A propos de la brève du 8/12/ 2012 (Lohengrin de la Saint-Ambroise : pas de miracle à Milan)

Par Anonyme (non vérifié) | mar 01 Janvier 2013 | Imprimer

 
A propos de la brève du 8/12/ 2012 (Lohengrin de la Saint-Ambroise : pas de miracle à Milan)

>> Lire la brève
Cher Monsieur,
Je reviens de la dernière soirée de Lohengrin à la Scala et il y a bien eu un miracle !
Je lis avec beaucoup d'intérêt les critiques de votre équipe de rédaction et je partage très souvent leur vécu et leur analyse. Mais pour ce Lohengrin, je me permets de réagir car les deux brèves consacrées à ce spectacle l'ont presque banalisé, voire passé sous silence en critique alors que ce fût un très grand moment d'opéra, inoubliable, pour moi.
Après de 5 heures de bonheur intense, la salle entière était sous le choc et une explosion de joie salua cette soirée d'anthologie. Car non seulement il y avait l'immense talent de Jonas Kaufmann et d'Anja Harteros - sans doute dotés des plus belles voix au monde - mais un orchestre et des chœurs sublimes. Transportés par la puissance dramatique de la direction de Daniel Barenboim, les chanteurs nous ont fait vivre un moment de pure transcendance. Ce chef est un magicien qui nous a emportés dans une intense émotion que l'opéra permet d'éprouver certains grands jours.
Ces jours où le vertige de l'indicible nous cueille sans que nous puissions réagir. Reprendre nos esprits serait une erreur car ce moment est trop fort. J'ai vécu cette soirée sous un voile de larmes, dès le prélude. Vous savez comment Jonas Kaufmann peut émerveiller par son pianissimo et la fulgurance de sa voix. Ce don d'exprimer toutes les souffrances et les intentions du personnage par l'intelligence de son incarnation et sa technique est absolument unique, et inouï. Et Anja Harteros, bouleversante par la beauté de ses aigus et le souffle impérial, lumineuse d'intensité.
Certes, comme votre rédacteur, on peut ne pas avoir apprécié les spasmes des deux héros confrontés à un destin qui les effraie mais cela n'enlève rien à cette mise en scène et à ses lumières d'une beauté sidérante et d'un lyrisme superbe.
Alors oui, je reviens à mon propos du début et je regrette qu'une critique de Forum Opéra n'ait pas traduit par des mots de professionnels la réalité de cette soirée d'exception.
Je vous souhaite à vous-même et à votre équipe de rédaction de belles soirées d'opéra en 2013, afin que je puisse en lire les échos éclairés, pour mon plus grand plaisir !
Bien à vous
Michèle Duputel