Louis Langrée nommé à l’Opéra-Comique, portrait du « right man at the right place »

Par Jean-Pierre Rousseau | lun 25 Octobre 2021 | Imprimer

Plume de Forumopera.com, Jean-Pierre Rousseau a été, entre autres, le directeur de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège. C’est là qu’à l’aube de l’an 2000, il proposa à Louis Langrée de le rejoindre comme directeur musical. Qui mieux que lui pouvait nous dessiner le portrait sensible du nouveau directeur de l’Opéra-Comique ?


Dans le milieu musical – c'est vrai aussi en politique ! – les mots « ami » et « amitié » sont suspects. C'est fou le nombre d'amis qu'on peut avoir quand on est en position de pouvoir ou d'influence, quant à l'amitié on la sert à peu près à toutes les sauces.

Celui dont on m'a demandé de faire un portrait sensible – le nouveau directeur général de l'Opéra-Comique à Paris – est un ami, un vrai ami. Il ne me doit rien, je ne lui dois rien, sinon une fidélité et une affection à l'épreuve du temps qui a passé et des aventures que nous avons vécues. 


Louis Langrée après un festival Beethoven à Cincinnati © DR

Un jeune chef prometteur

Je connais Louis depuis le mitan des années 90. Je l'avais applaudi au théâtre des Champs-Elysées en 1997, un spectacle de Ursel et Karl-Ernst Herrmann Ombra felice, la même année à Orange dans Lucia di Lammermoor (à la tête du Philharmonique de Radio France), en 1994 dans Les Brigands d'Offenbach à l'Opéra Bastille (tiens une mise en scène de Jérôme Deschamps !). Quand je dis « je connais », j'ai apprécié le chef sur scène ou dans la fosse, et même en 1998 quand France Musique diffuse en direct le spectacle inaugural de son mandat de directeur musical de l'Opéra de Lyon – où la chaîne musicale de Radio France vient de passer une semaine de directs de l'amphithéâtre (Stéphane Degout, Karine Deshayes ou Stéphanie d'Oustrac s'en souviennent) – c'est Ariane et Barbe-Bleue de Dukas (tiens un opéra français !) où brillent Françoise Pollet et Nadine Denize, je n'ai fait que saluer poliment le maître d'œuvre de la soirée dans le foyer archi-comble de l'opéra Nouvel.

De Lyon à Liège

En octobre 1999 je suis nommé à la direction de l'Orchestre philharmonique – pas encore royal – de Liège, en quête d'un directeur musical qui puisse remplacer Pierre Bartholomée parti avec fracas au printemps. Le 1er septembre Langrée a démissionné de Lyon. J'ai l'idée que peut-être il pourrait, à 38 ans, incarner le renouveau dont Liège a besoin. Je prends contact avec lui, et le train pour Lyon dans les froidures de décembre. Je vois une superbe production de La Bohème, simple et bouleversante mise en scène de Philippe Sireuil, un ténor qui fera parler de lui, Rolando Villazón, et dans la fosse un chef qui a tout compris de la sensualité de l'orchestre puccinien. Il est très tard, presque minuit, lorsque nous partons dîner. C'est la première fois – mais pas la dernière ! – que je rencontre Louis Langrée en tête à tête. Les heures qui vont suivre jusqu'au cœur de la nuit seront regrets, confidences, amertume, et je serai l'inconnu à qui on peut tout dire sans crainte de représailles ou de reproches. J'oserai Juste quelques minutes évoquer Liège et mon projet. Il ne dit pas non : « Il faut qu'on se revoie ».

En février 2000, c'est à Genève, au Grand Théâtre (puis au Victoria Hall) que je retrouve Langrée. Il dirige son premier Pelléas, avec une équipe de rêve, une Mélisande de 20 ans, Alexia Cousin, Simon Keenlyside, José van Dam, Patrice Caurier et Moshé Leiser à la manœuvre. Ce soir-là je cède aux sortilèges de Maeterlinck et Debussy. Le lendemain, Louis Langrée remplace Armin Jordan, qu'on dit à l'article de la mort (une visite à l'hôpital cantonal de Genève me rassurera) à la tête du même OSR : symphonie concertante de Haydn et surtout La Voix humaine de Felicity Lott. Une journaliste amie écrira : « On a repéré dans la salle JPR peut-être en quête d'un chef pour Liège ». Bien vu.

Louis Langrée inaugure son mandat de directeur musical de l'OPL en septembre 2001, le surlendemain des attentats aux Etats-Unis. Sa soliste est Alexia Cousin. Jusqu'à son brutal retrait en 2005, Alexia sera de presque toutes les aventures de Louis Langrée et des Liégeois, jusqu'à l'enregistrement d'un disque jamais achevé, jamais publié. En cinq ans de mandat, le choix de ses solistes vocaux sera la signature d'un chef qui n'a jamais cessé d'aimer et de servir l'opéra, notamment à Glyndebourne où je le verrai diriger successivement Don Giovanni, Cosi fan tutte, FIdelio. A Liège défileront Sophie Karthäuser, Céline Scheen, Sara Mingardo, David Wilson-Johnson, Werner Güra, Reinhard Hagen, j'en oublie... 


Alexia Cousin et Louis Langrée à Liège (festival Beethoven 2004) © DR

Quarante roses rouges

Le 11 janvier 2001, j'avais fait livrer quarante roses rouges au domicile parisien de Louis Langrée, hommage d'un capricorne (natif du 26 décembre) à un autre capricorne. Je me fiche comme d'une guigne de l'astrologie, mais si je cite cette proximité « astrale » entre Louis et moi, c'est qu'elle n'a pas été sans conséquence sur notre compagnonnage professionel. Ce n'est pas un cliché que de dire que les natifs de ce signe sont taiseux, timides (eh oui !), pudiques, parfois incapables de manifester sentiments ou émotions, et que le non-dit tient parfois plus de place que l'exprimé. Les cinq ans de mandat de Louis Langrée à Liège n'ont pas toujours été un long fleuve tranquille, même si ces « années Langrée » (2001-2006) apparaissent rétrospectivement comme un âge d'or pour la phalange belge.  


En novembre 2001, avec Armin Jordan et Martha Argerich à Liège ©​ DR 

La crise lyonnaise avait déjà révélé un aspect de la personnalité du chef alsacien  (aspect qui va lui être extrêmement utile dans son nouveau poste !) : il n'aime pas partager le pouvoir artistique. Il sait ce qu'il veut, quitte à réfléchir longuement, trop longuement parfois, mais quand il décide quels ouvrages ou programmes il veut diriger (ou pas), quand il choisit les musiciens, les artistes dont il souhaite s'entourer, il n'aime pas que, dans son dos, on contrecarre ou déforme ses idées. Dans la vie d'un orchestre comme Liège, le directeur général et son équipe font tourner la boutique, le directeur musical est souvent loin – les outils de télétravail, les réseaux sociaux n'existaient pas il y a vingt ans ! – concentré sur des répétitions d'un opéra, ou tout simplement difficilement joignable à cause du décalage horaire, Le malentendu, l'erreur d'interprétation d'une réponse ou d'une absence de réponse, bref les embrouilllaminis sont toujours possibles. Surtout quand au lieu d'exploser une bonne fois, les conflits, si conflit il y a, sont rentrés, ruminés, disproportionnés. 

Tout cela n'est rien en regard des projets, souvent fous, joyeux, impossibles, que nous avons montés ensemble, ces festivals de mi-saison à Liège qui sont restés dans les mémoires (Beethoven en 2004, Debussy et le symbolisme en 2005, toute une semaine Mozart en janvier 2006, l'inauguration des grandes orgues restaurées de la Salle philharmonique de Liège). Déjà à l'époque, sans le savoir ou sans le dire, nous pratiquions le « croisement des disciplines et des formats artistiques, avec l'idée de "pléiades" déployant une offre plurielle autour d'un même ouvrage » comme le précisait le communiqué de Roselyne Bachelot. Et ces tournées en Espagne, en Allemagne, en Suisse, cette première fois pour l'OPL et Louis Langrée au Musikverein de Vienne en 2005, ce retour au Théâtre des Champs-Elysées en 2004. 

Le projet Pelléas

Louis Langrée aurait pu accepter quantité d'invitations prestigieuses, à la tête de grands orchestres, ou dans des festivals reconnus. Quand il a dirigé à Glyndebourne, Aix, Vienne, New York, Berlin ou Dresde, c'était parce qu'il savait qu'il pourrait donner et tirer le meilleur des ouvrages, des distributions qu'on lui proposait.    

Très emblématique de cette attitude, la dernière collaboration que j'ai pu établir avec le chef : comme directeur de la musique de Radio France (2014-2015), je tenais à ce que l'Orchestre national de France revienne à sa vocation de défense et illustration de la musique française et surtout fasse une large place à des chefs français pour la plupart installés à l'étranger (on en comptera huit – un record absolu ! – au cours de la saison 2016/2017). Louis Langrée était au premier rang de ces chefs, mais lorsque je lui proposai de diriger l'ONF, d'abord parce que Michel Frank le souhaitait pour le Pelléas qu'il avait prévu au théâtre des Champs-Elysées (dans la mise en scène d'Eric Ruf), il me répondit immédiatement : « OK pour Pelléas, mais imaginons un vrai projet (comme nous l'avions fait à Liège) qui mobilise ce que Radio France sait faire de mieux ». Finalement, après bien des valses-hésitations en interne, la présence de Louis Langrée au printemps 2017 à Radio France à la tête de l'Orchestre national se traduisit par le Pelléas au TCE, un concert à l'Auditorium (Beethoven 4e concerto avec Nelson Freire, Pelléas et Mélisande de Schoenberg) et l'enregistrement pour France Culture de la musique de scène de Fauré pour la pièce de Maeterlinck !. 

Quinze ans après

Le départ de Louis Langrée de Liège aurait pu marquer la fin de l'histoire, la relégation de son quinquennat au rang des souvenirs. Mais l'amitié née de cette aventure commune ne pouvait pas disparaître, elle a, au contraire, profité de la dissolution du lien hiérarchique pour s'épanouir. Langrée est revenu à quelques belles occasions à Liège (une tournée en 2007 en Espagne), les 50 ans de l'orchestre en décembre 2010.


En décembre 2010 trois chefs réunis pour les 50 ans de l'Orchestre philharmonique royal de Liège : Louis Langrée, Pierre Bartholomée, Pascal Rophé ©​ DR

Et puis je l'ai suivi, à Salzbourg avec les Wiener Philharmoniker en janvier 2011 – c'était le retour au concert de Rolando Villazón – fidélité on vous dit !, à Berlin en 2014 avec les Philharmoniker pour un programme tout Mozart, à l'Opéra de Vienne pour sa première Bohème chez Dominique Meyer. Et encore à Londres, à New York, à Aix (Don Giovanni 2010, Traviata 2011), à Paris enfin, les quatre ouvrages donnés à l'Opéra-Comique (Pelléas, Fortunio, Le Comte Ory, Hamlet) et les quelques – trop rares – concerts qu'il y a dirigés, avec l'Orchestre de Paris, l'Orchestre des Champs-Elysées et Cincinnati !

Je ne peux ni ne veux tout citer, les longs coups de téléphone, les déjeuners parisiens, les moments passés en famille, les fous rires, les silences, tout ce qui ne se raconte pas et qui relève de l'amitié. 

Retour d'Amérique

L'un des nombreux articles qui ont salué la nomination de Langrée a justement relevé que la longue expérience américaine de l'actuel chef de Cincinnati lui serait très précieuse pour diriger l'Opéra-Comique. D'abord comme patron – depuis 2003 ! – du seul festival estival d'envergure de New York, le Mostly Mozart Festival, puis, depuis 2013 à Cincinnati, dans un pays où la subvention publique est l'exception, le « music director » doit consacrer une très grande part de son énergie et de son temps à convaincre publics et mécènes de la pertinence de son projet et de son action. Sinon les meilleures idées restent lettre morte. Pendant la crise sanitaire, Cincinnati a fait figure de valeureuse exception, grâce à l'inflexible ténacité de Langrée. Pas de licenciements, des captations sans public dès que la présence des musiciens dans le Music Hall fut de nouveau possible. 

Oui c'est bien « the right man at the right place » !

Je ne veux pas voir un hasard dans le fait qu'il succède à Jerôme Deschamps – avec qui les collaborations furent si fructueuses depuis Les Brigands à Bastille en 1993 – et à Olivier Mantei qui l'admire et l'a invité chaque saison depuis 2015. On souhaite seulement à Louis Langrée et à son équipe de ne pas être happés, détournés de leur projet, par les contraintes administratives qui s'attachent à toutes les institutions culturelles subventionnées en France. 

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager