La Chute de la Maison Usher de Debussy : les résurrections d’une œuvre inachevée

Par Brigitte Maroillat | jeu 25 Novembre 2021 | Imprimer

« Je rêve de poèmes qui ne condamnent pas à perpétuer des actes longs, pensants ; qui me fournissent des scènes mobiles, diverses par les lieux et le caractère ; où les personnages ne discutent pas, mais subissent la vie et le sort »
Claude Debussy 

Les œuvres inachevées sont comme des rêves suspendus auxquels on espère redonner souffle de vie en trouvant la terminaison adéquate qui les conduira vers le public. La chute de la Maison Usher de Debussy, tout comme l’Opéra perdu de Lili Boulanger, n’a pas échappé à cette frénésie de la recherche perpétuelle de la fin idéale, une quête d’autant plus passionnante que l’œuvre est tirée d’une des nouvelles intrigantes, lugubres et inquiétantes d’Edgard Allan Poe. Plusieurs compositeurs et orchestrateurs se sont essayés à l’exercice avec plus ou moins de réussite. Après la tentative de Carolyn Abbate, orchestrée par Robert Kyr, qui fut représentée à l’Université de Yale le 25 février 1977, les résurrections se sont succédé sur des commandes passées par les maisons d’opéra. Ainsi, la version du compositeur chilien, Juan Allende-Blin, fut montée au Staatsoper Unter den Linden, le 5 octobre 1979, sous la baguette de Jesús López-Cobos avec le baryton Jean-Philippe Lafont dans le rôle de Roderick Usher. Peu après, la même version est enregistrée pour EMI (avec une réédition ultérieure chez Erato) sous la direction de Georges Prêtre, toujours avec Jean Philippe Lafont en Usher, François Le Roux en médecin, Christine Barbaux en lady Madeline et Pierre-Yves le Maigat en ami d’Usher qui ne dure qu’une vingtaine de minutes, la version la plus fidèle du travail de Debussy.

L’œuvre est ensuite réapparue dans une recomposition pastiche d’un musicologue, Robert Orledge, donnée à l’Opera de Cardiff en 2014 et qui fit ensuite l’objet d’un enregistrement au disque réunissant également l’autre œuvre debussienne tiré de Poe : Le Beffroi du Diable chez Pan Classics en 2016. Dans cette dernière tentative de résurrection d'une durée de 50 minutes (ce qui en dit long sur les ajouts à la partition originale), La Chute de la Maison Usher se pare d’une espèce de « style néo-Pélleas », mais sans le génie de Debussy. Les orchestrations sont appliquées et scolaires. Mais ce n’est rien à côté du traitement réservé au Diable dans le Beffroi, l’autre adaptation de Poe, elle aussi objet de la frénésie recréative, dont on ne capte rien de debussien, dans un exercice de style aux lignes vocales mal ficelées. Dès lors se pose ici la question de l’intérêt de ces recréations dramatiquement académiques. Existent-elles pour donner une chance au public de découvrir des œuvres ou est-ce l’occasion pour certains musicologues de satisfaire leur égo?  Quand on écoute les productions existantes, l’interrogation est légitime.

L’univers à la fois poétique et inquiétant de Poe exerçait une fascination sur Debussy qui a toujours souhaité pouvoir adapter les nouvelles du poète américain bien avant Pelléas et Melisande ,tiré du non moins mystérieux univers de Maeterlinck. Debussy est fasciné pas ce théâtre de l’angoisse, dont la scène des souterrains de Pelléas nous offre bientôt un intéressant écho. Quinze ans plus tard, le long épisode Pelléas et Mélisande clos, Debussy confie à son éditeur Jacques Durand : « Tous ces derniers jours, j’ai beaucoup  travaillé à la Chute de la Maison Usher. C’est un excellent moyen d’affermir les nerfs contre toute espèce de terreur. » En 1908, Pelléas est présenté au Manhattan Opera House  ce qui amène son institution rivale, le Metropolitan Opera, à contacter le compositeur et imaginer avec lui une sorte de double-bill autour d’Edgar Poe, fait sur mesure pour le public américain. Cette double affiche devait associer à l’angoissante mélancolie de La Chute de la maison Usher publiée dans les Nouvelles histoires extraordinaires, telles que Charles Baudelaire les avait rassemblées en 1857, un versant comique par l’adaptation debussienne de la nouvelle Le Diable dans le beffroi. A ces deux opéras de poche qui ne devaient pas dépasser la demi-heure,  pour la saison 1911-1912, devait s’ajouter un projet autour de Tristan.

