Sophie Karthäuser, et Mozart créa la soprano

Par Christophe Rizoud | ven 23 Mai 2014 | Imprimer


Nicolas Chalvin avait fait de Mozart Salle Gaveau hier, 22 mai, l'unique objet de la soirée. Divin ? Forcément quand le compositeur de Don Giovanni est proposé comme ici avec une rigueur qui n'exclut ni la grâce, ni la subtilité. Le directeur musical de l'Orchestre des Pays de Savoie a développé avec son ensemble en 5 ans de vie commune une entente que révèle, dans la Symphonie n°33, un maillage sonore finement tissé. En première partie, Cédric Tiberghien ponctue son jeu de mimiques enfantines. Lien de cause à effet, il émane du Concerto n°17 pour piano un délicat parfum d'innocence. La deuxième partie transporte encore davantage. Trois airs dont le fameux « Ch'io mi scordi » suffisent à Sophie Karthäuser pour donner un aperçu de la soprano mozartienne idéale. Le timbre a perdu de son éclat juvénile mais la maturité le rend plus émouvant encore. Il y a la science du legato, indispensable chez Mozart, la ligne fermement courbée, l’agilité suffisante pour les vocalises de « Sol nascente », la longueur, la couleur, l’égalité des registres. Il y a la voix donc et il y a le regard, brillant, qui épouse chacun des sentiments exprimés, les annonce puis les exprime avec une intensité éloquente. Il y a en bis (un seul, malheureusement), « Hôtel », cette mélodie de Poulenc sur un poème d’Apollinaire dite avec un chic inimitable. Intelligence du texte, intelligence du chant qui sait contourner les difficultés pour que l’interprétation semble couler, fluide, naturelle, innée. Divin, disions-nous ; divine aussi. [Christophe Rizoud]
Concert Mozart. Sophie Karthäuser, soprano ; Cédric Tiberghien, piano ; Orchestre des Pays de Savoie ; Nicolas Chalvin, direction. Paris, Salle Gaveau, jeudi 22 mai, 20h30.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager