Annie Cordy, adieu à notre Tata Yoyo

Par Christophe Rizoud | sam 05 Septembre 2020 | Imprimer

La chanteuse Annie Cordy est décédée hier vendredi 4 septembre à l’âge de 92 ans. Quel rapport entre l’art lyrique et la désopilante interprète de Cho Ka Ka O ? C’est que notre Tata Yoyo appartient à une génération d’artistes dont la formation ne se résume pas à un passage dans une émission de télé-réalité. Dès l’âge de 8 ans, ‎Léonie Juliana Cooreman – son véritable nom – apprend le piano et le solfège. Cette formation classique la conduira au début des années 1950 sur « la route fleurie » de l’opérette – référence à un des titres les plus fameux de Francis Lopez grâce auquel Nini – son pseudonyme à l’époque – deviendra Annie. Pour ses débuts dans le genre, la jeune artiste, découverte par le compositeur au Bœuf sur le toit de Bruxelles, fait équipe avec Georges Guéthary et Bourvil. Puis, en parallèle d’une carrière de comédienne et de chanteuse de variétés, survient le succès au cinéma en 1956 du Chanteur de Mexico avec Luis Mariano. Ces deux-là font la paire. Annie Cordy est trop bonne copine pour que les fans énamourées du Prince de l’opérette ne prennent ombrage de leur relation sentimentale – à la scène seulement. Leur Visa pour l’Amour, qui triomphe de 1961 à 1964, n’abuse personne. La vague yéyé renvoie au rayon du kitch les roucoulades mexicaines du ténor espagnol sans altérer la popularité et la bonne humeur de sa partenaire qui, avec cet inimitable sourire dans la voix, continuera de divertir petits et grands, du music-hall aux plateaux TV, de La bonne du curé aux Enfants de la terre, jusque dans les années 2000.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager