Py au carré à Bruxelles en 2017-18

Par Claude Jottrand | sam 25 Mars 2017 | Imprimer

Peter de Caluwe, directeur du Théâtre Royal de la Monnaie, dévoilait hier à la presse le programme de sa saison 2017-2018. Heureuse de retrouver sa salle historique enfin restaurée, la noble institution bruxelloise poursuit sa route, sans surprise majeure, dans la veine du « regieteater » qui prévaut depuis de nombreuses années déjà de façon quasi hégémonique dans toutes les grandes maisons d’opéra, signe du système de la pensée unique qui restera sans doute la marque de notre époque. Sans véritable thème commun (mais on s’en passe très bien…) sept productions scéniques importantes constituent l’épine dorsale de cette saison, dont deux confiées au metteur en scène Olivier Py : un Dialogue des Carmélites avec une distribution franco-belge et un Lohengrin, report de la saison dernière, qui n’avait pu trouver place sous chapiteau. C’est la création du nouvel opéra de Philippe Boesmans, Pinocchio qui ouvrira la saison, mis en scène par Joël Pommerat ; le même duo avait déjà officié avec succès dans Au Monde en 2014. Lucio Silla, présenté ici pour la dernière fois en 1984 dans la mémorable version de Patrice Chéreau, sera confié au jeune metteur en scène allemand Tobias Kratzer.

Les pièces courtes seront aussi à l’honneur, groupées par deux : Il Prigioniero de Luigi Dallapiccola couplé à Das Gehege de Wolfgang Rihm, mis en scène par la sulfureuse Andrea Breth seront présentés en janvier. Plus conventionnels, Cavalleria Rusticana et Pagliacci seront confiés à Damiano Michieletto, qui avait signé en 2015 un fort joyeux Elisir d’amore. Enfin, le Château de Barbe-Bleue, précédé du Mandarin Merveilleux (Bartók) clôturera la saison dans une mise en scène de Johan Simons, directeur artistique de la Ruhrtriennale.

Alain Altinoglu, directeur musical de la maison, ne dirigera que trois de ces productions, (Poulenc, Wagner et Bartók) mais a composé un important programme de concerts symphoniques, en lien thématique avec les opéras et destinés à mettre l’orchestre en valeur. Outre des spectacles de danse, des récitals de lieder et des projets sociétaux ou pédagogiques, deux productions d’opéra en concert complètent cette programmation : le Tancredi de Rossini avec Marie Nicole Lemieux, et un Fidelio (rebaptisé Leonore car il s’agit de la première version de 1805) dirigé par René Jacobs.

Tous les détails sur le site du Théâtre de la Monnaie.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager