Forum Opéra

ROSSINI, L'italiana in Algeri — Avignon

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
2 février 2014
Tro Santafe, l’Espagnole en Avignon

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioacchino Rossini

L’Italiana in Algeri
Opéra-bouffe en deux actes
Livret d’Angelo Anelli
Créé le 22mai 1813 à Venise, Teatro San Benedetto

Mise en scène et costumes
Nicola Berloffa
Décors
Rifail Ajdarpasic
Lumières
Gianluca Antolini

Isabella
Silvia Tro Santafe
Elvira
Clémence Tilquin
Zulma
Amaya Dominguez
Mustafa
Donato Di Stefano
Lindoro
Julien Dran
Taddeo
Armando Noguera
Haly
Giulio Mastrototaro

Chœur de l’Opéra Grand Avignon
Chef des Chœurs
Aurore Marchand
Orchestre Régional Avignon-Provence
Direction musicale
Roberto Rizzi Brignoli

Opéra Grand Avignon, dimanche 2 février 2014, 14h30

 

Dans le joli décor de colonnades orientales et de moucharabiehs imaginé par Rifail Ajdarpasic, mariant le bleu et le violet, L’Italiana in Algeri à l’Opéra d’Avignon apparaît dans sa dimension, référentielle et parodique à la fois, d’Enlèvement au Sérail mâtiné de Fidelio, tout en lorgnant vers la ligne claire des aventures de Tintin, costumes de soldats coloniaux compris. Une tournette permet de révéler de manière continue les divers espaces de l’action qui apparaissent comme l’envers des scènes précédentes. Aux clichés habilement revisités du harem et du hammam succèdent des lieux inattendus, comme ce cabinet de travail du Bey, orné de trophées de chasse allant du requin au lion en passant par la girafe, ou la cuisine devenue la prison de Lindoro, condamné à œuvrer aux fourneaux sous la surveillance féroce de deux gardiens-bourreaux.

Parfaite réussite visuelle, ce spectacle repose l’œil et laisse l’oreille et l’esprit libres d’apprécier l’ironie et la satire du librettiste et du compositeur, grâce à la mise en scène de Nicola Berloffa assumant un premier degré qui rend justice au genre de l’opéra bouffe, où la musique constitue le principal second degré de lecture. L’Orchestre Régional Avignon-Provence se prête admirablement au jeu, sous la direction nuancée de Roberto Brizzi-Brignoli qui, loin de sacrifier les subtilités de la partition à la vitesse et au brio, donne au contraire à entendre la palette des timbres et la diversité des coloris. On soulignera notamment la délicatesse et la précision du dialogue entre le piccolo et le hautbois dans l’ouverture, mais aussi l’éblouissante maîtrise du finale du premier acte, que l’on pourrait, comme Stendhal parlant de l’écriture musicale de cet opéra, qualifier de « folie organisée ».
  

Isabella, l’Italienne, est interprétée par une Espagnole talentueuse, le mezzo-soprano Silvia Tro Santafe qui subjugue ici, comme il se doit, le Bey Mustafa autant que son amant Lindor et que son sigisbée Taddeo, mais aussi le public avignonnais de ce dimanche après-midi. L’autorité de sa voix puissante et séduisante, passant avec aisance du legato à l’agilité, s’allient à une présence scénique éclatante. À ses côtés, le jeune ténor français Julien Dran capte immédiatement l’attention par son timbre clair et l’émission parfaite des notes aiguës. Il fait la preuve de sa résistance physique mise à dure épreuve, d’emblée, par la cavatine « Languir per una bella », et l’on peut gager que la voix gagnera encore en assurance et en intensité. Malgré quelques flottements au début du premier acte, Donato Di Stefano compose un Mustafa crédible, bien chantant et capable d’une vraie transformation au cours de l’opéra, depuis la bouffonnerie encore solennelle du début (« Delle donne l’arroganza ») jusqu’au grotesque du Pappatacci. Le baryton italien Giulio Mastrototaro donne à Haly beaucoup de dignité et une projection impeccable, mettant la qualité de son timbre et la souplesse de sa voix au service d’une interprétation qui rehausse la présence de ce personnage en soi secondaire. À l’inverse, Armando Noguera semble tellement se distancier du personnage de Taddeo qu’il n’en livre qu’une manière de caricature, en dépit du lyrisme de son chant, allant parfois jusqu’à la désinvolture, par exemple dans l’aria « Ho un gran peso sulla testa », là où la loi rossinienne du contraste exige une certaine gravité de l’interprète. En dépit de la brièveté de son rôle, Clémence Tilquin émeut dans sa composition très juste du personnage d’Elvira, et Amaya Dominguez est une Zulma de grande classe.

Les Chœurs de l’Opéra Grand Avignon contribuent pour une large part au succès de l’entreprise, grâce à un engagement physique sans faille, un sens collectif du jeu comique et une précision remarquable dans les ensembles vocaux.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioacchino Rossini

L’Italiana in Algeri
Opéra-bouffe en deux actes
Livret d’Angelo Anelli
Créé le 22mai 1813 à Venise, Teatro San Benedetto

Mise en scène et costumes
Nicola Berloffa
Décors
Rifail Ajdarpasic
Lumières
Gianluca Antolini

Isabella
Silvia Tro Santafe
Elvira
Clémence Tilquin
Zulma
Amaya Dominguez
Mustafa
Donato Di Stefano
Lindoro
Julien Dran
Taddeo
Armando Noguera
Haly
Giulio Mastrototaro

Chœur de l’Opéra Grand Avignon
Chef des Chœurs
Aurore Marchand
Orchestre Régional Avignon-Provence
Direction musicale
Roberto Rizzi Brignoli

Opéra Grand Avignon, dimanche 2 février 2014, 14h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mozart triomphe enfin à Aix !
Raphaël PICHON, Karine DESHAYES, Marianne CREBASSA
Spectacle
Où Tancrède découvre qu’il est une femme
Jan Philipp GLOGER, Anna GORYACHOVA, Mélissa PETIT
Spectacle