Mireille Larroche : « Tant que je pourrai rester fidèle à mon désir de découverte, je continuerai »

Par Laurent Bury | lun 19 Novembre 2012 | Imprimer


 
 
Mireille Larroche a beaucoup à dire au sujet de la Péniche Opéra, mais comme elle n’aime guère parler au passé, il est difficile de lui faire raconter l’histoire d’une compagnie qu’elle conçoit surtout au présent et au futur. L’interview qu’elle nous a accordée est néanmoins l’occasion de faire le point sur trente années de Péniche et d’opéra.
En 1982 fut créée la Compagnie d’Expression Musical et d’Opéra Vivant, en résidence à bord de ce qui prit alors le nom de Péniche Opéra, après avoir été d’abord consacré au théâtre parlé (la Péniche Théâtre avait été fondée en 1975 par Mireille Larroche et Jean-Paul Farré). « Au départ, tout cela est très lié à une aventure politique. C’est peu après 1981 que sont nées les quatre compagnies lyriques nationales qui existent encore aujourd’hui ». Rappelons que ces compagnies sont, outre la Péniche Opéra, l’ARCAL fondé par Christian Gangneron, Opéra Eclaté créé par Olivier Desbordes, et Justiniana de Charlotte Nessi. « La volonté de nos politiques, dans le cadre de l’aménagement du territoire, correspondait bien au projet que nous avions : aller à la rencontre d’un public qui ne va pas naturellement à l’opéra, qui se sent un peu exclu de ces belles maisons que sont les théâtres d’opéra. C’était une époque où l’aspect élitiste du genre était encore plus marqué. La situation a bien évolué, et nous n’y sommes pas tout à fait pour rien ». Dès 1988, ce sont deux péniches, et non plus une seule, qui accueillent ce nouveau public, la Péniche Adélaïde étant venue rejoindre son aînée. En 1982, les fondateurs de la Compagnie représentaient chacun un domaine de compétence : Mireille Larroche venait du théâtre, Pierre Danais défendait la création contemporaine, le ténor Ivan Matiakh le répertoire du XIXe - XXe siècle, et Béatrice Cramoix la musique ancienne.
« Nous avons toujours pris soin de ne pas enfermer la création contemporaine dans une sorte d’avant-garde. La création du XXe siècle devait toujours alterner avec le travail sur le répertoire. Enrichissement, dialogue, dédramatisation. La création d’aujourd’hui est le répertoire de demain. Nous voulions nourrir notre lecture du répertoire avec des préoccupations contemporaines. Cela a permis une ouverture, une bouffée d’oxygène incroyable, on s’est tout permis, du Rossini, du Gluck, du Gounod, du Donizetti, de la musique ancienne, mais pas avec leurs ‘tubes’, avec des choses plus rares, des cantates, toujours avec une dimension dramaturgique (nous voulions raconter des histoires, pas faire des concerts), mais en échappant à cette forme extrêmement précise et très réduite dans le temps qu’est l’opéra avec fosse. L’histoire du théâtre lyrique remonte à bien plus loin et va au-delà. Nous avons ouvert le champ de la curiosité, des possibilités, en partant à la rencontre d’ouvrages un peu tombés dans l’oubli, parce que les outils de production et de diffusion qui ont existé à partir du XIXe  siècle n’étaient plus appropriés ; le salon a disparu, alors qu’il existait toute une production écrite pour ce cadre, de même que la pratique des fêtes en plein air, extrêmement riche à la période classique. Tout cela avait été remplacé par des formes arrêtées, en trois ou cinq actes, avec ballet et chœur… Nous avons été parmi les premiers à redécouvrir Lully, Charpentier, mais aussi des compositeurs comme Claude Terrasse, de plus farfelus ou de plus étonnants ».
La création a toujours été au cœur de la démarche de la Péniche Opéra, et toujours associée à la musique d’époques antérieures, souvent à l’intérieur d’un même spectacle. « Franchement, il m’est difficile d’isoler des dates mémorables dans l’histoire de la Péniche car, même si cela peut paraître prétentieux, je dois dire que très peu de spectacles n’ont pas été des réussites. Enfin, avec Actualités et Instantanés, on a frappé très fort, dès le début ». Ces deux spectacles correspondent à une forme originale, l’Opéra-Journal, Instantanés ayant été créé en 1981, suivi en 1982 par Actualités, pour lesquels Pascal Dusapin écrivit notamment un morceau inspiré par la mort de John Lennon. En 1984 fut donné La Barca de Venetia per Padova, cantate à cinq voix d'Adriano Banchieri, suivi d’O comme Eau, « opéra homophone » de Claude Prey, « Ce spectacle était tout à fait emblématique de ce qu’est la compagnie, car il associait une partition du XVIIe siècle et une commande passée à un compositeur contemporain, sur la même thématique, avec la même distribution vocale, le même instrumentarium. Claude Prey imaginait la lagune de Venise au fond des eaux, en 2040, les habitants ne pouvant plus articuler que la voyelle O. Ce spectacle à été créé dans la Péniche, mais il a été joué partout, nous avons été invités à Venise, et même au Japon ». C’est le même principe qui est à la base d’un spectacle comme Rita, elle est pas belle la vie ?, créé au cours de la saison dernière, en rapprochant l’opéra en un acte de Donizetti, Rita ou le mari battu, donné pour la première fois à la Péniche en 2010-2011, d’une œuvre commandée à Vincent Bouchot, d’après les Nouvelles Brèves de comptoir, les textes de Jean-Marie Gourio ayant déjà été le point de départ des Cantates de bistrot en 2004-2005, du même compositeur.
« L’objet création est fondamental, il est au cœur de toute notre démarche, et il peut s’accompagner de tout un travail pédagogique, souvent animé par les artistes eux-mêmes, pour inscrire la création dans la cité. Bien entendu, la création, le spectacle reste premier et ne peut disparaître au bénéfice de la seule action culturelle. Dans les années 1980, quand les troupes d’opéra ont commencé à disparaître, la notion même de compagnie lyrique avait un rôle fédérateur, provocateur. Dans une économie plus libérale, l’idée qu’on puisse faire de l’opéra en compagnie, en compagnonnage, était une proposition originale, qui détermine le contenu artistique, et qui laisse des traces partout. Tout en allant à la recherche d’un nouveau public, il s’agissait de trouver quelque chose d’original, de plus léger, avec la volonté d’offrir un répertoire original, sans refaire ce qui se faisait dans les maisons d’opéra, ce dont nous n’avions ni les moyens, ni l’espace. Notre originalité consisterait à montrer qu’à côté des grands chefs-d’œuvre, il y a un tissu, une épaisseur musicale qui existe ».
                                                        
 
Cette volonté pédagogique dont parle Mireille Larroche, elle s’illustre notamment à travers le choix de comparer deux mises en musique d’un même livret (en 1995-96, Les Docteurs Miracle proposaient dans une même soirée les œuvres composées par Bizet et Lecoq dans le cadre du concours d’opérette organisé par Offenbach), de proposer une œuvre courte en version originale, puis en français (Pierrot Lunaire en 1995-96, Von Heute auf Morgen de Schönberg en 1994). « Jean-Claude Pennetier avait orchestré Du jour au lendemain pour douze instruments, et les deux rôles principaux étaient tenus par Sophie Boulin et Lionel Peintre. En 2008, il y a eu le doublet Hindemith, qui couplait Hin und Zurück, une sorte de gag musical et moral très drôle (un bourgeois qui découvre que sa femme l’a trompé, la tue, puis Dieu intervient, retour en arrière) avec Le long repas de Noël, où l’on parcourt cent ans d’histoire du capitalisme aux Etats-Unis, avec une écriture vocal magnifique, des septuors, des octuors fantastiques. Parmi les œuvres plus politiques, par lesquelles on ne peut pas être très concerné, nous avons eu en 2006 El Cimarron de Henze, une histoire à la fois ludiques et tellement au cœur de notre monde contemporain (un esclave vit 105 à Cuba, participe à tous les changements politiques) ; l’année suivante, Outsider, d’Alexandros Markeas, autour d’Elia Kazan, autour de la trahison (Sarkozy venait d’arriver au pouvoir, des socialistes étaient entrés dans son gouvernement), le tout vu par un compositeur grec vivant en France. En 2009 encore, Mare Nostrum de Kagel, avec Dominique Visse, l’histoire d’un Amazonien qui traverse le Pacifique avec sa tribu pour venir coloniser/pacifier/exterminer tous les peuples qui bordent la méditerranée ».
La Péniche Opéra, ce sont aussi des partenariats, des spectacles hors des fameuses péniches : le diptyque Hindemith a été donné à l’opéra de Metz, par exemple. En 1996, c’est le Cargo – Maison de la Culture de Grenoble, qui a invité la compagnie pour trois ans de coproduction. En janvier 1997, Le Vin herbé, de Frank Martin, est présenté à l’Amphi Bastille, dirigé par J.-C. Pennetier et mis en scène par Mireille Larrroche ; la même année, une convention de résidence est signée pour cinq ans avec l’Opéra-Comique, alors dirigé par Pierre Médecin, convention renouvelée en 2001 avec Jérôme Savary : salle Favart, Mireille Larroche met en scène La Bohème en 1998, un spectacle qui a beaucoup tourné en régions, Les Aventures du roi Pausole dans des décors de Daniel Buren en 2003. En 2003, la Péniche Opéra devient « artiste associée de l’Opéra de Toulon » (Ariane à Naxos en2004, repris en 2007 à Limoges et à Metz). En 2009, une convention de résidence installe la compagnie pour trois ans à Fontainebleau et dans le Sud Seine-et-Marne, reconduite pour trois ans en 2012. « On ne s’est jamais posé avec agressivité par rapport aux maisons d’opéra, parce que notre travail est complémentaire, et de tout temps on a travaillé avec ces maisons. Nous avons tissés des liens forts avec des directeurs, et je suis contente d’avoir mis en scène des Butterfly, des Bohème, des Ariane à Naxos. On nous fait confiance, parce que nous savons nous adresser à un large public, pour que l’opéra ne reste pas une affaire de spécialistes. Nous pouvons apporter quelque chose d’intéressant, nous ne ferons pas 'mieux', mais différent. L’échange avec les maisons d’opéra a toujours été important, peut-être pas suffisant, on peut toujours avoir des regrets ».
Parmi les répertoires auxquels la Péniche Opéra s’est intéressé, il y a bien sûr le « domaine un peu bizarroïde » de l’opérette, en évitant les grandes machines que réhabilitaient à la même époque Marc Minkowski et Laurent Pelly. « Cette musique est redevenue ‘fréquentable’, mais ce n’était plus le cas dans les années 1980. Grâce aux artistes, il était tout à coup possible de monter sérieusement ce répertoire-là, qui a remporté un grand succès auprès du large public, du jeune public, ça a tout de suite fonctionné. Il y a eu Le Roi Pausole, de Honegger, un ouvrage incroyable, sulfureux, qui a tourné,  en partenariat avec maisons d’opéra ; Il y a eu toute la période de la redécouverte de Hervé, avec différentes versions des Caf-Conc’. Hervé a installé l’opérette chez les fous, avec les fous, c’est un personnage incroyable, qui est allé à Bicêtre parce que le directeur de l’asile l’avait entendu jouer dans l’église d’à côté, sa musique calmait les fous, donc il n’a un peu inventé la musicothérapie. Charcot et même venu voir ça.  Et surtout il invente l’opérette avec le personnel, les malades de Bicêtre… Avec comme apogée la production du spectacle Vlan dans l’œil à l’Opéra Comique, aventure qui va de la toute petite forme à la Péniche, à la Grande forme ».
Mireille Larroche insiste également sur l’aspect ludique de sa programmation. « Le divertissement, au sens noble du terme, a toujours beaucoup compté. Même pour la création contemporaine, nous tenons à ce que les compositeurs ne s’enferment pas dans des chapelles, dans un travail uniquement formel. La compagnie joue un rôle positif en les incitant à narrer quelque chose, ce qui n’empêche pas l’audace de l’écriture. Il ne s’agit pas d’être nécessairement comique, mais nous essayons d’attirer l’attention des compositeurs d’aujourd’hui sur la dramaturgie, pour qu’ils s’approprient une histoire d’aujourd’hui ».
                                                         
Pour aborder des domaines aussi divers, pour ce grand écart de la musique ancienne à la création contemporaine, Mireille Larroche n’est évidement pas seule maître à bord. « La compagnie est animée par un conseil artistique, on n’est jamais tout seul, il y a des spécialistes de l’opérette, de l’opéra comique, des artistes qui ont animé la péniche, qui y reviennent, qui y sont toujours, des dramaturges. Pour l’instant, ce conseil réunit Paul-Alexandre Dubois, Christophe Crapez, Dorian Astor, Claude Lavoix, Alain Pattiès, des gens qui nourrissent très sérieusement et concrètement la vie d’une compagnie, chacun avec sa spécificité, ses goûts et ses désirs. Mon rôle est plutôt de faire de la mise en scène, de gérer les priorités, de mettre en contact ces désirs de la compagnie avec l’extérieur. La richesse de ce conseil artistique évolue bien sûr avec les années. La Péniche en est à sa troisième génération, les gens restent en général avec nous une dizaine d’années, puis ils reviennent pour un spectacle. Pour les membres du conseil, c’est un engagement lourd et bénévole. Parmi les compositeurs, les interprètes, les costumiers les scénographes, jamais personne n’a travaillé que sur une production. Il y a donc une histoire, chaque spectacle a une importance en soi mais aussi par rapport aux autres. Nos créations n’ont pas une durée de vie pas illimitée, car toute mise en scène vieillit, mais nous les donnons pendant deux ou trois ans, comme La Forêt bleue, le conte lyrique de Louis Aubert (1911) ».
La Péniche Opéra repose donc sur un petit nombre de personnalités que le public en vient peu à peu à associer à la compagnie. Après avoir beaucoup chanté à la Péniche, Béatrice Cramoix revient désormais dans le cadre de master-classes, ou pour proposer des partitions. Dominique Visse est un autre de ces « piliers » présents depuis les débuts de l’aventure. Le baryton Lionel Peintre s’est beaucoup produit dans ces spectacles, tout comme la soprano Edwige Bourdy ou le ténor Yves Coudray. Le compositeur Vincent Bouchot est lui aussi un vieux compagnon de route. « On commence à voir ceux qui reviennent : Salomé Haller, Aurélia Legay, Magali Léger, Jean-Sébastien Bou, Marc Mauillon, tous ces jeunes qui ont démarré à la péniche, reviennent pour de toutes petites formes, des partitions qui leur tiennent à cœur. Tous ces gens SONT la péniche. Le répertoire, le style, ils ont tout donné, ainsi que leur personnalité en tant qu’interprète. Maintenant, nous avons Dorian Astor, musicologue et dramaturge, depuis une dizaine d’années nous travaillons avec Damien Schoëvaërt, biologiste, passionné de marionnettes, il est membre du conseil artistique, il participe à nos réflexions et leur confère une dimension scientifique. J’aime ce rapprochement entre science et art, autour de l’idée du cri, de la bouche, de la gastronomie, avec des phoniatres, des pédiatres, des biologistes, des zoologistes, des philosophes, des peintres... Cela donne une formule très intéressante, des formats atypiques, des montages comme nous les avons toujours beaucoup aimés. Quand nous avons une idée dramaturgique à défendre, elle se nourrit de textes, de musiques, ce sont des formes très ‘pénichardes’. »
Sur ce plan, la saison 2012-2013 s’annonce comme très représentatives des spécificités de la Péniche Opéra. « Le Wozzeck de Berg, que nous allons donner à Avignon, Rouen, Limoges et Reims, voilà encore une très belle aventure, qui sera complété l’année prochaine par une commande à un compositeur à partir du même texte de Büchner, mais je ne peux pas en dire plus ! Un  des partis pris de Berg était post-romantique, hyper-romantique, avec un très petit nombre de personnages, concentré sur le romantisme individuel, mais je pense que la pièce peut être interprétée différemment, grâce à la multitude des fragments. Ce qui m’intéresse dans cette pièce, c’est le collectif, la tribu où les répliques circulent, peuvent être dites par l’un ou par l’autre… Pour l’opéra de Berg, nous allons en donner une version très contemporaine, réaliste, pas du tout symbolique ni formelle. Le travail formel est dans la partition, un travail de metteur en scène sur la forme serait redondant. Je suis touchée par cette historie directe, simple, compréhensible, bouleversante. J’aime vraiment cette liberté qu’on ces personnages désespérés, d’affirmer leur folie, leur désir, leur violence, jusqu’au meurtre plutôt que de se soumettre à ce pouvoir qui les domine, exploite, manipule. Ça se passera ici, dans mon quartier (le 19e arrondissement de Paris), où l’on côtoie la violence au quotidien, où l’on vit avec, où les relations entre les gens qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas sont complètement exacerbées. Le décor sera un terrain vague, derrière une palissade, sous un immense panneau publicitaire.
            
Maquettes de décor pour Hänsel et Gretel

Quant à Hänsel et Gretel, qui sera donné fin décembre à Vitry et à l’Espace Cardin, j’y vois une histoire qui précède Wozzeck. C’est un opéra dont j’aime énormément la musique, un univers riche, puissant, avec une violence extérieure qui s’intériorise fortement. J’aime énormément les contes de fées, on y trouve des tensions énormes, transposées, symbolisées. Je situe donc l’opéra de Humperdinck dans une cité, avec des ados d’aujourd’hui, insupportables, qui hurlent sans cesse, des parents assez jeunes, pas des chômeurs, des travailleurs qui n’arrivent pas à s’en sortir, et qui sont au bord de passer à l’irréparable, de tuer leurs enfants dans un accès de désespoir. Une histoire comme on en voit dans les faits divers.  Les enfants sont expédiés dans une forêt en train de manger la ville, à moins que la ville en train de manger la forêt, sommes-nous en 2040 ou 2012 ? La sorcière (ténor) sera un présentateur de télévision, et je travaillerai sur la relation à la nourriture, je t’aime/je te mange. L’important c’est de mettre à distance les choses, j’ai été très influencée par Brecht, par mon passage au Théâtre du Soleil. Je souhaite permettre au public de réfléchir, de s’interroger, je ne veux pas créer de l’identification, mais mettre à distance, par le divertissement ».
 
