Le Kurt Weill incendiaire de Julia Migenes à Clermont-Ferrand

Par Roland Duclos | jeu 12 Novembre 2015 | Imprimer

C’est cru, c’est rouge sang et rugueux sur fond de cambrures incendiaires : on ne sait qui de Julia Migenes ou de Kurt Weill a séduit l’autre samedi 7 novembre à l’Opéra de Clermont dans le programme Grandes Voix du Centre Lyrique d’Auvergne. L’explosive Carmen de Francesco Rossi n’a rien perdu de son insolente faconde qu’elle reconvertit habilement en meneuse de revue expressionniste de cabaret berlinois. Au menu : chansons et airs d’opéra du Verdi des pauvres. La belle cigarière tient encore la dragée haute aux aigus sans toutefois jouer avec le feu. Autrement dit elle prend soin de ne pas abuser de ses talents. Résultat plus que convainquant : une heure trois-quarts de récital sans temps mort avec seulement trois courts répits occupés par un Bruno Fontaine puissamment inspiré au Steinway tour à tour mélancoliquement classique ou outrageusement sonorisé en piano de bastringue. Leur duo musicien épanouit une jubilatoire ferveur carnassière notamment dans l’inoxydable Complainte de Mackie Messer. Migenes déploie de réjouissantes dispositions de Fregoli vocal jonglant entre la gouaille rocailleuse des bas-fonds  berlinois sur le capiteux refrain « In dem Bordell » de la Zuhälter-Ballade et la séduction de Bilbao Song. Mais la sulfureuse soprano à la crinière de feu prend un plaisir langoureusement extraverti à forcer l’accent raboteux sur Denn, wovon lebt der Mensch de L’Opéra de quat’sous. En authentique bête de scène, elle apostrophe, harangue, invective sur Kanonen Song, vivante incarnation des grotesques pantins d’un Otto Dix ou d’un Georg Grosz, autant qu’elle séduit sur Surabaya Johnny à la rugueuse tendresse. Weill s’affirme d’abord comme un manifeste.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.