Hoffman à Bastille, Stefano Secco au charbon

Par Brigitte Cormier | mer 23 Novembre 2016 | Imprimer

Hoffman à l'Opéra national de Paris en 2012, Stefano Secco devait cette saison succéder à Jonas Kaufmann pour les trois dernières de la mise en scène fétiche des Contes d’Hoffmann par Robert Carsen. On avait pu alors alors lire ici-même « Le Français de Stefano Secco est son talon d'Achille mais la vaillance, la ligne, l’endurance sont ceux d'un Hoffmann de premier niveau qui, par son lyrisme maîtrisé, n’est pas si éloigné de ce que pouvait proposer Alfredo Kraus dans le même rôle ». C’est peu de dire que la barre était placée haut. Bien sûr, comme l’a écrit récemment Laurent Bury, pas plus que Ramon Vargas, Stefano Secco n’incarne le « beau ténébreux barytonant  que Paris attendait ». Certes il n’était pas facile pour le ténor italien de reprendre (sans doute avec peu de répétitions) un rôle aussi exigeant alors que ses partenaires sont maintenant rodés. En professionnel aguerri, ce soir de première pour lui, Secco chante consciencieusement sa partie mais la flamme est absente. Au début de l'opéra surtout, la voix est engorgée, les aigus sont là, sans éclat ; la diction en français s'est améliorée, mais les mots ne touchent guère ; Il exécute bien les attitudes et les gestes mais le personnage est absent... Et malgré l’actif soutien de Philippe Jordan, les airs les plus attendus tombent assez à plat. Durant ses nombreuses scènes avec Niklausse, cet Hoffmann de petite taille est comme écrasé par la grande Stéphanie d’Oustrac qui, elle, à l’évidence, s’éclate dans ce joyeux travesti. Au troisième acte le Secco qu’on connaît semble enfin mieux chantant, plus présent. Espérons qu’après deux jours de repos entre la soirée du 24 et la matinée du 27, il aura retrouvé sa vaillance et son lyrisme.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.