Forum Opéra

Récital

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
25 septembre 2012
L’Helvète anglaise

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Jules Massenet

Poème d’avril
Georges Enesco
Sept Chansons de Clément Marot
Louis Durey
Images à Crusoe
Arthur Honegger
Six Poésies
Frank Martin
Trois Chants de Noël

Josephine Lee, piano (Massenet)
Georges Enesco, piano (Enesco)
Wigmore Ensemble (Durey)
Clifton Helliwell, piano (Honegger, Martin)
Richard Adeney, flute (Martin)

Enregistrements réalisés dans les années 1950

1 CD Symposium 1409 – 78’40

 

Le nom de Sophie Wyss (1897-1983) ne dit peut-être plus grand-chose aux mélomanes, mais c’est pour cette chanteuse originaire de Suisse, établie en Angleterre en 1925, que Benjamin Britten composa ses premiers cycles vocaux  : Our Hunting Fathers (1936), On This Island (1937), et surtout Les Illuminations, qu’elle créa aux Proms en 1940, sans oublier les French Folk Songs (dédiées aux enfants de Sophie Wyss, et dont elle grava des extraits pour Decca en 1943 avec le compositeur au piano). Si cette voix qui s’était mise au service de la mélodie contemporaine a sombré dans l’oubli, c’est peut-être à cause de la grande modestie de l’interprète, qui préféra toujours l’intimité des studios de la BBC, pour laquelle elle enregistra de 1927 à 1960.
C’est précisément à partir d’archives radiophoniques que le présent disque propose quelques exemples de l’art de Sophie Wyss. Autant l’annoncer d’emblée, la voix n’est plus toute jeune, le son n’est pas toujours de bonne qualité (les Enesco grattouillent beaucoup) mais on découvrira ici quelques perles musicales de la plus belle eau, avec quelques authentiques raretés dans le domaine de la mélodie française.
Les morceaux étant classés par ordre chronologique de composition et non d’enregistrement, Massenet ouvre le disque, avec son tout premier cycle de mélodies (1872), où le jeune compositeur ose déjà les audaces qu’il réaffirmera en fin de carrière, mêlant déclamation, mélodrame et chant. Le ton un peu précieux, la voix un peu chevrotante de la Suissesse ne messiéent pas à ces œuvres pourtant moins compassées qu’il n’y paraît.
Entre juillet et décembre 1907, Enesco composa son opus 15, où l’on reconnaît l’élève de Fauré. Selon ce que nous apprend le présentateur de la BBC, l’enregistrement fut réalisé en février 1954, avec Enesco en personne au piano, lors d’un séjour du compositeur en Angleterre. Malgré ce gage d’authenticité, Marie-Nicole Lemieux en donnait dans son disque L’Heure exquise une interprétation plus ferme et moins grésillante.
Longues d’une trentaine de minutes, les Images à Crusoé constituent le morceau de résistance. A partir de sept poèmes de Saint-John Perse (dont il avait déjà mis en musique des textes tirés d’Eloges en 1917), Louis Durey composa en 1918 cette partition dédiée à Pierre Bertin et aux pianistes Germaine et Marcelle Meyer. Robinson, revenus à la civilisation, y évoque les regrets que lui inspire son île : « J’estime que les Images à Crusoé constituent la fusion la plus complète que j’ai jamais réalisée entre l’expression musicale et l’expression poétique », disait Durey. De fait, voilà un cycle qui se classe aux côtés des autres suites pour voix et orchestre de chambre des premières décennies du XXe siècle, Poèmes hindous de Maurice Delage et autres. François Le Roux l’avait bien sûr enregistré dans son intégrale Durey chez Hyperion, mais pour piano seul, alors que l’on a ici, soutenant une voix de femme, un quatuor à cordes, une flûte, une clarinette et un célesta. Sophie Wyss y semble moins maniérée, plus naturelle, comme si la qualité poétique du texte tirait l’artiste de sa réserve de bon ton.
Dommage que le même Wigmore Ensemble n’ait pas été sollicité pour enregistrer avec la soprano la version orchestrée par Arthur Hoérée des Six Poésies de Honegger. Ces six textes, tirés du recueil de Cocteau Poésies (1917-1920), forment un cycle composé entre 1920 et 1923. Là aussi, la bizarrerie du texte met en relief l’humour dont la chanteuse était capable.
L’inspiration littéraire retombe nettement avec les Chants de Noël de Frank Martin (1947), sur les poèmes un peu nunuches d’Albert Rudhart, mais sans doute Sophie Wyss souhaitait-elle interpréter une œuvre que son compatriote lui avait personnellement adressée et dont elle avait assuré la création anglaise. Cette partition, initialement écrite pour voix, flûte et orgue, cadeau du compositeur à son épouse et à sa fille, offre néanmoins une belle illustration des talents conjugués du compositeur et de la chanteuses helvètes.  

A Recital of French Song
 

Sophie Wyss

soprano

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
0760411409020_600

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Jules Massenet

Poème d’avril
Georges Enesco
Sept Chansons de Clément Marot
Louis Durey
Images à Crusoe
Arthur Honegger
Six Poésies
Frank Martin
Trois Chants de Noël

Josephine Lee, piano (Massenet)
Georges Enesco, piano (Enesco)
Wigmore Ensemble (Durey)
Clifton Helliwell, piano (Honegger, Martin)
Richard Adeney, flute (Martin)

Enregistrements réalisés dans les années 1950

1 CD Symposium 1409 – 78’40

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Abouti et nécessaire
Livre
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG