À Bologne, on explore les influences visuelles de Pasolini et on croise Maria Callas

Par Camille De Rijck | mar 02 Août 2022 | Imprimer

À l'occasion du centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini, des expositions et des rétrospectives fleurissent aux quatre coins du monde, parallèlement aux ouvrages qui semblent paraître tous les jours. Bologne possède avec Turin l'une des plus belles cinémathèques d'Italie, il était donc normal que la capitale d'Emilie-Romagne s'intéresse au centenaire de l'enfant terrible du cinéma italien. Dans l'exposition Folgorazioni Figurative, trois curateurs tentent de mettre en évidence les liens entre l'art pictural de la Renaissance et certaines scènes nées de l'imaginaire du cinéaste. Pasolini, pendant la guerre, ne fut-il pas l'élève de Roberto Longhi, auteur – entre autres – d'une indispensable biographie du Caravage ? Partant de la confrontation visuelle de plusieurs éléments, de mains différentes, de la même fresque (celle de Masaccio et de Masolino, à Santa Maria del Carmine à Florence), l'historien de l'art est parvenu à captiver l'esprit de son disciple. L'exposition s'attache à établir des concordances visuelles – parfois un peu téléphonées – entre certains tableaux extraits de films de Pasolini et les grands maîtres de la peinture italienne que sont Masaccio, Botticelli, Pontorno, Bronzino ou Rosso Fiorentino. Des icônes qui s'impriment dans l'imaginaire du jeune poète jusqu'à ce que celui-ci se saisisse, en la personne de Maria Callas, d'une veritable icône, de chair et de sang. Sont ainsi offerts à l'admiration des visiteurs plusieurs croquis un peu gauches de la main de Pasolini qui ambitionne de montrer le divin visage sous plusieurs angles d'extase contemplative. De là à prétendre que Maria Callas participa corps et bien au mouvement des maniéristes italiens, il n'y a un pas que l'histoire de l'art se garde encore de faire mais qu'effleurent les curateurs de Folgorazioni Figurative. À voir à la cinémathèque de Bologne jusqu'au 16 octobre.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.