Forum Opéra

Hymne au soleil. Œuvres chorales

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
28 mai 2018
Moi je faisais qu’admirer not’ brave générale Boulanger

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Prélude en ré bémol

Soir sur la plaine

La source

Pendant la tempête

Les sirènes

Renouveau

Sous-bois

D’un vieux jardin

D’un jardin clair

Cortège

Soleils de septembre

Pour les funérailles d’un soldat

Psaume XXIV

Vieille prière bouddhique

Hymne au soleil

Clémence Boullu, Sonja Bühler, Catherina Witting, sopranos

Bernadette Beckermann, Anne Bierwirth, Friederike Schorling, altos

Davide Fior, Jo Holzwarth, Joachim Streckfuß, ténors

Christo Pelekanos, baryton

Orpheus Vokalensemble

Direction musicale

Michael Albert

Antonii Baryshevskyi, piano

Enregistré dans la bibliothèque de la Landesakademie Ochsenhausen, du 17 au 19 février 2018

1 CD Carus 83.489 – 79’28

Bien que son décès soit survenu en 1918, ce n’est évidemment pas la Première Guerre mondiale, ni même la grippe espagnole qui a fauché Lili Boulanger dans sa prime jeunesse, mais la maladie de Crohn, suite d’une pneumonie contractée à l’âge de 2 ans. Première femme titulaire du Prix de Rome (en 1913), l’aînée des sœurs Boulanger avait tout pour devenir l’un des grands compositeurs français du XXe siècle, et seule l’extrême brièveté de sa carrière l’en aura empêchée. Il n’y a néanmoins rien à jeter dans ce qu’elle eut le temps de composer, et il est heureux qu’elle ait trouvé un aussi brillant défenseur que le ténor Cyrille Dubois, brillant interprète de son grand cycle de mélodies Clairières dans le ciel. Si la France n’est donc pas totalement oublieuse, il faut malgré tout se féliciter que les musiciens étrangers ait le bon goût de se pencher avec intérêt sur les partitions de Lili Boulanger.

C’est d’Allemagne que vient cette fois ce disque monographique publié par le téméraire label Carus, et plus précisément de la petite ville d’Ochsenhausen, dans le Bade-Wurtemberg, où a été fondé en 2005 l’Orpheus Vokalensemble, ici dirigé par Michael Alber. Cette formation s’est rapidement imposée au premier rang des chœurs de chambre professionnels, et a déjà enregistré plusieurs disques parus chez Carus, qui illustrent toute la diversité de son répertoire. Fort d’une trentaine de chanteurs, il offre aux compositions de Lili Boulanger toute la limpidité de son chant aux voix saines et une diction française de très bon aloi (on retiendra notamment son habileté à négocier nos traîtres e muets). Même remarque pour les dix solistes, tous issus de l’ensemble vocal : à part notre compatriote Clémence Boullu, aucun n’est francophone, mais tous s’expriment dans un français remarquable, et leurs qualités de timbre sont tout aussi dignes d’éloges. Presque toutes ces œuvres chorales font en effet appel, souvent pour une des strophes du poème, à une voix solo qui se dégage de la masse sonore. On signalera notamment la prestation du baryton Christos Pelekanos dans l’émouvant « Pour les funérailles d’un soldat », celle du ténor Jo Holzwarth dans la lancinante « Vieille prière bouddhique ».

Dans ce programme assez habilement agencé pour éviter tout sentiment de monotonie, quatre pièces pour piano permettent à Antonii Baryshevskyi d’être seul sous le feu des projecteurs, mais la très belle partie instrumentale des morceaux vocaux laissait déjà deviner la sensibilité du pianiste.

Ce bouquet fort élégamment assemblé, qui inclut une première mondiale – on est ravi de penser que toutes les autres fleurs en ont déjà connu un enregistrement – vient apporter une preuve supplémentaire du génie de leur auteur. Et comme jadis en revenant de la revue du 14 juillet 1886, « moi je faisais qu’admirer not’ brave général(e) Boulanger ».

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
81xyxl7vr4l._sl1200_

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Prélude en ré bémol

Soir sur la plaine

La source

Pendant la tempête

Les sirènes

Renouveau

Sous-bois

D’un vieux jardin

D’un jardin clair

Cortège

Soleils de septembre

Pour les funérailles d’un soldat

Psaume XXIV

Vieille prière bouddhique

Hymne au soleil

Clémence Boullu, Sonja Bühler, Catherina Witting, sopranos

Bernadette Beckermann, Anne Bierwirth, Friederike Schorling, altos

Davide Fior, Jo Holzwarth, Joachim Streckfuß, ténors

Christo Pelekanos, baryton

Orpheus Vokalensemble

Direction musicale

Michael Albert

Antonii Baryshevskyi, piano

Enregistré dans la bibliothèque de la Landesakademie Ochsenhausen, du 17 au 19 février 2018

1 CD Carus 83.489 – 79’28

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG