusqu'à se confondre jusqu'à l'ultime rire sardonique et implacable de l'orchestre. Indigeste, il vous resterait sur l'estomac alors qu'il vous prend à la gorge et ne vous lâche qu'avec le cadavre invisible de Turiddu.
 
Pour trois soirées, l'Académie nationale de Sainte-Cécile, institution romaine portée au plus haut niveau par son chef titulaire actuel, Antonio Pappano, a programmé cet opéra pour la première fois dans une version de concert donnée à l'auditorium Parco della Musica, le complexe lunaire dessiné par Renzo Piano. Pour l'occasion, l'institution romaine ne s'est pas privée de convier une distribution de haute volée.
 
Formée à l'académie de Sainte-Cécile, Marta Vulpi campe une Lola détestable à souhait, qui trousse correctement son air "Fior di giaggolo", sans rendre inoubliable ce qui ne l'est pas.
 
La Mamma Lucia d'Elena Zilio offre une voix impressionnante de projection et de puissance, à la diction parfaite, malgré quelques accents rauques un peu déroutants. Elle esquisse de quelques gestes simples le portrait d'une mère digne tour à tour outragée et pétrie d'angoisse pour son fils.
 
Dès son entrée en scène, Roberto Frontali apporte une grande autorité à son Alfio. Le baryton déploie sa voix tranchante au timbre séduisant, à laquelle on pourra reprocher -comme à son rival ténor- de ne pas trop chercher la nuance, tout en saluant, là encore, une diction irréprochable.
 
Otello très emporté à la scène, où il lui arrive d'en faire un peu trop, Alexandre Antonenko campe un Turiddu des plus sonores, dont la voix convient parfaitement au rôle qu'il domine sans la moindre faiblesse dans l'émission ni dans la diction, ni même dans le jeu que la petite portion de plateau laissée libre à l'avant-scène pour les aller et venues des personnages permet de déployer quelque peu. On peut cependant regretter -mais d'aucuns accuseront l'œuvre elle-même- qu'il chante à peu près tout de la même façon, sans s'encombrer de nuances ("Santuzza credimi" n'en offre pas davantage que le merveilleux "Mamma, quel vino è generoso", qui remporte pourtant les suffrages tant le ténor s'y montre à son aise techniquement, mais toujours aussi glacial et monolithique).
 
Ce n'est certes pas la première fois que le rôle de Santuzza est confié à un mezzo-soprano : Stignani, Simionato, Obraztsova ou Cossotto -excusez du peu- ont précédé Luciana d'Intino, que l'on connaît davantage dans Azucena ou Eboli, mais qui a déjà chanté le rôle de la jeune épouse trompée à Milan et Barcelone. Très assurée, la voix, aux graves saisissants, ne manque ni de puissance ni, elle, de nuances sur toute la tessiture, parvenant à dessiner malgré une gestuelle empruntée, un portrait émouvant de cette femme humiliée dont la prière, magnifiquement accompagnée par le chœur, restera un grand moment de la soirée.
 
Précisément, le chœur de l'Académie nationale est tout simplement irréprochable, de bout en bout.
 
James Conlon est un invité régulier de l'académie depuis plus de 30 ans. Sachant éviter les facilités de la partition, c'est un véritable tableau symphonique qu'il brosse à la tête d'un orchestre aux sonorités tour à tous soyeuses (merveilleuses cordes dans le prélude et le fameux intermezzo) et tranchantes (cuivres nets et précis, percussions dosées avec soin), protagoniste implacable du drame auquel Conlon insuffle ce qu'il faut de théâtre pour qu'on en oublie presque l'absence de mise en scène. Doit-on rappeler ici combien l’Américain est un très grand chef d'opéra comme il l'a tant de fois montré pendant les 9 ans qu'il a passés à l'opéra national de Paris ?
 
Quoi qu'on puisse penser de cette œuvre, de son orchestration, de ses mélodies et de ses prétendues facilités, comment en nier la redoutable efficacité dramatique, qui n’est quand même pas la moindre qualité que l’on attend d’un ouvrage lyrique ? Comment qualifier un spectacle qui touche ainsi au cœur ? Beau, tout simplement beau.
Pietro MASCAGNI
 
Cavalleria rusticana
Opéra en un acte
Livret de Giovanni Targioni-Tozzetti et Guido Menasci
tiré des "Scènes populaires" de Giovanni Verga
 
(version de concert)


© DR

 
Santuzza
Luciana d'Intino
Turiddu
Alexandre Antonenko
Mamma Lucia
Elena Zilio
Alfio
Roberto Frontali
Lola
Marta Vulpi
 
Orchestre et choeur de l'Académie nationale de Sainte-Cécile
Direction musicale
James Conlon
 
Auditorium Parco della Musica, sala Santa Cecilia, Roma, lundi 2 avril 2012, 21 h
Rome
Catégorie : SAISON 2011/2012
Posté par : forumopera

RSS Newsfeed