C  R  I  T  I  Q  U  E  S
 
...
[ Historique des critiques CD, DVD]  [ Index des critiques CD, DVD ]
......
......
Hector Berlioz (1803-1869)

LES TROYENS (1856-8)

Enée : Ben Heppner
Didon : Michelle de Young
Cassandre : Petra Lang
Chorèbe : Peter Mattei
Anna : Sara Mingardo
Narbal : Stephen Milling
Ascagne : Isabelle Cals

London Symphony Chorus
London Symphony Orchestra, Sir Colin Davis

(Recorded 3, 7, 8 & 9 December 2000, Barbican Centre, London)

4 CDs [ 62.23, 68.57, 56.25, 51.51 ]
LSO live 0010 



Plus de trente ans après, Colin Davis se confronte à lui-même. En 1969, le chef réalisait la première intégrale discographique des Troyens, qui reste encore aujourd'hui incontournable. Il nous propose aujourd'hui un écho de représentations données au Barbican de Londres en décembre 2000, enregistrement autoproduit par le London Symphony Orchestra qui crée à cette occasion son propre label, LSO live : Une initiative à encourager !Le principal atout de ce coffret est dans un premier temps son prix, moins de 30 euros, alors que l'intégrale Philips coûte une fortune, sauf à se procurer le coffret à prix réduit qui regroupe les Troyens, Béatrice et Bénédict et Benvenutto Cellini, tous trois sous la direction de Colin Davis, à un excellent rapport qualité/prix.
Plus de trente ans après, donc, on retrouve le chef égal à lui-même, sa conception de l'˙uvre ayant finalement peu varié. La direction est toujours aussi flamboyante et passionnée. Le fait qu'il s'agisse d'une captation live n'est pas particulièrement sensible, ni en bien, ni en mal.

La distribution est dominée par le splendide Ben Heppner, qui est probablement l'Enée de sa génération. L'engagement est total, le style parfait, et le timbre beaucoup plus beau que celui de Jon Vickers dans l'enregistrement de 1969.

Petra Lang n'a peut-être pas la plus belle des voix, mais elle campe une Cassandre farouche et intense, et dans un français irréprochable. L'exact contraire de Deborah Voigt dans la version Decca, au timbre de miel, mais sans caractérisation. On a plus de mal en revanche à écouter la voix raide au souffle court de Michelle de Young. Sa Didon, sans vraiment démériter, manque de grâce et de sensualité.

Qu'est-il arrivé à Peter Mattei ? ce splendide Comte des Nozze di Figaro nous offre un Chorèbe au timbre dur et enlaidi et au vibrato prononcé. Méforme passagère, gêne due au français ? Profitons de cette mention de la langue pour saluer le français parfait de tous les interprètes.

Sara Mingardo est une Anna de luxe et Isabelle Cals n'a rien de juvénile en Ascagne. Les autres seconds rôles n'offrent rien de particulier.

En résumé, il est difficile de choisir entre les deux versions de Colin Davis. Chacune d'entre elles possède ses avantages et ses inconvénients. Alors, pourquoi ne pas s'offrir les deux ?
  


Catherine Scholler

 




Commander ce CD sur  Amazon.fr
Berlioz%20-%20Les%20Troyens<" target="_blank">
[ Sommaire de la Revue ] [ haut de page ]