Forum Opéra

Anima sacra

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
9 janvier 2019
Que de finesses en cette légèreté !

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Nicola Fago

« Alla gente a Dio diletta » (Il Faraone sommerso)

Confitebor tibi, Domine

Johann David Heinichen

Alma Redemptoris Mater

Domènec Terradellas

« Donec ponam « (Dixit dominus)

Nicola Fago

Tam non splendet sol creatus

Domenico Sarro

« Laudamus te » (Messa a 5 voci en fa majeur)

Francesco Feo

« Juste Judex ultionis » (Dies irae en ré mineur)

Jan Dismas Zelenka (extraits de Gesù al Calvario)

« Smanie di dolci affetti… » (recitativo)

« S’una sol lagrima » (aria)

Johann Adolf Hasse

« Mea tormenta, properate ! » (Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena)

Gaetano Maria Schiassi

« L’agnelletta timidetta » (Maria Vergine al Calvario)

Francesco Durante

« Domine Fili unigenite » (Messa a 5 voci en ré majeur)

Jakub Józef Orlínski, contre-ténor

Il Pomo d’Oro

Direction musicale

Maxim Emelyanychev

Enregistré à la Villa San Fermo de Lonigo du 5 au 12 février 2018

1 CD Erato 0190295633745 – 75’37

Commençons par le sujet qui fâche et qui fera certainement jaser : la couverture de cet album de musique sacrée, à savoir le buste du chanteur, à nouveau nu, sous les volutes d’un voile sombre. Ce cliché paraît tellement emblématique du marketing à l’oeuvre depuis ses débuts et qui exploite à l’envi les charmes physiques de l’artiste. N’en déplaise à certaines âmes trop charitables et surtout naïves, Jakub Jozef Orliński n’est plus un enfant de chœur et il n’est pas victime, mais complice de ces mises en scène racoleuses. Simple référence à la sculpture, se défend l’intéressé, qui compte de nombreuses figures religieuses ainsi voilées. Le Bernin nous vient bien sûr à l’esprit, même si le ramage du jeune homme évoque davantage les courbes suaves de Canova que la virtuosité expressive du génie baroque, mais le film promotionnel de Warner, dans lequel la caméra détaille amoureusement son torse enlacé par une inconnue, achève de nous convaincre que les producteurs cherchent plutôt à éveiller des « désirs de douce tendresse », pour reprendre les paroles du Christ chez Zelenka (Smanie di dolci affetti). Or, il suffit d’un air, la plage inaugurale du disque, pour ébranler nos préventions et même, contre toute attente, nous subjuguer. Jakub Józef Orliński y est touché par la grâce – des mots imparfaits et souvent galvaudés, mais aucun ne peut traduire ce je ne sais quoi qui fait toute la différence et nous étreint profondément.   

La plupart de ses admirateurs ont découvert le contre-ténor sur la Toile, dans « Vedrò con mio diletto » de Vivaldi, interprété en direct à Aix-en-Provence, mais Philippe Jaroussky avait déjà dépoussiéré ce joyau et Cecilia Bartoli l’a récemment  sublimé pour les micros de Decca. En revanche, Jakub Józef Orliński est le premier à enregistrer « Alla gente a Dio diletta » et il restera, n’en doutons pas, associé dans toutes les mémoires à la révélation de cette délicieuse aria napolitaine. Non seulement la partition de Nicola Fago flatte la beauté du timbre, immédiatement reconnaissable, et un bas médium chaleureux, mais la tendre candeur et la simplicité de son interprétation nous désarment. Judicieusement composé et agencé, son premier récital devrait combler les mélomanes exigeants, puisqu’il multiplie les premières mondiales, autant d’inédits qui ont aussi l’avantage d’éviter la comparaison avec d’autres interprètes, contrairement, par exemple, au fameux Nisi Dominus de Vivaldi qu’il ne donne qu’en concert. 

Le programme a manifestement été calibré pour permettre à l’instrument, fort léger, de déployer ses ailes sans le brutaliser. Malgré ces précautions, les moyens de Jakub Józef Orliński semblent toujours modestes en regard de ceux d’autres contre-ténors, y compris de sa génération. L’émission manque de franchise et la dynamique d’ampleur pour affronter l’écriture tendue et richement contrastée avec laquelle Hasse traduit l’extrême désarroi de Pierre devant la Croix, la crispation de l’aigu ravivant nos inquiétudes. Zelenka et Schiassi requièrent également des couleurs plus vivantes et un engagement plus entier, viscéral. Eclats dramatiques et intensité pathétique ne sont pas pour Orliński ; en revanche, que de finesses dans le Confitebor de Fago ou l’Alma Redemptoris Mater de Heinichen ! La subtilité caractérise, plus que tout, un art sobre mais éminemment suggestif : qu’il s’agisse de phraser, de relancer le discours dans les reprises,  de ciseler les mots ou encore de glisser en registre de poitrine, sans heurt mais en exploitant délicatement les changements d’éclairage. Puisse sa technique s’affermir et favoriser l’épanouissement d’une personnalité originale, qui pourrait bien nous surprendre et que nous prendrons plaisir à suivre.  

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
71pslcte8ul._sl1425_

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Nicola Fago

« Alla gente a Dio diletta » (Il Faraone sommerso)

Confitebor tibi, Domine

Johann David Heinichen

Alma Redemptoris Mater

Domènec Terradellas

« Donec ponam « (Dixit dominus)

Nicola Fago

Tam non splendet sol creatus

Domenico Sarro

« Laudamus te » (Messa a 5 voci en fa majeur)

Francesco Feo

« Juste Judex ultionis » (Dies irae en ré mineur)

Jan Dismas Zelenka (extraits de Gesù al Calvario)

« Smanie di dolci affetti… » (recitativo)

« S’una sol lagrima » (aria)

Johann Adolf Hasse

« Mea tormenta, properate ! » (Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena)

Gaetano Maria Schiassi

« L’agnelletta timidetta » (Maria Vergine al Calvario)

Francesco Durante

« Domine Fili unigenite » (Messa a 5 voci en ré majeur)

Jakub Józef Orlínski, contre-ténor

Il Pomo d’Oro

Direction musicale

Maxim Emelyanychev

Enregistré à la Villa San Fermo de Lonigo du 5 au 12 février 2018

1 CD Erato 0190295633745 – 75’37

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Le triomphe des hommes
Julien DRAN, Jérôme BOUTILLIER, Kazuki YAMADA
CD