Sonia Prina, la rockeuse

Par Guillaume Saintagne | lun 17 Août 2015 | Imprimer

Lorsque l’on évoque de grands chanteurs de l’époque baroque, on commence souvent par louer leur ambitus. Après tout, c’est le XVIIIe siècle qui inventa le suraigu et le canto di sbalzo, cette capacité à passer d'un regsitre à l'autre dans la même mesure. Ces tessitures inhumaines sont aujourd’hui encore ce qui contribue à rendre le chanteur divin. Or notre perle du jour sera bien humaine. Sonia Prina est une mezzo-soprano à l’ambitus assez court, à la projection moyenne et au timbre chaud mais assez mat. Elle serait une chanteuse ordinaire n’était la formidable énergie – voire la hargne – qu’elle déverse dans chacun de ses rôles, alliée à un sens de la prosodie et du cantabile suprêmes. S’il lui arrive souvent de survoler certaines notes hors de sa portée, elle ne manquera jamais un mot. C’est tout l’inverse de l’oiseau mécanique, c’est une rockeuse. Il faut la voir en concert : lors d’airs furieux, agrippée à son pupitre, les épaules contractées, le coup tordu et la tête en biais, bramant les notes les plus extrêmes ou, apaisée, louvoyer de tout son corps pour accompagner l’ondulation d’un son. Et notre rockeuse est curieuse, son ample discographie et ses nombreuses prises de rôles diffusées à la radio le prouvent. Pour décrire cette perle dont la forme est plus intéressante que la teinte, voici quelques reliefs.

Débutons ce parcours avec Vivaldi qu’elle a abondamment servi, notamment via un récital d’airs alternatifs dirigé par Ottavio Dantone et son Accademia Bizantina, qui confinent ici à la perfection. Prina excelle naturellement dans les airs délicats et lamenti, et pallie ses limites de tessiture par une superbe sensibilité et une vocalisation vive qui semble glisser sur le souffle sans manquer de netteté, d'où une très belle impression de naturel, de spontanéité du chant que vient soutenir sa verve dramatique habituelle. Dans ce « Perche lascero il foglio », admirez l'allure, l'allant des vocalises, les voyelles accentués pour dynamiser la phrase rythmiquement avec un bel a propos dramatique (le « a  » trop ouvert de « respirar », le « i » très court de « timore »), et comme elle sait sussurer soudain le  dernier « calma in mar » qui conclue le da capo.

C’est d’ailleurs avec Vivaldi et l’Aristea de son Olimpiade, qu’elle fût révélée à beaucoup de baroqueux : si son « E troppo spietato » est encore un peu sage, elle est idéale pour « Sta piagendo la tortorella » qu'elle rend avec une triste délicatesse et une gracieuse résignation qui conviennent parfaitement à Aristea. « Tu da me dividi » lui permet de faire montre de son superbe art de la déclamation, qui vient masquer un grave insuffisant. Dans « Caro son tua cosi » enfin, quelle élégance dans ses « rise-e-ento », et l’évanescence de la voix sur le « anchio ».

Dans une veine plus vénitienne encore, voici Origille dans l’Orlando finto pazzo. L'air du premier acte la montre sous son meilleur jour, et on admirera à quel point cela sonne rond sans pour autant sacrifier la diction. L'acte 2 la voit encore plus belle dans un superbe air avec écho à travers lequel son péché mignon ailleurs – les vocalises un peu engorgées – disparait totalement. Le second ne traduit pas moins son sens du souffle, ou comment distiller son texte avec science en se mêlant parfaitement à l'orchestre. L'acte 3 la voit triompher dans le célèbre « Andero, volero, gridero » où elle est plus consistante que Bartoli, mais aussi moins incisive. A Bartoli le raz-de-marée, à Prina la haute mer qui enfle.

Dans La Senna Festeggiante, son timbre à la douceur de pêche triomphe davantage encore : « In quest'onde » envoutant avec des envolées maitrisées dans l'aigu ; « Vaga perla benche » à la hauteur de sa prestance, une grande classe au-dessus de tout reproche, que rêver de mieux pour la Vertu ? « Stelle, con vostra pace » la trouve touchante dans un lamento où elle est plus délicate et féminine que jamais. Puis des chanteuses capables de marier si bien mordant et densité du chant sont rares. « Cosi sol nell'aurora » lui permet de virevolter de façon envoutante sans être trop capiteuse face à un orchestre qui sautille discrètement. Et quelle façon de faire mourir ses phrases encore une fois !

Dans la Griselda, elle livre une vision très agitée du rôle, plus torturée que celle de Lemieux au disque. Le rôle y perd en subtilité mais y gagne en énergie combattive pour cette fille des forêts. « Ho il cor già lascero» est anthologique : le timbre est rond, l'articulation parfaite et la projection souveraine, les « fulmini » claquent, les « mi fa tremar » sont juste assez fragiles, les retenues émouvantes sur « nasconder mi » et toute la partie centrale. Et encore une belle façon d’alléger sa voix pour faire ressortir la féminité et la sensibilité du personnage sur le cœur de « affani »...

Terminons ce tour de la lagune avec sa Mitrena qui ébouriffa le public du Théâtre des Champs Elysées. Après un « La sull'eterna sponda » chanté de façon hypnotique avec des notes filées sur des souffles de voix mourante (sans bénéficier cependant des graves abyssaux de Mijanovic), et avant son air de la fin du II haletant et captivant, il s’est passé un petit miracle pour ce « S'impugni la spada ». Après que l'orchestre a démarré l'air au moins deux fois plus rapidement qu'au disque, disons le tout de suite, la technique relevait de l'étrange, voire de l'improbable (canto di sbalzo plus caqueté que chanté et vocalises survolées) mais cet élan irrépressible, cet entrain, cette fièvre de Prina dont le corps crispé et gigotant tendait vers la salle comme pour s'y jeter, dans un bain de foule digne d'un concert de rock, voilà un moment de théâtre lyrique. Avec une chanteuse moins convaincue ou avec moins de personnalité, cela n'aurait été qu'un grossier savonnage. Sinon, louons encore une fois son enthousiasme dramatique à couper le souffle dans le long récitatif avec Fernando au I (face à une Hallenberg plus qu'habitée) et qui laisse pantois pour le long accompagnato du III. La captation hélas ne rend que très imparfaitement l’électricité qui parcourait le public alors.

Autre compositeur qu’elle aime explorer, Handel. Commençons par Bradamante dans Alcina, un rôle de pure contralto (la Negri aussi créatrice de Polinesso et Carilda), donc, bien sûr, trop grave pour Prina. Mais Bradamante souffre souvent d'interprètes à la fureur relative et aux vocalises dont la vélocité sacrifie à la clarté du timbre ou l'inverse, tandis que Sonia, avec une voix inadéquate, réussit la meilleure caractérisation du rôle. Certes les vocalises manquent d'ampleur, mais la projection et le souffle sont loin d'être pris en défaut. Quant à la rage du personnage, tantôt contrainte et syncopée dans le « E gelosia » à mots couverts, tantôt déchainée dans le superbe « Vorrei vendicarmi », elle est fulgurante, surtout ainsi portée par la direction d’Ivor Bolton dont la basse continue semble taper du pied de rage, et les cordes s’emporter pour inlassablement s’effondrer avec ce personnage dont la rage ne se verbalise qu’au conditionnel.

Dans la même perspective et encore plus paradigmatique ici, Bertarido dans Rodelinda est écrit bien au delà de sa tessiture mais dans ce superbe « Se fiera belva ha cinto », l'allant, le naturel et la liquidité de la vocalise le font oublier. 

Au fil de sa carrière ses prises de rôle dans des partitions handeliennes écrites pour des castrats primo uomo se sont révélées de moins en moins convaincantes, mais il y a une dizaine d'année, portée par ce magicien qu’est Fasolis, elle était capable d'un Cesare impressionnant dans l'opéra éponyme. Ecoutez ce ce  «Cielo se tu consenti » importé d'Orlando : on est bluffé par une vocalisation à toute épreuve, la longueur du souffle long et la niaque dramatique.

Mais ce qui reste le plus admirable chez elle, c'est ce suc vocal qui emplit chaque mot plus que chaque note. Dans le célèbre « Stille amare » où la vie de Tolomeo s'écoule funestement avec sa voix, elle diminue magnifiquement chaque reprise de la phrase, l'enflant ponctuellement comme victime d'un spasme qui la laisse encore plus épuisée, jusqu'à la dernière phrase inachevée.

Son plus beau role handelien, c’est sans conteste Rosmira dans Partenope. Ecrit pour la Merighi, une mezzo colorature, le rôle traverse tous les états d'âme : fureur  avec « Un altro volta ancor », délirant grâce à la combinaison de fortes scansions sur « poi... » auxquelles succède un court silence angoissé puis un tourbillon vocalisant sur « m'inganasti »; témérité avec « Io seguo sol fiero », glorieuse gigue dans laquelle Prina crane fièrement en dialoguant avec le cor, faisant montre de graves qu'on ne lui connaissait pas; jalousie avec « Furie son dell'alma mia », sa forte accentuation du « gEElosia », de torrentielles vocalises sur « rabia » et un staccato des archets sur chaque syllabe initiale, l'air parcoure une large tessiture et Prina décoche des aigus tous neufs là aussi; sans oublier la tristesse avec de superbes lamenti.

De l’autre côté du triangle amoureux, elle devient Partenope dans la version de Vinci. Ici guerrière et mythique reine de Naples, l'aplomb nécessaire au rôle ne fait pas défaut, au point que le personnage manque parfois de féminité. Mais après tout Vinci lui-même virilise beaucoup son personnage et Prina dans son « A far stragi » de prendre plaisir à jouer avec les « non temer » tantôt caressants, tantôt impérieux.

Dernière étape de cette exploration de sa carrière, le répertoire sacré dans lequel elle est plus idoine que partout ailleurs. Avec un Dantone exhaustif et spirituel, on retiendra surtout un bouleversant Salve Regina de Porpora. Naturellement la sensibilité, la douceur, le moelleux, la profondeur d'expression de notre Sonia font ici miracle, et sa prononciation donne une saveur inconnue au latin. A la délectable et confiante sérénité du « Salve regina » succède l'humble prière du « Ad te clamamus » dont l'insistance trouve cependant refuge dans les vocalises qui s'interrompent brusquement comme s'apercevant de leur excès d'orgueil. C'est le moment d'un « Eia ergo» extasié et pourtant plein de doute, de piété et d'effacement dans la douleur apaisée par la foi, comme si l'enthousiasme tentait de nier l'imparfaite confiance humaine en Dieu. Et le tout s'achève avec un bouleversant « O clemens » qui vogue confiant dans un murmure et une légèreté en harmonie avec des vocalises rondement menées et une diction toujours aussi délicieuse.

Autre exemple avec un disque consacré à Sammartini. Très bien dirigées, ces œuvres sont assez intéressantes même si elles manquent un peu d'inventivité. On remarquera surtout l’« Almen potesse chiudere » de Cleofe dans Maria addolorata , une longue (12 minutes) lamentation concertante avec violoncelle. L'harmonie entre sa voix et le violoncelle est totale, l'épuisement et la lassitude sont sensibles, jamais nous ne l’avons entendue si émouvante. Elle est vraiment douée pour rendre toute la spiritualité de cette musique à travers son timbre charnel qui pointe vers l'indicible, le mystère sacré sans devenir éthéré. Elle s'y entend en art de sublimer la souffrance humaine. Ecoutez comme elle appuie la dernière syllabe de ses « crudelta » et « oppresso » tels les prémices de larmes que la pudeur retient, puis varie les intonations à chaque reprise de cette mélancolique et trébuchante litanie.

Apothéose, elle est la Vierge des douleurs chez Alessandro Scarlatti : chaleur et douceur du timbre, même si l'on peut préférer la douleur plus introvertie d’une Mingardo, cette Vierge-là fait de sa voix un linceul caressant pour le corps meurtri de son fils, notamment dans cette belle première partie où elle enchaine trois airs aux affects très différents avec une virtuosité psychologique remarquable.

 

Nous arrêtons le parcours ici mais sont également très recommandables: son Alcandro dans l'Olimpiade de Pergolesi, sa Cleofe dans La Resurrezione de Handel, son Disinganno chez le même compositeur ou son récital d'airs du XVIIème italien avec Roberta Invernizzi (Amore e morte dell'Amore). Sonia Prina sera invitée en avril 2016 au Théâtre des Champs-Elysées dans l'oratorio Colpa, pentimento e Grazia de Scarlatti, et son prochain disque devrait être Dorilla in tempe de Vivaldi chez Naïve dirigée par Diego Fasolis. 

DISCOGRAPHIE

2015
VERACINI, Adriano in Siria – Biondi (Fra Bernardo)
VIVALDI, Farnace – Sardelli (Dynamic)

2013
VIVALDI, Catone in Utica – Curtis (Naïve)
Récital, Amore e Morte dell’Amore – Pianca (Naïve)

2012
HANDEL, Rinaldo – Dantone (Opus Arte DVD)
VINCI, La Partenope – Florio (Dynamic DVD & CD)

2011
GLUCK, Ezio – Curtis (Virgin)

2010
HANDEL, Cantates italiennes – Fentross (Ludi Musici)
VIVALDI, Ottone in villa – Antonini (Naïve)

2009
HANDEL, La Resurrezione – Haïm (Virgin)
HANDEL, Ezio – Curtis (Archiv)
HANDEL, Alcina – Curtis (Archiv)

2008
VIVALDI, Arie Ritrovate – Dantone (Naïve)
MONTEVERDI, L’Orfeo – Christie (Dynamic DVD)

2007
HANDEL, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno – Haïm (Virgin)
MOZART, Ascanio in Alba – Fischer (Deutsche Grammophon DVD)
ROSSINI, La Pietra del Paragone – Spinosi (Naïve DVD)
CONTI, David – Curtis (Virgin)
HANDEL, Alcina – Bolton (Farao)

2005
SAMMARTINI, Maria addolorata & Il Pianti di San Petro – Ferrari (Naxos)
HANDEL, Rodelinda – Curtis (Archiv)

2004
VIVALDI, Orlando finto pazzo – de Marchi (Naïve)
MONTEVERDI, L’Orfeo – Haïm (Virgin)
HANDEL, Lotario – Curtis (DHM)
PORPORA, Salve Regina – Dantone (Amadeus)

2003
VIVALDI, Farnace – Savall (Alia Vox)

2002
VIVALDI, La Senna festeggiante – Alessandrini (Naïve)
VIVALDI, L’Olimpiade – Alessandrini (Naïve)
DONIZETTI, Anna Bolena – (Dynamic)

2001
GALUPPI, Il Filosofo di campagna – (Bongiovanni)
ROSSINI, La Cenerentola – Rizzi (Dom)
VERDI, Messe solennelle – Chailly (Decca)

2000
SARTI, Giulio Sabino – Dantone (Bongiovanni)

 

Interprétations diffusées à la radio/tv

HANDEL, Alcina – Spinosi (Paris 2007)
HANDEL, Messiah – Biondi (Madrid 2004) & Dantone (Halle 2007)
HANDEL, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno – Haïm (Paris 2005)& Antonini (Lucerne 2001)
HANDEL, Partenope – Florio (Beaune 200 & Ferrare 2009)
HANDEL, Aci, Galatea e Polifemo – Bernardini (Copenhague 2013)
HANDEL, Amadigi – Alessandrini (Beaune 200 & Naples 2002)
HANDEL, Arianna in Creta – (Londres 2009)
HANDEL, Rodelinda – Curtis (Vienne 2006)
HANDEL, Tolomeo – Curtis (Paris 2008 & Madrid 2009)
HANDEL, Admeto – Curtis (Cracovie 2014)
HANDEL, Giulio Cesare – Fasolis (Gênes 2007) & Rousset (Paris 2006) & deMarchi (Turin 2014)
HANDEL, La Resurrezione – Haïm (Francfort 2004) & Antonini (Graz 2002) & Jacobs (Bruxelles 2014)
HANDEL, Ariodante – Marcon (Aix-en-Provence 2014) & Summers (San Francisco 2008)
HANDEL, Ezio – Cremonesi (Paris 2009)
HANDEL, Orlando – Haïm (Paris 2010)
HANDEL, Rinaldo – Dantone (Cracovie 2009)
HANDEL, Arias – Goodwin (Graz 2009)
HANDEL, Poro – Onofri (Basel 2012)
HASSE, Artaserse – Rovaris (Martina Franca 2012)
MONTEVERDI, L’Orfeo –Dantone (Cremona 2007)
MOZART, La Betulia liberata - Rovaris (Wroclaw 2013)

PAISIELLO, Annibale in Torino – Dantone (Turin 2007)
PERGOLESI, L’Olimpiade – Dantone (Beaune 2003)
PERGOLESI, Il Flaminio – Dantone (Beaune 2004)
PERGOLESI, Salve Regina & Stabat Mater - Fentross (Amsterdam 2009)
RAVEL, L’Enfant et les sortilèges – Tate (Naples 2008)
SCARLATTI, A., La Vergine dei dolori – Biondi (Vienne 2005) & Alessandrini (Cracovie 2008)
VINCI, Partenope – Florio (Beaune 2004)
VIVALDI, La Griselda – Spinosi (Paris 2005)
VIVALDI, Catone in Utica – Curtis (Paris 2014) & Sardelli (Cracovie 2012)
VIVALDI, Orlando Furioso – Spinosi (Edinburgh 2007)
VIVALDI, La Senna festeggiante – Bolton (Freiburg 2004)
VIVALDI, Arie ritrovate – Dantone (St Michel en Trierarche 2007)
VIVALDI, Arias – Antonini (Cracovie 2009)
VIVALDI, Motezuma – Curtis (Paris 2007)
VIVALDI, Juditha Triumphans - Dantone (Hambourg 2014)
VIVALDI, Ottone in villa - Mortensen (Copenhagen 2014)

VENIER, Oratorio à cinq – Sardelli (2008)
Récital Vivaldi & Handel – (Londres 2005)
Récital Vivaldi & Handel – Antonini (Lyon 2004) & Spinosi (Menton 2005)
Récital Vivaldi, Handel & Rossini – Spinosi (2010)

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.