Forum Opéra

Pretty Yende, au pied levé et avec panache

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
5 janvier 2022
Pretty Yende, au pied levé et avec panache

Infos sur l’œuvre

Détails

Coup de cœur pour Pretty Yende, qui après avoir étincelé la veille au Concerto di Capodanno de la Fenice (notamment l’air de Rosina, « Una voce poco fa », dans une version festive agrémentée de kyrielles d’abbellimenti vertigineux) remplaçait au pied levé Nadine Sierra dans un programme brillantissime. Cela se passait à l’église de Rougemont dans le cadre d’un Gstaad NewYear Music Festival très perturbé par des annulations en cascade. Mais Pretty sauva la mise avec panache.
Radieuse artiste, découverte (par nous) à Verbier en 2014, qui semble aujourd’hui trouver sa pleine maturité vocale.


Pretty Yende à Rougemont © Ch.S.

Vocalises en grappes et trilles d’une rondeur voluptueuse, cabalettes aériennes, bien sûr, mais surtout bel canto expressif : dans l’aria « Ah ! Non credea mirarti » de La Somnambula, de belles couleurs mélancoliques, un sens du legato, une musicalité sensible, des pianissimi en confidence et surtout des accents dramatiques très justes, une sincérité qui ne trompe pas et des yeux qui se mouillent.
Dans le premier air de Violetta, qu’elle incarnait encore en septembre à Vienne et en novembre à Covent Garden, des demi-teintes songeuses sur « Ah, Forse lui » avant que le « Sempre libera » se déploie dans tout son brio, culminant sur un mi bémol insolent.
L’Air des Bijoux de Faust donna ensuite à entendre une Marguerite très opulente, prête à dévorer le pauvre Faust. Non moins irrésistiblement brillants l’air de Vilja de La Veuve joyeuse avec de beaux graves charnus et une ligne musicale portée par un souffle inépuisable et la Csárdás de La Chauve-Souris, « Klänge der Heimat », où sa puissance de feu fit des éclats, et surtout son charme.
En bis, Over the Rainbow, chanté joliment penchée derrière Natalia Morozova, sa pianiste d’un soir (tout était impromptu dans ce concert) avec laquelle l’entente avait été parfaite.

Sitôt le récital fini, Pretty Yende partait en hâte rejoindre Valencia pour répéter à partir du lendemain Les Contes d’Hoffmann où, sous la direction de Marc Minkowski, et du 20 au 31 janvier elle chantera les quatre rôles féminins, Olympia, Antonia, Giulietta et Stella…


Pretty Yende et Natalia Morozova à Rougemont © Ch.S.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Pretty Yende à Rougemont © Ch.S.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]