Très vite, Debussy abandonne le Diable dans le beffroi, sur l’adaptation duquel il peine sans grande inspiration. En revanche, il lutte pour finir La Chute de la Maison Usher, et se jette tout entier dans le destin des personnages au point de s’identifier à Roderick Usher pour lequel il a écrit un monologue « triste à faire pleurer les pierres ». Selon Robert Orledge, « Debussy commença de plus en plus à s'identifier à Roderick Usher, dont les troubles psychiques étaient associés par Poe à l'écroulement de la maison elle-même ». Le compositeur pense alors être sujet à la neurasthénie. C’est en réalité d’un cancer du colon qu’il est atteint. Pourtant viscéralement habité par le sujet, Debussy peine sur l’ouvrage. Il se confie à Ernest Chausson . « J’ai beau faire, je n’arrive pas à dérider la tristesse de mon paysage : parfois mes journées sont fuligineuses, sombres et muettes comme celles d’un héros d’Edgar Allan Poe. » Il écrit trois versions du livret mais musicalement Il ne parvient qu’à produire une réduction piano pour la première scène et une partie de la seconde en 1916–1917. Il meurt en 1918 sans être parvenu à terminer cette œuvre qu’il avait pourtant chevillée à l’âme.

Aujourd’hui c’est au tour d’Olivier Dhénin et de sa compagnie Winterreise d’exhumer de son anonymat cet opéra fragmenté, inspiré de l’œuvre crépusculaire d’Edgar Alan Poe, qui rappelle tant le théâtre d’ombre et de mélancolie de Maeterlinck, son atmosphère gothique, son château lugubre dans une lande de brume et de mystère, peuplé de personnages évanescents, ombres d’eux-mêmes, plus défunts que vivants. L’œuvre sera présentée les 25 et 27 novembre 2021 dans un lieu unique, le Musée Henner. Cette programmation offre l’opportunité d’une nouvelle exploration de l’œuvre inachevée et d’un retour chronologique de sa genèse. C’est à partir de cette réduction piano, et de mélodies exclusivement de la main du compositeur, qu’Olivier Dhénin revient aux intentions de celui-ci, sans créer de nouveaux pant de partition. Il met également en lumière l’essence et l’atmosphère d’une œuvre musicalement crépusculaire, lugubre, voire sinistre, qu’il décrit comme « nimbée de mystère et d’oubli ». « Il nous reste de cette partition plusieurs pages qui nous permettent d’avoir une idée de ce que souhaitait Debussy. Par ailleurs les trois livrets écrits par le compositeur lui-même, conservés à la Bibliothèque Nationale de France montrent le cheminement intérieur que le compositeur avait projeté pour ses personnages  ».

Cette recréation s’appuie également sur les Préludes pour piano (« Brouillards », « Ce qu’a vu le vent d’Ouest »), composés à la même époque. Des mélodies méconnues du compositeur seront également ajoutées pour les monologues des personnages singuliers de ce théâtre d’ombre et de mélancolie. Le musée Henner, ancienne demeure IIIe Republique du Peintre Guillaume Dubuffe, devrait être un écrin idéal pour faire revivre, en plusieurs tableaux vivants, l’éclat du  roman gothique d’un huis clos familial tragique autour du piano d’Emmanuel Christien. Rendez-vous est donc pris pour le 27 novembre 2021.

Références bibliographiques :

Paul Holmes, Debussy, Omnibus, 1991.

Robert Orledge, Debussy and the Theatre, CUP, 1982.

Simon Tresize, The Cambridge Companion to Debussy, CUP, 2003.

Sélection discographique

La chute de la maison Usher, version parachevée de Juan Allende Blin ; Jean-Philippe Lafont (Roderick Usher), François Le Roux (le médecin), Christine Barbaux (Lady Madeline), Pierre-Yves le Maigat (l'ami), l'Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, sous la direction de Georges Prêtre, EMI, 1984.

 

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.