Forum Opéra

Romantic arias

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
27 octobre 2008
Honnête et beau

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Jonas Kaufmann

Romantic Arias

Giacomo Puccini, La Bohème : « Che gelida manina »
Georges Bizet, Carmen : « La fleur que tu m’avais jetée »
Friedrich von Flotow, Martha : « Ach, so fromm »
Giacomo Puccini, Tosca : « E lucevan le stelle »
Giuseppe Verdi, Don Carlo : « Io l’ho perduta ! … Io la vidi, e il suo sorriso »
Carl Maria von Weber, Der Freischütz : « Nein, länger trag’ ich nicht die Qualen… Durch die Wälder, durch die Auen »
Giuseppe Verdi, La Traviata : « Lungi da lei … De’ miei bollenti spiriti … Oh mio rimorso »
Jules Massenet, Manon : « Je suis seul ! … Ah ! Fuyez, douce image »
Giuseppe Verdi, Rigoletto : « Ella mi fù rapita ! … Parmi veder le lagrime »
Charles Gounod, Faust : « Quel trouble inconnu me pénètre ? … Salut, demeure chaste et pure »
Richard Wagner, Die Meistersinger von Nürnberg : « Morgenlich leuchtet (Preislied) »
Hector Berlioz, La Damnation de Faust : « Nature immense, impénétrable et fière (Invocation à la nature) »
Jules Massenet, Werther : « Toute mon âme est là ! … Pourquoi me réveiller ? »

Orchestre Philarmonique de Prague
Direction : Marco Armiliato

Enregistré à Prague (Rudolfinum) en août 2007
1 CD Decca 478 99 66 – 65’09

Longtemps Jonas Kaufmann nous a semblé suspect. Sans décréter « je n’aime pas » – nous manquions d’ailleurs d’arguments pour l’affirmer – le ténor allemand, à une époque où le plumage tend à primer sur le ramage, nous paraissait trop beau pour être honnête. D’autant qu’autour de lui, de de nombreux exemples incitent à la prudence. Son Alfredo parisien, longuement commenté ici et ailleurs, divisa le Paname lyrique en deux. Nous faisions partie du clan ennemi, de ceux qui apprécient dans La Traviata des voix plus ensoleillées et ductiles car la légèreté, celle insoupçonnable de l’être, une certaine forme d’inconséquence, l’impulsivité nous semblent appartenir au jeune Germont. Mieux, elles l’expliquent. Appréciation que le présent enregistrement laisse inchangée, qui reste vraie si on l’applique au duc de Mantoue et, pour ce qui relève de la seule lumière, s’étend aux autres personnages italiens réunis ici : Rodolfo (la Bohème) et Mario (Tosca). Chez Jonas Kaufmann, le format plus héroïque que lyrique, la séduction trop étudiée leur font perdre en charme ce qu’ils gagnent en profondeur. Techniquement, les légers coups de glotte et certains effets de souffle qui troublent la ligne donnent à préférer des interprétations plus liées. Et pourtant, une fois ces réserves posées, force est de reconnaître la qualité du résultat et son intensité, encore plus flagrantes pour Don Carlo dans la mesure où le héros de Verdi se distingue de ses camarades par sa nature ambigüe : s’il chante en italien, il est d’essence française. Le portrait tourmenté que dessine le ténor, avec dans le timbre des fêlures à la Jon Vickers, donne envie d’en entendre plus.

Les airs français, une fois écarté un Faust selon Gounod trop sérieux – question de goût, on aime le « demeure chaste et pure » plus suave – laissent encore moins à redire. Prononciation impeccable, ton châtié, noblesse de l’expression, peintures d’une fulgurante vérité : tout ce que ce répertoire réclame pour ne pas sombrer dans l’afféterie est satisfait. Don José ne crée pas la surprise ; il a déjà fait ses preuves ailleurs(1) – sa valeur est connue – mais « Pourquoi me réveiller » et « Ah ! Fuyez » prennent une ampleur tragique dont on pensait Massenet incapable et l’Invocation à la nature, épirogénique, se pose en référence.

Plus encore, c’est en sa patrie – germanique – que la suprématie de Jonas Kaufmann devient incontestable. L’interprétation de « Ach, so fromm » réconcilie avec Martha. L’air envoyé avec une male fougue dans sa langue originale fait enfin oublier les « M’appari » gémis par des générations de ténors. Le Preislied tient du miracle et la scène de Max (Der Freischütz) empoigne, avec dans le récitatif des accents enfiévrés que la caresse de « Durch die Wälder, durch die Auen » vient adoucir, comme un linge humide sur un front brûlant.

A partir de là, rien ne peut faire retomber l’enthousiasme : ni la composition du programme – les airs proposés sont tous archiconnus mais la personnalité unique de l’interprète les montre sous un jour nouveau – ni la direction compassée de Marco Armiliato, ni les sonorités sirupeuses de l’Orchestre Philharmonique de Prague : cordes affectées, harpes languides, abus de rubato. Dieu soit loué ! Notre époque a aussi ses géants.

Christophe Rizoud

(1) On lira à ce sujet la critique de Carmen (DVD Decca) par François Lesueur.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
romantic_arias

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Jonas Kaufmann

Romantic Arias

Giacomo Puccini, La Bohème : « Che gelida manina »
Georges Bizet, Carmen : « La fleur que tu m’avais jetée »
Friedrich von Flotow, Martha : « Ach, so fromm »
Giacomo Puccini, Tosca : « E lucevan le stelle »
Giuseppe Verdi, Don Carlo : « Io l’ho perduta ! … Io la vidi, e il suo sorriso »
Carl Maria von Weber, Der Freischütz : « Nein, länger trag’ ich nicht die Qualen… Durch die Wälder, durch die Auen »
Giuseppe Verdi, La Traviata : « Lungi da lei … De’ miei bollenti spiriti … Oh mio rimorso »
Jules Massenet, Manon : « Je suis seul ! … Ah ! Fuyez, douce image »
Giuseppe Verdi, Rigoletto : « Ella mi fù rapita ! … Parmi veder le lagrime »
Charles Gounod, Faust : « Quel trouble inconnu me pénètre ? … Salut, demeure chaste et pure »
Richard Wagner, Die Meistersinger von Nürnberg : « Morgenlich leuchtet (Preislied) »
Hector Berlioz, La Damnation de Faust : « Nature immense, impénétrable et fière (Invocation à la nature) »
Jules Massenet, Werther : « Toute mon âme est là ! … Pourquoi me réveiller ? »

Orchestre Philarmonique de Prague
Direction : Marco Armiliato

Enregistré à Prague (Rudolfinum) en août 2007
1 CD Decca 478 99 66 – 65’09

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG