C'est Mozart qu'on dessine

Mausart

Par Christophe Rizoud | ven 12 Octobre 2018 | Imprimer

« On a vu avec Harry Potter que le cinéma pouvait donner l’envie aux enfants de retourner vers le livre. La bande dessinée peut jouer un rôle identique. » expliquait Thierry Joor dans une interview à ActuaBD. Et l’opéra ? Ce genre réputé difficile n’aurait-il pas lui aussi besoin du renfort de la BD pour aider les plus jeunes à aborder ses rives escarpées ? Le directeur littéraire des Éditions Delcourt n’a pas attendu la question pour répondre. En de pareils cas, Mozart et sa Flûte enchantée s’imposent. Le propos pour une fois n’est pas de paraphraser Schikaneder. – Pamino, Tamina, Papageno et ses oiseaux, la méchante reine, brrr… – mais de raconter un conte autour de Wolfgang, l’enfant prodige. L’idée, à vrai dire, vient de Gradimir Smudja qui, inspiré par Mickey ou Ratatouille, peut-être les deux, a choisi de dessiner Mozart en souris et de le renommer « Mausart » – clin d’œil allemand à Maus.

Rejeton d’une famille de sept rongeurs, Mausart habite avec ses parents à l’intérieur du piano du compositeur officiel de la cour royale d’Autriche, Antonio Salieri – un loup. Un matin, l’espiègle raton s’échappe de son trou pour faire des gammes. La musique, forcément divine, parvient aux oreille du roi qui, ravi, demande à Salieri de la lui rejouer le soir-même au bal donné en l’honneur de la reine. On devine la suite – ou si on ne la devine pas, tant mieux, c’est que l’on a gardé son âme d’enfant… Il faudra l’intervention d’une flûte magique pour démasquer les méchants et récompenser les bons.

Tout cela, illustré par les dessins d’un réalisme élégant de Smudja, serait charmant si le scénario ne s’appuyait une fois de plus sur la rivalité apocryphe entre Mozart et Salieri, infox créée de toute pièce par Pouchkine dans un de ses textes, mis ensuite en musique par Rimski-Korsakov, avant que le succès d’Amadeus, le film de Milos Forman, aide le mensonge à supplanter définitivement la vérité. Si ce mensonge, opportun au pied du sapin en fin d’année, peut rallier à l’opéra un jeune public, autant dire qu’il n’est pas seulement pardonné : il est encouragé.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.