Haute couture pour une Petite Messe

Par Sylvain Fort | jeu 05 Mars 2015 | Imprimer

Les conditions de création de la Petite Messe Solennelle ont influencé sa forme initiale : c'est avec un effectif réduit de deux pianos, un harmonium, quatre solistes et un choeur qu'elle fut donnée la première fois dans les salons du comte Alexis Pillet-Will. Comme d'autres avant lui, cet enregistrement reprend la version orchestrée par le compositeur peu avant sa mort et créée en 1869. L'écueil n'en reste pas moins de retrouver derrière une orchestration plus profuse l'esprit qui présida à sa création. Car la Petite Messe Solennelle n'a rien, même orchestrée, d'une fanfare sulpicienne. Quelque chose de suave et d'apaisé irrigue cette musique, comme si les contraintes de l'exercice avaient en réalité joué à plein dans l'inspiration même de Rossini et l'avaient nourrie par-delà les simples considérations d'effectif. C'est l'immense mérite d'Ottavio Dantone ici de ne pas céder à la tentation des grandes orgues et de ciseler le propos, offrant un cousu-main fort réjouissant, tel un Saint-Laurent rossinien. Ainsi - exemples parmi d'autres - on aime infiniment la subtilité d'un Gloria tout de sensuelle latinité, où d'autres nous font entendre une sorte de lyrisme hors de propos. Aucun coup de menton de la part du chef, mais un sens subtil des équilibres et des nuances de cette musique plus fervente que bouillonnante. Il est secondé dans cette vision par un choeur Accentus qui déploie des merveilles de ligne et sait varier l'intensité avec une précision admirable. Les solistes sont à l'avenant, avec une mention particulière pour les femmes. Delphine Galou est un vrai contralto coloré et plein, tirant de son « Agnus Dei » un parti remarquable, tout de galbe et de modestie. Julia Lezhneva offre la qualité inouïe de son timbre à un chant ultra-châtié. Elle ne chante pas, elle prie, droite et fière. On n'est pas près d'oublier ce « Crucifixus » et l'on se permet de vous engager à l'écouter en boucle pendant quelques semaines, pour la paix de votre âme. 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.