Les Soirées Lyriques de Sanxay

Par Laurent Bury | lun 31 Juillet 2017 | Imprimer

Troisième festival lyrique français en termes de fréquentation (7500 spectateurs sur trois soirs), les Soirées Lyriques de Sanxay attirent néophytes et amateurs passionnés. C'est aussi l'occasion d'entendre, dans les grands titres du répertoire, quelques-uns de ceux qui seront les grands chanteurs de demain.


Lieu : Les vestiges d’un théâtre gallo-romain à proximité de Sanxay, village de 600 habitants situé dans la Vienne, à 30 km de Poitiers et de Niort. Construit au début de l’ère chrétienne (et exhumé dans les années 1880), le théâtre pouvait jadis accueillir environ 7000 personnes ; le site inclut aussi les ruines, beaucoup mieux préservées, d’un sanctuaire et de thermes.

Dates : trois soirées, en général entre le 5 et le 15 août

Site Web : www.operasanxay.fr

Année de création : 2000

Principe fondateur : Réveiller la Belle au bois dormant. En 1933, l’Opéra de Bordeaux était venu à Sanxay donner une représentation de Carmen. Pendant les vingt années suivantes, la Comédie Française y avait joué les classiques. Après 1960, le site de Sanxay avait sombré dans une douce torpeur. Propriété des Monuments historiques, il était visitable mais n’accueillait plus aucune animation culturelle. Il s’agissait donc de faire revivre ce lieu magique, tout en créant une offre musicale dans une zone où l’art lyrique n’était guère présent (la région Poitou-Charentes était la seule où il n’existait pas de maison d’opéra permanente). Les Soirées Lyriques proposent au grand public des représentations de qualité, où se produisent souvent des artistes qui seront les grands noms de demain.

Dirigeant : Tout juste quadragénaire, le fondateur et directeur artistique des Soirées Lyriques, Christophe Blugeon, enseigne la direction de chœur et dirige plusieurs chœurs amateurs dans la région de Poitiers.

Répertoire : Le répertoire lyrique que l’on donne dans les vastes édifices de plein air comme Orange ou Vérone : Norma, Le Trouvère, Rigoletto (en 2000 et 2016), Traviata (en 2002 et 2012), Nabucco (en 2003 et 2014), Aida, Carmen (en 2001 et 2011), Bohème, Butterfly, Tosca, Turandot. Le Requiem de Verdi a été interprété en 2008, et l’année 2006 proposait trois concerts au lieu d’une représentation scénique. En 2017, Mozart fait son entrée avec La Flûte enchantée, titre populaire mais œuvre finalement pas si bien connue du grand public, avec la difficulté supplémentaire des dialogues parlés, en allemand. Le défi consiste cette année à imposer, sans sonorisation, des voix et un orchestre « légers » par rapport au répertoire de la deuxième moitié du XIXe siècle (les trois Enfants seront bien chantés par des enfants, et non par des femmes). 30 à 35% des spectateurs venus à Sanxay déclarent assister pour la première fois à un opéra. Les Soirées Lyriques ont donc une mission de sensibilisation des néophytes : comme le dit Christophe Blugeon, il ne s’agit pas que leur premier opéra soit aussi le dernier, au contraire.

Histoire : En 1999, âgé de 24 ans, Christophe Blugeon est étudiant en classe de chant au Conservatoire de Poitiers. Passionné d’opéra depuis l’adolescence, il part à la recherche d’un site susceptible d’accueillir des spectacles, et il est pris d’un véritable coup de foudre pour Sanxay. Sans avoir la moindre idée de ce que représente une telle opération, il élabore un projet, et il lui faudra beaucoup de persévérances pour réunir les fonds nécessaires et pour convaincre les différents responsables politiques de le soutenir dans sa démarche. En 2000, les Soirées Lyriques voient le jour, et Christophe Blugeon en est à la fois président et directeur artistique. Les deux représentations accueillent 3000 spectateurs : c’est un succès. Peu à peu, le festival s’est professionnalisé. Christophe Blugeon a conservé la direction artistique, mais a cédé la présidence et la recherche de financements à son petit frère Mathieu (les Soirées Lyriques s’autofinancent à hauteur de 65 ou 70%, ce qui est considérable).

Dates et personnalités marquantes :

  • 2000 : Philippe Duminy est Rigoletto ; il sera Germont dans La Traviata en 2002, Nabucco en 2003 et Luna en 2007
  • 2001 : Luca Lombardo est Don José dans Carmen ; il reviendra en Alfredo en 2002, en Cavaradossi en 2004, en Manrico en 2007, en Ismaele en 2014
  • 2003 : Michèle Lagrange est Abigaille dans Nabucco
  • 2005 : Stefano Secco est Rodolfo de La Bohème
  • 2008 : Kate Aldrich est la mezzo du Requiem de Verdi ; la basse est Balint Szabo, Ramfis en 2009, le Bonze de Butterfly en 2013, l’Orateur de La Flûte enchantée en 2017
  • 2009 : Maria-José Siri est Aïda 
  • 2010 : Marianne Crébassa tient dans Norma le petit rôle de Clotilde ; Wojtek Smilek est Oroveso (il reviendra en 2015 pour être Timur dans Turandot) ; Géraldine Chauvet est Adalgisa, avant d’être Carmen en 2011
  • 2011 : 10 000 spectateurs pour Carmen. Alexander Vinogradov est Escamillo ; Florian Sempey est Moralès ; il sera Douphol dans Traviata en 2012, puis Yamadori dans Butterfly en 2013
  • 2012 : Lianna Haroutounian chante le rôle-titre dans La Traviata ; elle reviendra l’année suivante pour Madame Butterfly, avant d’être happée par une grande carrière internationale. Son Alfredo est Stefan Pop, revenu en 2016 pour le Duc de Mantoue
  • 2014 : Anna Pirozzi est Abigaille dans Nabucco ; elle vient de tenir le rôle à Salzbourg sous la direction de Riccardo Muti l’été précédent, et quelques mois auparavant dans le cadre du Mai musical florentin.
  • 2015 : Rudy Park est Calaf (il revient en 2016 pour le concert « Ténorissimo »)
  • 2016 : Olga Pudova est Gilda

Meilleures places : La forme de l’amphithéâtre évite les places sans visibilité, mais l’on est très bien placé dans les premiers rangs des gradins. Les places de parterre permettent de voir la scène de plus près, à condition de lever la tête. Comme Sanxay offre au total 2500 places, il est toujours possible de se décider à la dernière minute.

Acoustique : Naturelle grâce à la disposition du lieu, avec les aléas du plein air (oiseaux croassants, vent violent…) mais aussi sa magie

Tarifs : En 2017, pour La Flûte enchantée, les tarifs vont de 19 euros à 85 euros. Les places les moins chères sont celles du Promenoir Gazon, autrement dit les « gradins naturels sur herbe en haut du théâtre ». Les plus coûteuses sont les chaises situées au centre de l’orchestre. Un tarif réduit est proposé aux groupes ; pour les moins de 25 ans, les places hors Promenoir vont de 27 à 37 euros. Ces prix sont pour les placements libres ; si vous voulez un siège numéroté, il faut y ajouter 12 euros. Pour les places numérotées, réservation uniquement par téléphone ou par courrier ; pour le placement libre, par internet ou par agence.

Anecdote : Pour le metteur en scène Stefano Vizioli, La Flûte enchantée programmée cet été est en quelque sorte la « répétition générale » du spectacle qu'il montera en décembre dans le cadre majestueux des temples d’Angkor. En revanche, si des danseurs cambodgiens seront bien présents à Sanxay, l’orchestre sera ici totalement occidental, contrairement à celui qu’on entendra à Angkor, où une douzaine d’instruments locaux ont été ajoutés.

Le bémol : Prévoir une épaisse couverture pour la fin de la soirée. Les conditions météorologiques obligent parfois les organisateurs à reporter une représentation au lendemain (En dix-huit années d’existence, cela ne s’est néanmoins produit que quatre ou cinq fois). Et quand il a plu la veille sur le site, mieux vaut prévoir chaussures de marche ou carrément bottes en caoutchouc…

Le dièse : La qualité des artistes invités et une ambiance bon enfant où se côtoient tous les âges (familles avec de très jeunes enfants) et tous les goûts (du mélomane éclairé au profane absolu). Le tout porté par quelque deux cents bénévoles passionnés.

Accessibilité : Les personnes à mobilité réduite peuvent bénéficier d’une prise en charge, en s’adressant au bureau des Soirées Lyriques.

Toilettes : Quelques cabines de chantier sont disposées non loin du théâtre, à l’intention du public.

Accès : Si vous n’êtes pas motorisé, vous pouvez aller en train jusqu’à la gare de Poitiers, d’où une navette part à 19h les soirs de spectacle.

Points d’intérêt touristique proches : Lusignan a pratiquement tout perdu de sa gloire médiévale, mais Poitiers a de quoi satisfaire les curiosités, entre son dolmen, sa cathédrale, ses églises, ses musées et son futuroscope.

Où se restaurer ? Avant la représentation et pendant l’entracte, une buvette propose sandwiches, hotdogs, sucreries et boissons (vin, champagne…).

Où dormir ? Il existe quelques hôtels à Sanxay même et dans les environs. Si vous êtes motorisé et que vous voulez du haut de gamme, le Château de Curzay (****) vous accueille à cinq kilomètres de Sanxay.

La Flûte enchantée sera donnée cette année les 10, 12 et 14 août.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

Auteur