Idéalement versatile

Véronique Gens - Auditorium Musée d'Orsay - Paris (Musée d'Orsay)

Par Clément Taillia | jeu 04 Mai 2017 | Imprimer

En miroir de l’exposition actuellement présentée au Musée d’Orsay, Au-delà des étoiles, qui dévoile la représentation du « paysage mystique » sous des pinceaux aussi différents que ceux de Monet, de Kandinsky, de Harris ou de Gauguin, le concert de la Geneva Camerata et de son directeur David Greilsammer à l’Auditorium affiche un programme qui revendique l’éclectisme, et même la confrontation des styles et des manières.

Commencer un concert placé sous le maître mot du mysticisme par une œuvre de Scriabine n’est pas sans une certaine évidence. Originalement écrite pour le piano, Vers la flamme, dans une transcription pour orchestre de chambre, est une courte pièce tout entière lancée dans un même élan ascensionnel, tranchant un peu avec les vertes Sérénades d’Elgar et la Casa del diavolo de Boccherini qui font bifurquer la première partie sur la voie d’un certain classicisme formel où les cordes un peu rêches de la Geneva Camerata s'épanouissent mal. La gémellité avec la pièce de Ligeti, Ramifications, jouée après l’entracte, est en revanche frappante : là encore, un seul mouvement, là encore, une fulgurante ascèse pour laquelle chaque instrumentiste se dépasse.

Les interventions de Véronique Gens s’inscrivent dans la même veine versatile ; les extraits des Illuminations de Britten, lapidaires et ironiques, permettent à la soprano de couler les nobles moirures de son timbre dans un moule au burlesque presque étonnant. Mais Berlioz, juste après, réveille les instincts de la tragédienne, et suscite le déploiement majestueux d’un legato souverain ornant « Au cimetière » de tous ses mystères. Ainsi est planté pour l’arrivée d’Iphigénie : ceux qui ont entendu Véronique Gens en décembre dernier au Palais Garnier savent combien elle est scupltée pour le rôle ; les autres s'en doutent bien. « Je t’implore et je tremble » condense, en quatre minutes qui passent bien vite, toutes les facettes d’un personnage tenu par le devoir mais ébranlée par des sentiments inconnus ; un personnage à l'image d'une soirée où classiques et modernes se suivent, mobile et versatile...

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.