Forum Opéra

La résurrection de Franckenstein

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
3 mai 2022
La résurrection de Franckenstein

Infos sur l’œuvre

Détails

A partir du 22 mai prochain, Franckenstein sera de retour à l’opéra : plus exactement Clemens Erwein Heinrich Karl Bonaventura Freiherr von und zu Franckenstein (1875-1942), en abrégé Clemens von Franckenstein, élève de Ludwig Thuille et d’Iwan Knorr (ce qui ne veut pas dire qu’il n’a fait que de la soupe). Compositeur célébré, Franckenstein fut également chef d’orchestre et directeur de théâtre. Sur la recommandation de Richard Strauss, il fut nommé au Théâtre Royal de Prusse de Berlin en 1907. A deux reprises, il fut directeur général royal du Bayerische Staatsoper de Munich (1912–1918 et 1924–1934) et dirigea le Festival de Munich jusqu’à son éviction par les nazis en 1934. Il défendit les ouvrages de Korngold, Pfitzner, Braunfels ou du moins connu Courvoisier. Il composa 5 ouvrages scéniques (dont Die Biene, une pantomime sur un livret d’ Hugo von Hofmannsthal). Son ouvrage le plus connu reste l’opéra en trois actes Li-Tai-Pe, régulièrement à l’affiche des théâtres allemands entre 1920 et 1933, et plus rarement jusqu’en 1944. Le livret en est dû à la plume de Rudolf Lothar, que l’on connait un peu comme l’auteur du poème de Tiefland d’Eugen d’Albert. L’histoire, imaginaire, est basée sur la vie du poète chinois Li Bai (ici Li-Tai-Pe), bon vivant favori de l’empereur et victime d’intrigues de cours lui prêtant une liaison avec l’épouse du monarque. Au dernier acte, les courtisans font appel à un témoin pour accuser faussement le poète devant l’empereur. Face à celui-ci et en dépit des menaces des courtisans, le témoin se révèle être l’épouse délaissée du poète, travesti pour mieux le confondre. Elle affirme au contraire l’innocence de Li-Tai-Pe qui, touché, retourne auprès d’elle. Néo-romantique, la partition conjugue les apports de Wagner et Debussy. L’ouvrage sera recréé, à partir du 22 mai prochain, sur la scène de l’Opéra de Bonn, une institution décidémment peu avare de prises de risques puisque la recréation d’Ein Feldlager in Schlesien de Meyerbeer s’y est tenue il y a seulement quelques jours. Ces deux opéras font partie d’un vaste projet pluri annuel, Focus’ 33, visant à initier une démarche d’analyse globale (représentations, expositions, conférences) autour d’ouvrages qui ont disparu du répertoire allemand après 1933 ou à partir de 1945, qui ont été créés pendant cette période ou n’ont été créés qu’après, en raison du contexte historique qui les englobe.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
© Sir James pour Wikipedia

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]