Forum Opéra

1984

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
14 juillet 2008
Comme au cinéma

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Lorin MAAZEL (né en 1930)

1984

Opéra en trois actes

Livret de J.D. McClatchy et T. Meeham d’après Nineteen Eighty-Four de George Orwell

Winston Smith : Simon Keenlyside

Julia : Nancy Gustafson

O’Brien : Richard Margison

Professeur de gymnastique / Femme ivre : Diana Damrau

Syme : Lawrence Brownlee

Parsons : Jeremy White

Charrington : Graeme Danby

Femme du peuple : Mary Lloyd-Davies

Chanteur du café : Johnnie Fiori

Quatuor du pub : The Demon Barbers

Voix de l’écran : Jeremy Irons

Chœur et Orchestre du Royal Opera de Londres

Enfants du Cardinal Vaughan Memorial School et du New London Children’s Choir

Direction musicale : Lorin Maazel

Mise en scène : Robert Lepage

Réalisation video : Brian Marge

Décors : Carl Fillion

Costumes : Yasmina Giguère

Lumières : Michel Beaulieu

Chorégraphie : Sylvain Emard

Filmé à Covent Garden, Londres, en mai 2005

Créé le 3 mai 2005 à Covent Garden, 1984 fut à nouveau programmé lors de la saison 2007-2008 à Valence et à la Scala de Milan. La parution du dvd permet, trois ans après, de reconsidérer l’ouvrage avec plus de sérénité que dans le tohu-bohu médiatique qui accompagna sa création. Polémiques autour des conditions de montage d’abord : sollicité par Auguste Everding, alors directeur de l’opéra de Munich, Maazel arrête son choix sur le 1984 d’Orwell, mais ne peut monter son opéra, suite au décès subit de son commanditaire. Il crée alors de sa poche une société, Big Brother Productions, qui coproduira à 50% le projet avec Covent Garden, nouveau dépositaire du projet. Premières ironies sur un chef qui se prétend compositeur, s’impose et « se paie son opéra »… Maazel lui-même semble s’ingénier à provoquer les sarcasmes : il prétend redonner à l’opéra ses lettres populaires, loin des mondanités et autres conventions de la modernité triomphante, et en toute logique s’associe avec le metteur en scène québécois Robert Lepage, lequel, à travers sa structure Ex Machina, ne se prive pas de bousculer l’élitisme de la création contemporaine. Le lendemain de la première, menée devant une salle comble et ravie, la presse britannique, si elle reconnaît l’efficacité de Lepage, se déchaîne contre la musique de Maazel : musique de film ostentatoire et vulgaire, procédés faciles, le Times suggérant même que le point commun entre la fameuse chambre de torture 101 et l’opéra est qu’on a envie d’y échapper le plus vite possible…

 

Maazel a pourtant mis tous les atouts de son côté : il s’est offert les services de deux librettistes efficaces, le poète McClatchy, et le scénariste Thomas Meenam, concepteur souvent primé de comédies musicales comme Annie ou plus récemment Hairspray. Il implique également Robert Lepage dès la composition de l’ouvrage. On ne cherchera pas plus loin les raisons de la cohérence dramatique particulière de 1984 : une source littéraire mythique, un livret bien écrit, avec un scénario efficace. La mise à disposition des moyens d’une grande maison d’opéra parachève le projet. La mise en scène de Robert Lepage ne démontre rien, ne surajoute pas de signes à des situations en elles-mêmes suffisamment éloquentes : il met en images un scénario comme il le ferait au cinéma. La captation filmée lui emboîte le pas, diablement efficace, multipliant les gros plans de visages tout en sachant expliciter les changements de tableaux : c’est un vrai film d’opéra, qui de la volonté même de Maazel, prend comme centre de gravité l’histoire d’amour et de trahison de Julia et Winston. Quant à la musique… Oui, Maazel fait dans le populaire, et cela fonctionne très bien : une musique qui n’effraie pas, ne recherche pas l’originalité à tout prix, une musique parfaitement chantable, bien que souvent très virtuose ; un orchestre flamboyant et disert, utilisant rythmes et timbres avec gourmandise. La musique de Maazel accompagne, en durchkomponiert, le texte, et lui donne une lisibilité immédiate. On l’a traitée avec mépris de musique de cinéma, c’est justement sa force. Remarquablement réussis, les ensembles,  scènes polyphoniques en patchworks d’ambiances sonores, associant chanson populaire, mélopée, chœurs d’enfants, accordéon des rues. L’humour se glisse parfois, comme au troisième acte, une valse viennoise bancale accompagnant l’énoncé de la seule issue de Winston pour échapper à la torture : « Vous devez aimer Big Brother »…

 

Le cast atteint les sommets du chant et du travail d’acteur. Keenlyside, dans le rôle-titre, confirme qu’il est un acteur-chanteur exceptionnel. Diana Damrau, dans un rôle double, abandonne toute prudence vocale et physique, et met le feu au plateau. Nancy Gustafson compense quelques tensions vocales par une belle présence scénique. Dans les seconds rôles, tous fort bien menés, on notera particulièrement le Syme bouleversant de Lawrence Brownlee.

 

1984 n’est pas une révolution musicale et scénique.  C’est juste un projet bien construit, bien réalisé, bien chanté, bien joué, bien filmé, cohérent et compréhensible au plus grand monde. Cela ne suffit pas à certains, mais vous rateriez beaucoup en le laissant de côté.

 

Sophie Roughol

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
1984ok

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Lorin MAAZEL (né en 1930)

1984

Opéra en trois actes

Livret de J.D. McClatchy et T. Meeham d’après Nineteen Eighty-Four de George Orwell

Winston Smith : Simon Keenlyside

Julia : Nancy Gustafson

O’Brien : Richard Margison

Professeur de gymnastique / Femme ivre : Diana Damrau

Syme : Lawrence Brownlee

Parsons : Jeremy White

Charrington : Graeme Danby

Femme du peuple : Mary Lloyd-Davies

Chanteur du café : Johnnie Fiori

Quatuor du pub : The Demon Barbers

Voix de l’écran : Jeremy Irons

Chœur et Orchestre du Royal Opera de Londres

Enfants du Cardinal Vaughan Memorial School et du New London Children’s Choir

Direction musicale : Lorin Maazel

Mise en scène : Robert Lepage

Réalisation video : Brian Marge

Décors : Carl Fillion

Costumes : Yasmina Giguère

Lumières : Michel Beaulieu

Chorégraphie : Sylvain Emard

Filmé à Covent Garden, Londres, en mai 2005

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
CDSWAG

PUCCINI, Turandot, par Antonio Pappano

Une leçon puccinienne
CDSWAG

This be her Verse, par Golda Schultz et Jonathan Ware

La parole aux femmes
CDSWAG

Les dernières interviews

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Stanislas de Barbeyrac : « Il y aura peut-être un jour Tristan, si je suis sage »

Interview

Questionnaire de Proust – Sophie Koch : « Christian Thielemann compte beaucoup pour moi »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Mahler – Symphonie n°2

Bychkov déçoit fortement
Semyon BYCHKOV, Christiane KARG, Elisabeth KULMAN
CD

So Romantique ! – Cyrille Dubois

L’âme de l’opéra-comique
Cyrille DUBOIS, Pierre DUMOUSSAUD
CDSWAG

Rameau le neveu

« Syndic de la vertu des filles d’opéra »
Livre

Celebrating Offenbach

Festin offenbachien
David PARRY, Jennifer LARMORE, Yvonne KENNY
CD