Forum Opéra

Les Filles du Rhin / Rhinemaidens / Rheinmädchen

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
8 avril 2016
Les sirènes du port du lac Toma

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Richard Wagner

« Auf dem Grunde des Rheines »

Robert Schumann

« Wiegenlied »

Johannes Brahms

« Ich schwing mein Horn ins Jammertal »

Robert Schumann

« Meerfey » (Romance op. 69, n° 5)

Franz Schubert

« Gott ist mein Hirt »

Robert Schumann

« In Meeres Mitten » (Romance op. 91, n° 6)

Richard Wagner

Sonnerie pour cor solo (Siegfried)

Johannes Brahms

« Wille, wille will der Man ist kommen ! » (Volkslieder op. 113, n° 5)

Franz Schubert

Ständchen

Lacrimosa

Robert Schumann

« Die Capelle » (Romance op. 69, n° 6)

Franz Schubert

Coronach

Richard Wagner

Marche funèbre de Siegfried (Götterdämmerung)

Heinrich Isaac

« Innsbruck, ich muss dich lassen »

Johannes Brahms

« Wiegenlied », « Wiegenlied » (Volklieder op. 113, n° 2 et 13)

Richard Wagner

Scène des filles du Rhin (Götterdämmerung)

Johannes Brahms

Vier Gesänge op. 17

Bernarda Fink, mezzo-soprano

Emmanuel Ceysson, harpe

Ensemble Pygmalion

Direction musicale

Raphaël Pichon

Enregistré à Paris, Temple du Saint-Esprit, en juillet 2015

1 CD Harmonia Mundi HMC 902239 – 74’31

En 2011, Anna Prohaska enregistrait son premier récital sous le titre Sirène, qui réunissait des ondines de toutes les eaux européennes. En comparaison, le disque de l’ensemble Pygmalion réduit l’espace géographique mais démultiplie les voix : seul le Rhin est retenu comme source d’inspiration, pour seulement quatre compositeurs, tous germanophones, et ce n’est plus une femme mais vingt-quatre qui font entendre leur chant, soutenues non par un piano mais par une formation de chambre à géométrie variable, incluant une harpe, quatre cors et deux contrebasses. Il faut malgré beaucoup de souplesse intellectuelle pour comprendre en quoi se rattache à la thématique des sirènes le psaume « Le Seigneur est mon berger », dont le livret d’accompagnement nous vante la « liquidité » procurée par la harpe. Certes, mais à ce compte-là n’importe quelle pièce pour voix de femmes pouvait s’inscrire dans ce programme. De manière générale, Wagner mis à part, c’est au chausse-pied qu’il a vraiment fallu faire entrer les compositeurs dans ce disque, puisque la plupart de œuvres interprétées n’ont aucun lien évident avec la sirénitude, ni même avec le Rhin. Certaines ne mentionnent même pas la moindre goutte d’eau, mais l’on admet qu’elles se rattachent au « romantisme germanique ».

En fait, il semble bien que les pages wagnériennes, très explicitement rhénanes, elles, aient dicté leur loi : les effectifs réunis sont précisément ceux qu’exige le très étrange arrangement par Wagner lui-même du prélude de L’Or du Rhin. Vincent Manac’h, le transcripteur attitré de Raphaël Pichon, déjà rencontré pour le disque Mozart de Sabine Devieilhe, s’est ainsi attaqué avec succès à l’épisode des Rheinmädchen dans Le Crépuscule des dieux. En revanche, la transcription de la marche funèbre de Siegfried pour quatre cors, due à James Wilcox, aplatit considérablement la musique, dont tous les plans semblent télescopés.

Qu’importe alors le thème, il faut se laisser ensorceler par ces voix de femmes très pures, qui chantent parfois a cappella, parfois sans paroles, comme autant d’instruments de musique et de séduction. Pour elles aussi, il ne serait que trop aisé de multiplier les métaphores évoquant la liquidité et la limpidité, la ductilité de leurs organes réunis. Certains enchaînements, pour être inattendus, n’en paraissent pas moins naturels, comme celui qui mène de Flosshilde, Woglinde et Wellgunde aux Vier Gesänge de Brahms. L’eau est parfois un peu froide, néanmoins, et l’on n’aurait rien contre quelques degrés de plus : quel enfant se laissera endormir par une Berceuse op. 78 de Schumann aussi dépourvue de chaleur humaine ? Malgré toute la tendresse de son chant, même Bernarda Fink, convoquée pour Ständchen, ne parvient entièrement à briser la glace.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
pygmalion_raphael_pichon-rheinmaedchen_a

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Richard Wagner

« Auf dem Grunde des Rheines »

Robert Schumann

« Wiegenlied »

Johannes Brahms

« Ich schwing mein Horn ins Jammertal »

Robert Schumann

« Meerfey » (Romance op. 69, n° 5)

Franz Schubert

« Gott ist mein Hirt »

Robert Schumann

« In Meeres Mitten » (Romance op. 91, n° 6)

Richard Wagner

Sonnerie pour cor solo (Siegfried)

Johannes Brahms

« Wille, wille will der Man ist kommen ! » (Volkslieder op. 113, n° 5)

Franz Schubert

Ständchen

Lacrimosa

Robert Schumann

« Die Capelle » (Romance op. 69, n° 6)

Franz Schubert

Coronach

Richard Wagner

Marche funèbre de Siegfried (Götterdämmerung)

Heinrich Isaac

« Innsbruck, ich muss dich lassen »

Johannes Brahms

« Wiegenlied », « Wiegenlied » (Volklieder op. 113, n° 2 et 13)

Richard Wagner

Scène des filles du Rhin (Götterdämmerung)

Johannes Brahms

Vier Gesänge op. 17

Bernarda Fink, mezzo-soprano

Emmanuel Ceysson, harpe

Ensemble Pygmalion

Direction musicale

Raphaël Pichon

Enregistré à Paris, Temple du Saint-Esprit, en juillet 2015

1 CD Harmonia Mundi HMC 902239 – 74’31

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Je vous écris de ma petite chambre
Livre