Cinq questions à Jessica Pratt

Par Laurent Bury | lun 15 Avril 2013 | Imprimer
Jessica Pratt sera bientôt Giulietta dans I Capuleti e i Montecchi à Reims. A cette occasion, la soprano britannique née en Australie, qui triomphait l'été dernier dans Ciro in Babilonia à Pesaro répond à nos cinq questions.
 
Vous avez suivi les cours de Renata Scotto : que vous a-t-elle appris ?
J’ai suivi pendant deux ans les masterclasses de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, à Rome, sous la direction de Renata Scotto. Elle m’a fait travailler le phrasé et l’interprétation, et ces classes m’ont offert mes premières occasions de chanter sur scène. Depuis cinq ans, je travaille ma technique et je prépare mes rôles avec Lella Cuberli, brillante interprète d’une bonne partie du répertoire où je débutE à présent, notamment une fabuleuse version d’I Capuleti e i Montecchi.
A Pesaro en 2012, vous êtes apparue beaucoup plus en forme dans Ciro in Babilonia que dans Adelaide di Borgogna l'année précédente. Appréciation subjective ou partagée ? 
J’ai pris pourtant beaucoup de plaisir à chanter tous les rôles rossiniens que j’ai interprétés. Mon préféré est Desdemona dans Otello, car j’adore cet opéra dans son intégralité et le rôle est très satisfaisant, sur le plan dramatique aussi bien que musical.
Votre récente Matilde (Guillaume Tell) au Pérou signifie-t-elle que vous allez bientôt vous tourner vers des rôles moins virtuoses ?
Pas du tout, j’ai beaucoup aimé chanter Matilde, qui marquait ma première collaboration avec Juan Diego Florez et dont je garde un souvenir merveilleux. En 2010, j’ai fait mes débuts en Juliette de Gounod, à la demande du maestro Daniel Oren, et en octobre dernier, en Donna Anna à Gênes (voir brève). Cette année, je chanterai même Musette, toujours sous la direction de Daniel Oren. Ces rôles viennent s’ajouter à mon répertoire, sans en modifier l’orientation.
Avec Giulietta à Reims, vous revenez en France où l’on ne vous avait plus entendu depuis avril 2009 (I Puritani à Toulon) : simple visite ou premier pas vers la conquête de Paris ?
Paris est l’une des plus belles villes du monde, l’une des rares qui soit vraiment à la hauteur de sa réputation. Pour des raisons personnelles, j’aimerais beaucoup y vivre quelques années. J’adore la France et j’espère pouvoir y chanter souvent, pas seulement à Paris, mais aussi dans les nombreuses maisons d’opéra importantes de votre pays.
Vous faites partie de la distribution de L’Africaine à Venise, fin 2013. Parlez-vous le français ?
L’Africaine sera mon quatrième opéra en français. Plus j’étudie votre langue, plus je la maîtrise, et j’espère que d’ici la fin de l’année je parlerai couramment le français. Je préparerai sinon ce rôle comme je le fais pour tous les autres, en étudiant le texte, le rythme et la musique tels qu’ils sont inscrits dans la partition. Je commence par apprendre seule, puis je rencontre mes pianistes, je présente le tout à Lella Cuberli et nous travaillons dessus ensemble. Je fais des recherches sur le personnage, je lis beaucoup sur l’époque à laquelle se situe l’œuvre ou je trouve des intrigues similaires dans des romans qui contribuent à stimuler mon imagination par rapport à cette situation particulière, et tout cela finit par nourrir ma prestation sur scène. En fait, la préparation de L’Africaine est déjà en cours, et le concepteur des costumes vient ce week-end à Côme pour en discuter et chercher des soieries avec moi. J’ai toujours beaucoup aimé les productions auxquelles j’ai participé à Venise, c’est une ville merveilleuse et La Fenice est une superbe maison d’opéra. Ce spectacle marquera l’ouverture de la saison, ainsi que le 150e anniversaire de la mort de Meyerbeer, il sera filmé et cette captation sera par la suite commercialisée en DVD ; c’est une production qui compte beaucoup pour moi et que j’attends avec impatience.
 
Pour tout savoir sur Jessica Pratt, rendez-vous sur son site, www.jessicapratt.org
I Capuleti e i Montecchi, Opéra de Reims, vendredi 3 mai à 20h30 et dimanche 5 mai à 14h30, renseignements sur le site de l'Opéra de Reims.
L'Africaine, Teatro La Fenice, du 23 novembre au 1er décembre 2013, renseignements sur le site de La Fenice
 
 
Propos traduits par Laurent Bury le 26 mars 2013
 
 
 
 
 
 
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.