C  R  I  T  I  Q  U  E  S
 
...
[ Historique des critiques CD, DVD]  [ Index des critiques CD, DVD ]
......
......
On the Island

Sandra Zeltzer, soprano
Nathalie Steinberg,  piano

Mélodies de Benjamin  BRITTEN,
Frank BRIDGE,
Roger QUILTER,
Manuel DE FALLA,
Fernando OBRADORS,

détails
 

CD Selena Ref: SEL 01 - 0301


Selena nous propose un programme des plus enchanteurs et qui "invite au voyage"! Un voyage merveilleux à la fois nordique et méditerranéen d'autant plus que les oeuvres des compositeurs présentés ont rarement été enregistrées pour certaines. Il s'agit, du côté brittanique, des mélodies de Frank Bridge qui composa au début du 20ème siècle essentiellement de la musique de chambre et vocale, et des Sonnets Shakespeariens de Roger Quilter.  N'oublions pas Benjamin Britten qui ouvre le chemin vers l'évasion avec le deuxième cycle de mélodies sur des poèmes d'Auden: On the Island. Vers l'Espagne, on découvrira aux côtés de Manuel de Falla, les "Canciones" de Fernando Obradores qui reprend des poèmes du 17 et 18ème siècle pour les mettre en musique et terminer ce voyage dans le pays du soleil ; Obradores utilise les rythmes envoutants des danses espagnoles. Le rythme, notion qu'il s'appliquait, disait-il, à travailler particulièrement. Ces pièces, écrites entre 1903 et 1937 peuvent être apparentées au courant musical néo-classique.

Sandra Zeltzer, jeune soprano et Nathalie Steinberg au piano, nous interprètent cet hommage dépaysant à la mélodie. Sandra Zeltzer a étudié au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Christiane Eda-Pierre puis à la Guildhall School de Londres et a déjà fait ses débuts au Festival de Glyndebourne il y a deux ans dans Donna Elvira (Don Giovanni de Mozart) et elle a chanté le rôle de Leila dans Les Pêcheurs de Perles de Bizet en février à l'Opéra National du Rhin à Strasbourg.

Nathalie Steinberg est réputée en tant que chef de chant pour avoir occupée cet engagement dans des maisons renommées comme l'Opéra de Montréal ou le Théâtre du Châtelet et accompagnatrice auprès de grands artistes tels que Thomas Hampson, Federica Von Stade, Gabriel Bacquier ou encore François Leroux pour n'en citer que quelques-uns.

On est d'abord surpris par cette voix pleine, riche en harmoniques, surtout que Britten nous fait arriver de plain-pied au coeur de la musique dont le poème fait l'éloge. Puis, peu à peu que l'auditeur s'habitue à ces paysages si diverses, la voix de Sandra Zeltzer prend tout son essor dans les mélodies oniriques de Frank Bridge pour faire éclater sa couleur et son legato, figure où elle est le plus à l'aise. Toutes ses mélodies sont belles et particulières mais écoutez avec attention  "Dawn and evening" et "The violets blue", oeuvres intenses et dramatiques auxquelles Sandra Zeltzer apporte l'obscurité et la profondeur requises. Mais, malgré une trés bonne articulation, comme dans les mélodies de De Falla où l'on peut suivre à l'envie les aventures des protagonistes, et de belles modulations dans l'interprétation, on regrette parfois des sons trop appuyés et on aimerait avoir à entendre un peu plus de légèreté soulignée par des vocalises moins maladroites. Surtout que l'on peut la deviner aisément capable de l'être, dans Chinoiserie par exemple; oeuvre charmante et délicate où Sandra Zeltzer fait à la fin un pianissimo trés sensible auquel rien n'a besoin d'être rajouté. Pour ce qui est de la partie piano, Nathalie Steinberg nous propose un accompagnement tout en finesse et justesse sur l'album entier, mais pas assez audible, par conséquent le volume du son du piano au mixage aurait pu être plus élevé...
  


Agnès Leroy
[ Sommaire de la Revue ] [ haut de page ]