Laurence Equilbey, où sont les femmes ?

Par Laure Bertoli | lun 03 Septembre 2012 | Imprimer

/* Style Definitions */
mso-fareast-font-family:"Times New Roman";
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family:"Times New Roman";
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}
En février une étude a été réalisée à la demande de Laurence Equilbey, sur "La place des femmes dans les institutions publiques du spectacle vivant, dans les postes à responsabilité en 2011". L'étude en question ayant fait un certain bruit (avec notamment une conférence de presse en mai), il a été décidé de réitérer l'expérience à partir des programmes de salles de spectacles disponibles au 15 juin sur Internet pour la saison 2012-2013 ; le but était toujours de déterminer la place accordée aux femmes dans ces différentes structures. Dans la brochure intitulée Théâtre, musique, danse : où sont les femmes ?, réalisée par la SACD et les mouvements h/f et le laboratoire de l'égalité, on en apprend de belles. Seulement 4% des maisons d’opéra sont dirigées par des femmes, et 5% des concerts sont dirigés par des femmes. La saison prochaine, aucune femme ne dirigera nos orchestres régionaux, qui ne programmeront aucune œuvre due à une femme, sauf à quelques rares exceptions près, par exemple là où Laurence Equilbey elle-même officiera (à Lille et à l'Orchestre national des Pays de Loire) ou à Lyon, où Hélène Bouchez dirigera Le Lac des cygnes, et où La Maison qui chante de Betsy Jolas sera mis en scène par Véronique Samakh. Dans les opéras, la situation est moins désespérée, mais elle est grave : à Marseille, par exemple, on compte une seule production mise en scène par une femme (Nadine Duffaut pour Otello), et aucune représentation dirigée par une femme. Haro sur le Châtelet, où aucune femme ne se voit confier la moindre fonction à responsabilité. Si Mariame Clément n’avait été sollicitée pour monter Hansel et Gretel et Emmanuelle Haïm pour diriger Giulio Cesare, l’Opéra de Paris mériterait aussi un bonnet d’âne. Soulignant « l’injustice flagrante faite aux artistes féminines dans notre pays », Laurence Equilbey préconise notamment l’usage du guide rédigé par l’Institut National de la Langue Française en matière de féminisation des noms de métier. Alors, comment dit-on "un chef d'orchestre" au féminin ? Très simple, "une chef d'orchestre". [LB]

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager