Franco Fagioli, mi Horne, mi flamme !

Par Jean Michel Pennetier | mar 10 Juin 2014 | Imprimer

Mais où s'arrêtera Franco Fagioli ? C'est ce qu'on peut se demander après son concert salzbourgeois donné dans le cadre du Festival de Pentecôte. Hommage au castrat Giambattista Velluti, le programme aura permis au contre-ténor argentin de rendre hystérique la salle du Mozarteum dès la première partie consacrée à des extraits d'Il Crociato in Egitto de Meyerbeer (vraisemblablement une première pour le festival : tremble, Bayreuth !). Mais le plus beau était à venir puisqu'après la scène d'Arsace d'Aureliano in Palmira, ouvrage effectivement écrit pour le castrat Velluti, Fagioli s'est attaqué à un autre Arsace, celui de Semiramide, puis en bis au Malcolm de La Donna del Lago, rappelant les fastes belcantistes de Marilyn Horne Un dernier bis, le Chérubin des Nozze di Figaro, finit de bouleverser les genres et de chambouler les coeurs !