Un jour, une création : 10 septembre 1781, l’autre Serva padrona a 240 ans.

Par Cédric Manuel | ven 10 Septembre 2021 | Imprimer

En 1781, cela fait cinq ans que Giovanni Paisiello réside à Saint-Pétersbourg, où l’impératrice Catherine II l’a appelé pour être son maître de chapelle. Le renom du jeune compositeur, qui officiait surtout à Naples, avait atteint les rives de la Neva. Au départ, il compose surtout des opere serie et ne se lance qu’ensuite dans le genre bouffe, qui culminera avec son chef-d’œuvre, Le Barbier de Séville.

On sait que Rossini lui volera la vedette avec le même livret du Barbier. Mais Paisiello a fait peu ou prou de même lorsqu’en 1781, il décide lui-même de reprendre le texte d’un illustre confrère disparu plus de 45 ans auparavant, Pergolèse. Il fera de même deux ans plus tard avec Il Mondo della luna de Goldoni, déjà mis en musique par Haydn. 

Paisiello utilise donc le livret de Gennaro Antonio Federico pour Pergolèse et garde le titre, la Serva padrona ou la Servante maîtresse. Il faut dire que le chef-d’œuvre de son glorieux aîné est resté très populaire dans toute l’Europe et qu’il est ainsi à peu près sûr de ne pas décevoir son impériale maîtresse, qui raffole du genre bouffe, mais devant qui on ne peut pas rire de n’importe quoi. Il avait bien essayé de demander à ses amis napolitains de lui envoyer un livret digne de Catherine II, mais sans succès.

Bien sûr, il apporte non seulement sa propre musique dans ce qu’il appelle un Intermezzo, très différente de celle de son devancier, mais il fait aussi gonfler son orchestre – notamment les bois – et ajoute un  nouvel air, « Donne vaghe, i studi nostri » et deux duos. Il va piocher, pour les textes concernés, dans d’autres œuvres, par exemple Goldoni et Galuppi.

Ce « remake » de la Serva padrona remporte lui même un certain succès et est rapidement repris en Europe, en commençant par la Scala. Mais l’histoire, depuis, a donné la victoire à Pergolèse.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.