Aida interdite à Bristol, jusqu'où ira le politiquement correct ?

Par Laurent Bury | jeu 06 Octobre 2016 | Imprimer

On se rappelle la polémique récente suscitée par la décision de ne pas noircir le visage d'Otello lors des dernières représentations données au Met. Cette fois, c'est un autre opéra de Verdi, Aida, qui fait débat dans le monde anglophone, où le politiquement correct n'en finit pas de triompher dans ses manifestations les plus absurdes. A cause d'une invraisemblable controverse, le Music Theatre de l'université de Bristol vient d'être contraint d'annuler les représentations prévues pour le printemps 2017. Cette décision n'est pourtant pas liée à la témérité d'étudiants britanniques qui auraient voulu se colleter avec quelques-uns des rôles les plus lourds du répertoire lyrique, puisqu'il n'était question que du musical conçu par Elton John et Tim Rice d'après Aida. Non, l'annulation est liée aux protestations d'autres étudiants qui dénoncent un cas scandaleux d' « appropriation culturelle ». Comment ne pas s'indigner, indeed, en apprenant que des étudiants blancs allaient oser interpréter le rôle d'Egyptiens et de Nubiens ? On espère que ce genre de censure n'est pas près d'atteindre les plus grandes maisons d'opéra, mais le pire n'est jamais sûr...

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.