Forum Opéra

I Capuleti e i Montecchi

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
30 mars 2017
Un petit bijou !

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Tragédie lyrique en deux actes, livret de Felice Romani

Créée à la Fenice de Venise le 11 mars 1830

Bonus : second acte du Giulietta e Romeo de Nicola Vaccai, sur un livret de Felice Romani, créé au Teatro alla Canobbiana de Milan, le 31 Octobre 1825.

Détails

Romeo

Vesselina Kasarova

Giulietta

Eva Mei

Tebaldo

Ramon Vargas

Capellio

Simone Alberghini

Lorenzo

Umberto Chiummo

Chor des Bayerischen Rundfunks
Munchner Rundfunkorchester
Direction musicale
Roberto Abbado

Enregistré à Munich, entre les 23 et 30 juin 1997

3 CD Sony Classical Opera 88985404322 – 170’33

Enregistrée il y a vingt ans, cette version d’I Capuleti e i Montecchi reste certainement l’une des plus réussies d’un ouvrage assez gâté par le disque. En Roméo, Vesselina Kasarova offre une voix sûre, d’une grande expressivité, aux beaux graves poitrinés et aux aigus insolents mais pas toujours dépourvus de stridences. Les vocalises sont réalisées avec brio et les variations des reprises respectent tout à fait le style bellinien. Enfin, l’artiste sait camper un personnage attachant. A notre sens, le mezzo bulgare est ici une référence, à défaut d’un enregistrement commercial affichant l’exceptionnelle Martine Dupuy. Eva Mei est une Juliette d’une grande délicatesse, maîtrisant parfaitement la grammaire belcantiste, avec des couleurs variées et expressives. Si la voix paraissait plutôt légère à la scène, la présente captation lui offre ici un supplément de largeur. On pourra toutefois préférer une Giulietta plus corsée de timbre ou plus engagée dramatiquement, mais cette conception se défend. Au zénith de ses moyens, Ramón Vargas a pour lui un timbre magnifique, un phrasé idéal, et la morbidezza que l’on attend typiquement dans ce genre d’emploi. Simone Alberghini est un Cappellio sans reproche, avec toute l’autorité nécessaire. En revanche, le Lorenzo d’Umberto Chiummo est un peu tendu dans l’aigu et la ligne de chant n’est pas parfaite. La direction de Roberto Abbado offre le meilleur dans les passages les plus martiaux, mais ne sait pas créer de fusion émotionnelle entre les voix et l’orchestre (le finale de l’acte I en est un exemple, où Mei fait preuve d’une grande sensibilité) ou sublimer la mélodie bellinienne comme pouvait le faire un Riccardo Muti ou un autre Abbado. Au positif également, cette intégrale est très vivante, donnant l’impression d’un enregistrement pris sur le vif de grande qualité technique. Les chœurs sont solides et l’orchestre, très professionnel. 

Pourquoi diable la note maximale (4 cœurs) pour cet enregistrement compte tenu des quelques réserves exprimées ? Pour le comprendre, il nous faut faire un petit retour en arrière… de 192 ans ! En 1825, le Teatro alla Canobbiana de Milan accueille la création de Giulietta e Romeo, ouvrage d’un compositeur bien oublié, Nicola Vaccai. Cet opéra fait une grande impression, et lorsque Vincenzo Bellini propose sa propre version, cinq ans plus tard, les qualités respectives des deux ouvrages sont immédiatement évaluées. En 1832 à Bologne, Maria Malibran choisit de remplacer la scène du tombeau de Bellini par celle de Vaccai, et cette version hybride est un grand succès (nous avons simplifié à l’extrême les péripéties de ces avatars que nous avons détaillées dans un article à part).

Grâce à ce CD, nous pouvons nous-mêmes juger de l’effet produit, puisque la dernière partie du second acte de Giulietta e Romeo est ici enregistrée avec les mêmes interprètes. Vesselina Kasarova excelle dans l’air « Ah se tu dormi svegliati » où elle déploie encore plus d’émotion que dans la version originale. Dans cet acte, la mort de Romeo est suivie d’une grande scène pour Giulietta, avec air et cabalette, interprétée avec une belle véhémence par Eva Mei (dans la version Malibran d’ I Capuleti e i Montecchi, cette dernière scène était toutefois coupée). L’ensemble est absolument superbe, sobre et les mélodies magnifiques. Mei y fait merveille, plus libérée que chez Bellini. Alberghini, en revanche, doit composer avec une tessiture trop aiguë pour ses moyens. Mais quel dommage que l’acte I et le début du II n’aient pas été enregistrés dans la foulée !

Toujours pas convaincus ? Alors vous craquerez pour le dernier bonus : une rare version de l’entrée de Romeo dans une adaptation de  Rossini composée vers 1830 ! Air et cabalette bénéficient ici de variations ébouriffantes et franchement roboratives, où Kasarova est étincelante. C’est comme finir un bon repas par un petit chocolat !

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
capuleti_sony

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Tragédie lyrique en deux actes, livret de Felice Romani

Créée à la Fenice de Venise le 11 mars 1830

Bonus : second acte du Giulietta e Romeo de Nicola Vaccai, sur un livret de Felice Romani, créé au Teatro alla Canobbiana de Milan, le 31 Octobre 1825.

Détails

Romeo

Vesselina Kasarova

Giulietta

Eva Mei

Tebaldo

Ramon Vargas

Capellio

Simone Alberghini

Lorenzo

Umberto Chiummo

Chor des Bayerischen Rundfunks
Munchner Rundfunkorchester
Direction musicale
Roberto Abbado

Enregistré à Munich, entre les 23 et 30 juin 1997

3 CD Sony Classical Opera 88985404322 – 170’33

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG