Prague fête Noël

Music from Eighteenth-Century Prague - Messe et motets

Par Nicolas Derny | sam 10 Novembre 2012 | Imprimer
 
 
Ecrite très rapidement – du 13 au 20 décembre 1726 – pour être donnée à Prague le lendemain de Noël, la Missa Nativitatis Domini de Jan Dismas Zelenka n’a, sauf erreur, été enregistrée qu’une seule fois jusqu’ici – en mars 2011, sous la direction de Nicolo Sokoli, qui prenait l’option discutable d’un chœur à une seule voix par partie (Genuin). Le présent enregistrement fait le choix inverse de tirer les solistes d’un ensemble vocal de douze personnes et s’impose par la qualité (non-démonstrative) de ses exécutants.
Si le compositeur respecte bien évidemment la structure en 5 parties de la messe (Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei), la subdivision des mouvements « internes » (Gloria, Credo, Sanctus) est faite de petites sections – de une à trois minutes – qui rythment cette œuvre magnifique de manière on ne peut plus efficace. On ne trouve pas ici d’aria solo mais des chœurs, duos et trio d’autant plus variés que Marek Štryncl en modifie chaque fois les protagonistes : en lieu et place d’un quatuor vocal, dix des chanteurs du chœur se relayent pour assurer les parties solistes. Et chacun de réussir la partie qui lui est dévolue et de travailler en bonne intelligence avec son (ou ses) partenaire(s) pour aboutir à un résultat qui privilégie l’équilibre collégial à la mise en avant personnelle. On regrette juste qu’une fois réunis en chœur, les voix féminines dominent des basses parfois trop discrètes. La faute en incombe probablement plus au chef qu’à la prise de son mais cela n’empêche pas pour autant de goûter aux sublimes entrelacs polyphoniques proposés par Zelenka.
Si Štryncl délaisse peut-être un rien les cordes dans la messe (il semble ne leur confier de véritables intentions expressives qu’à partir du Credo), sa direction n’en est pas moins exquise dans le O magnum mysterium ZWV 171, motet pour la nativité remarquablement interprété par l’alto Markéta Cukrova. Barbora Sojková assure la partie de soprano du Magnificat ZWV 107 avec aisance (et un registre médium particulièrement séduisant) tandis que Tomaš Král fait également preuve d’une belle ferveur dans l’autre motet du programme – en langue tchèque, celui-là – Chvalte Boha silného ZWV 165. Chaque enregistrement d’œuvre rare de Zelenka constituant un événement en soi, celui-ci s’avère passionnant pour la musique, (presque) idéal dans l’interprétation et s’impose comme le maître achat pour la messe. Au vu de la qualité de cette réalisation, on espère que Supraphon poursuive au plus vite l’exploration soignée du catalogue de ce compositeur majeur de l’époque baroque.
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

Auteur