Pour faire l’émotion, Mireille Larroche compte sur toute une équipe de jeunes chanteurs, frais émoulus du CNSM ou de l’Ecole Normale de musique. « Au fond, ce sont des ados ! Il y aura un chorégraphie hip-hop, et une double distribution, un soir en français, un soir en allemand, toujours le souci pédagogique ! Engager de jeunes artistes, compositeurs, librettistes, musiciens et chanteurs, c’est la marque de la maison. Une façon de leur mettre le pied à l’étrier, de les lancer dans l’univers redoutable de la production lyrique. Pas par grandeur d’âme, mais aussi pour notre public, qui est très sensible au fait que ce soit ces jeunes qui défendent les œuvres. Le contact est plus évident, plus immédiat avec ces interprètes qui ont l’âge des rôles, qui s’investissent avec une esthétique plus « naturelle », plus contemporaine, contrairement peut-être à des chanteurs plus aguerris, ancrés dans une convention plus difficile à aborder pour un public non initié, plus sensible à une émotion, un enthousiasme, un engagement, un physique. »
Grâce au partenariat qui vient de s’engager avec la ville de Vitry pour deux ou trois ans, Mireille Larroche se réjouit d’avoir « un pied dans chaque cercle », l’autre étant à Paris. « Après une zone rurale en sud Seine et Marne, la péniche revient en zone urbaine. Vitry fait un énorme effort pour la création, et il n’y a pas tant de villes qui acceptent d’instaurer ce genre de dynamiques, parce qu’elles n’ont plus de budget pour ça. La Péniche Opéra sera donc à la fois dans le 19e, à Vitry et à l’Espace Cardin. Nous ne sommes pas des théoriciens, mais des interprètes, des faiseurs, des artisans. Maurice Fleuret avait très bien compris, à notre naissance. Quand nous avons donné Utopopolis, de Claude Prey, en 1981, il a écrit : 'La Péniche-Opéra n’est pas un répertoire, c’est un état d’esprit'. Où que nous soyons, l’état d’esprit reste le même, et nous n’avons pas peur de perdre notre identité. On reconnaît un spectacle Péniche ».
Mireille Larroche a-t-elle des regrets ? « J’aimerais beaucoup faire un Festival, avec de petites formes, dans des lieux très divers, sans que le public soit obligé de consommer du spectacle le soir à telle heure de telle façon, mais le matin, par exemple, avec des spectacles faits pour être vus alors qu’on vient de se réveiller. A une époque, on voulait aller à Moscou en péniche, tout était prévu, mais le Mur est tombé, et le projet est tombé à l’eau ! Aujourd’hui, ce serait plus compliqué, il faudrait négocier pays par pays. Diriger la Péniche-Opéra, c’est quand même un défi quotidien. Tous les jours, on se pose la question : Comment va-t-on faire ? Pourra-t-on continuer ? Tout ça a un coût. On peut le faire parce qu’on est aidé ; si on était obligé de rentabiliser, on n’y arriverait pas. Nous mettons plus de nos subventions dans les créations contemporaines, qui se vendent moins bien, et où nous avons moins de coproducteurs, et on arrêtera plutôt que de changer notre façon de faire. Mais tant que je m’amuserai comme ça, je continuerai, tant que nous pourrons enrichir les premières idées qu’on a eues au début en les adaptant, tant que nous pourrons rester fidèle à ce désir de découvrir de nouvelles partitions, de nouveaux compositeurs, de nouveaux artistes, et de nouveaux publics ».
 
La Péniche-Opéra fêtera ses 30 ans à l'Espace Cardin le jeudi 29 novembre à 20h30, avec une Nuit classique qui réunira la plupart des collaborateurs actuels ou "historiques" de la Péniche : entre autres, l'ensemble Clément Jannequin, Françoise Masset, Edwige Bourdy, Robert Expert, Christophe Crapez... Informations sur http://www.lesnuitsdesmusiciens.com/
 
Propos recueillis le 10 septembre 2012 par Laurent Bury
 
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.