Forum Opéra

Invitation au voyage, mélodies françaises

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
21 novembre 2014
En finir avec Roland fine bouche

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Henri Duparc

« L’invitation au voyage », « Chanson triste », « Soupir », « La vie antérieure »

Jacques de La Presle

« Odelette », « Vœu », « Dédette », « Nocturne)

Claude Debussy

Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Trois poèmes de Stéphane Mallarmé

Lili Boulanger

Clairières dans le ciel

Reynaldo Hahn

« La chère blessure », « A Chloris »

Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano

Pascal Jourdan, piano

Enregistré à l’Espace culturel C.J. Bonnet, chapelle de Jujurieux, du 8 au 10 juillet 2014

1 CD Ambronay Editions AMY042 – 149 minutes

Jusques à quand enfin l’ombre de Roland Barthes continuera-t-elle à planer sur la mélodie française ? Voilà maintenant plus d’un demi-siècle que le cher homme rédigea son texte intitulé « Le grain de la voix », et il semble bien difficile de se dégager de sa redoutable emprise. Pourtant, les temps ont bien changé depuis ces années 1950 où Barthes stigmatisait « L’art vocal bourgeois », vouant aux gémonies Gérard Souzay pour avoir un tant soit peu joué les mélodies au lieu de se contenter de les dire. A notre époque, où la virtuosité jadis honnie a retrouvé droit de cité, où l’opéra est redevenu un art respectable, faut-il encore partager les préjugés marxisto-brechtiens du chevalier Roland ? Faut-il pourfendre l’hybridité d’un genre qui ose mêler théâtre et musique ? Doit-on encore louer Panzéra et blâmer Gérard Souzay, faire la fine bouche face à Fischer-Dieskau ? Dans le brillant texte qui accompagne ce disque, Cesare Liverani se réfère à Barthes, comme s’il fallait nous prouver une fois de plus que la mélodie française n’est pas un genre suranné puisqu’il suffirait de dire non à tout pathos, à tout dramatisme, pour le ressusciter, le rendre acceptable aux modernes que nous sommes.

Pourtant, l’un des moments les plus jouissifs du récital que Stéphanie d’Oustrac consacre à quelques perles du genre n’est-il pas son interprétation du « Placet futile » de Mallarmé mis en musique par Debussy, où la mezzo s’autorise à s’amuser un peu et à laisser s’exprimer son côté « bête de scène » ? Ailleurs, on sent parfois que la chanteuse se surveille, de peur de trop en faire ; elle que l’on a connue presque trop humaine, trop proche, dans une Mélisande que l’on aurait voulue plus énigmatique, la voilà qui prend de la distance, se corsète presque. Heureusement que son timbre chaud lui permet de combler notre oreille, dans un répertoire plus souvent fréquenté par les interprètes masculins. Elle ne s’empêche pas non plus de donner de la voix quand il le faut, de laisser le son s’épanouir sans trop de contraintes, ou à l’inverse de murmurer, d’alléger, avec un beau sens de la nuance. Quant à la diction de Stéphanie d’Oustrac, on en connaît depuis longtemps les vertus, manifestes dans le répertoire français, du baroque jusqu’au XXe siècle. On apprécie aussi le piano expressif de Pascal Jourdan, surtout pour des pièces où l’instrumentiste se voit confier un rôle bien au-delà du simple « accompagnement ».

Enfin, qu’aurait dit Roland Barthes en constatant que l’on ose ici mêler aux très canoniques Duparc et Debussy, inspirés par les non moins canoniques Baudelaire et Mallarmé, les compositions des humbles, des sans gloire, d’un Jacques de La Presle ou d’une Lili Boulanger ? Quant à Reynaldo Hahn, peut-on faire plus bourgeois ? Cette audace nous offre pourtant quelques belles découvertes. Henri de Régnier n’est peut-être pas le plus inoubliable des poètes français, mais ses vers ont permis à La Presle d’écrire des partitions fort séduisantes, en particulier le « Nocturne » de 1912 ; quant à Francis Jammes, Lili Boulanger en sublime la poésie dans son cycle « de jeunesse », Clairières dans le ciel. Petit détail technique : les plages 2 et 3 du disque sont interverties, car contrairement à ce qu’indique le livret on entend en fait la « Chanson triste » de Duparc avant « Soupir ».

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
41icueyg6yl

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Henri Duparc

« L’invitation au voyage », « Chanson triste », « Soupir », « La vie antérieure »

Jacques de La Presle

« Odelette », « Vœu », « Dédette », « Nocturne)

Claude Debussy

Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Trois poèmes de Stéphane Mallarmé

Lili Boulanger

Clairières dans le ciel

Reynaldo Hahn

« La chère blessure », « A Chloris »

Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano

Pascal Jourdan, piano

Enregistré à l’Espace culturel C.J. Bonnet, chapelle de Jujurieux, du 8 au 10 juillet 2014

1 CD Ambronay Editions AMY042 – 149 minutes

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG