Un chœur simple

Brumes d'enfance

Par Nicolas Derny | sam 16 Novembre 2013 | Imprimer
 
Il faut se réjouir de l’intérêt croissant que suscite la musique chorale de Leoš Janáček, trop longtemps domaine réservé des ensembles tchèques. Malgré les différences entre les deux programmes, difficile de ne pas comparer cette jolie réalisation d’Accentus avec la remarquable gravure de la Cappella Amsterdam, parue l’année dernière chez Harmonia Mundi. Hélas, la confrontation tourne à la défaveur de Pieter-Jelle De Boer, moins à propos que Daniel Reuss.
 
Si le chef se montre plutôt convaincant dans Kačena divoka [La cane sauvage], Holubička [La petite colombe] et Plačici fontaná [La Fontaine aux larmes], on trouvera néanmoins la formation française un peu moins homogène que les amstellodamois dans la substance sonore. De son côté, l’excellent Romain Champion réussit une Elegy na smrt dcery olgy [Elegie sur la mort de ma fille Olga] plutôt convaincante, malgré une certaine juvénilité.
La véritable déception vient des Řikadla [Comptines], ici proposées dans la « réduction » (très réussie) d’ Erwin Stein. En effet, les voix d’Accentus passent assez largement à côté de l’esprit de cette musique extravagante et loufoque. Certes, les « sopranos 2 » font leur petit effet dans Vašek, pašek, bubenik ; mais pourquoi la véritable audace n’apparaît-elle vraiment qu’ici ? Si ce n’était l’alto facétieux et coloré de Lise Berthaud, seule à trouver le ton juste, on s’ennuierait presque de cette réalisation plutôt fade. Le chef s’en tient à une poésie simple, sage et naïve. Il ne dit rien (ou presque) du bouillonnant sale gosse que restait le vieux Janáček.
Dans l’idéal, on eût aussi préféré que les producteurs profitent de l’effectif réuni pour proposer Le Journal d’un disparu, quitte à sortir une alto des rangs d’Accentus, et à sacrifier V mlhách [Dans les brumes] par Alain Planès, qui y brillait déjà il y a presque vingt ans (Harmonia mundi). Car s’il ralentit le pas dans les deux premières pièces, la manière dont il conçoit le langage de Janáček – tiré vers Debussy, dont le compositeur était fin connaisseur – ne s’en trouve pas fondamentalement modifiée. En l’état, pas de surprise, et un minutage un peu chiche.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.