Forum Opéra

Arias for Anna De Amicis

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
4 octobre 2011
Ni sœur, ni cousine, ni clone

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Arias for Anna De Amicis

Teodora Gheorghiu
soprano

Nicolò Jommelli
« Miser’ Armida… Odio, furor, dispetto » (Armida abbandonata, 1770)
Wolfgang Amadeus Mozart
« Vann. T’affretta… Ah se il crudel »
« In un instante… Parto, m’affretto »
« Sposo… mia vita… Fra i pensier »
« Dalla sponda tenebrosa » (Lucio Silla, 1772)
Christoph Willibald Gluck
« Qual vita è questa mai… Che fiero momento » (Orfeo ed Euridice, 1762)
Giovanni Battista Borghi
« Tanto avvezza alle sventure » (Il Trionfo di Clelia, 1773)
Josef Mysliveček
« Sorprender mi vorresti »
« Basta così vincesti » (Romolo ed Ersilia, 1773)
Johann Christian Bach
« Tortorella abbandonata »
« Mentre volgo intorno il piede » (Zanaida, 1763)
Pasquale Cafaro
« E fra tante tempeste… Se balena » (Antigono, 1770)

Les Talens Lyriques
Direction musicale
Christophe Rousset

Enregistré à l’église Saint-Pierre, Paris, novembre 2010

1 CD Aparté AP 021 – 81’37

 

Elle s’appelle Gheorghiu et elle est roumaine, comme l’autre, mais elle n’est ni sa petite sœur, ni sa cousine. C’est une colorature qui a passé trois ans en troupe à l’Opéra de Vienne, où elle a chanté Adele et Fiakermilli, mais elle n’est pas le clone d’une certaine soprano hexagonale. Elle chante aussi Adina, ce qui laisse supposer que ses ressources ne se situent pas exclusivement dans l’agilité et dans l’aigu. Loin du XIXe siècle auquel se cantonne sa compatriote, Teodora Gheorghiu ne se limite ni à Mozart, ni à la Reine de la Nuit (qu’elle a aussi chanté au Staatsoper). Pour son premier disque, elle opte certes pour le domaine de l’acrobatie vocale, mais pas seulement. Et le récital, selon un concept très à la mode, repose sur le répertoire d’une cantatrice du passé, la Napolitaine Anna De Amicis (1733-1816), créatrice de rôles aussi virtuoses que la Giunia de Lucio Silla. L’exercice n’est pas à la portée de la première venue, et la jeune Teodora relève le gant avec un certain brio, tout en faisant valoir d’autres atouts que ceux de la pure pyrotechnie.

 

Par le passé, Christophe Rousset n’a pas toujours été chanceux avec ses chanteurs. Longtemps il dut se contenter d’interprètes de second choix, en se voyant rafler les meilleurs par les Christie et autres Minkowski. On se rappelle la terrible voix vinaigrée d’Ewa Malas Godlewska à qui il avait confié le rôle-titre dans son intégrale d’Armida abbandonata de Jommelli en 1994 (et qui avait été mêlée au grand bidouillage de la bande-son du film Farinelli). L’interprétation que Teodora Gheorghiu donne ici de l’air de fureur d’Armide profite d’un timbre dénué de toute acidité, mais cette première plage du disque n’est pas forcément celle où ses talents sont le mieux mis en évidence. Il y a là comme un souffle dans la voix, qui rend les notes piquées moins percutantes qu’elles ne devraient l’être. Par bonheur, cette impression se dissipe dès la deuxième plage, et les quatre arias de Lucio Silla la trouvent au mieux de sa forme.

 

L’air d’Eurydice montre la voix dépouillée de tout artifice vocalisant. De même, l’extrait du rarissime Trionfo di Clelia de Borghi (sur un livret de Métastase que Hasse, puis Gluck, Mysliveček et Jommelli mirent eux aussi en musique) permet à Teodora Gheorghiu de manifester des qualités d’émotion, sur un somptueux tapis de cordes. Du compositeur tchèque, les airs tirés de Romolo ed Ersilia nous ramènent peu à peu vers un chant plus orné, dont on trouve l’apogée avec la Zinaida de Johann Christian Bach. Du Napolitain Cafaro, l’air tiré de son dernier opéra, Antigono, est un numéro de haute voltige, hérissé d’aigus piqués (jusqu’au contre-ré), et incluant un saut de deux octaves !

C’est tout le mérite de Teodora Gheorghiu de nous laisser deviner qu’elle est capable de tout autre chose, même si l’investissement dramatique est ici encore un peu timide. Elle sera Blondchen à Genève en novembre prochain, et c’est la voie de la sagesse ; laissons mûrir cette jeune interprète et s’épanouir une personnalité prometteuse qui ne demande qu’à s’affirmer.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Teodora2BGheorghiu2BAnna2Bde2BAmicis2BHarmonia2BMundi2BAparte

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Arias for Anna De Amicis

Teodora Gheorghiu
soprano

Nicolò Jommelli
« Miser’ Armida… Odio, furor, dispetto » (Armida abbandonata, 1770)
Wolfgang Amadeus Mozart
« Vann. T’affretta… Ah se il crudel »
« In un instante… Parto, m’affretto »
« Sposo… mia vita… Fra i pensier »
« Dalla sponda tenebrosa » (Lucio Silla, 1772)
Christoph Willibald Gluck
« Qual vita è questa mai… Che fiero momento » (Orfeo ed Euridice, 1762)
Giovanni Battista Borghi
« Tanto avvezza alle sventure » (Il Trionfo di Clelia, 1773)
Josef Mysliveček
« Sorprender mi vorresti »
« Basta così vincesti » (Romolo ed Ersilia, 1773)
Johann Christian Bach
« Tortorella abbandonata »
« Mentre volgo intorno il piede » (Zanaida, 1763)
Pasquale Cafaro
« E fra tante tempeste… Se balena » (Antigono, 1770)

Les Talens Lyriques
Direction musicale
Christophe Rousset

Enregistré à l’église Saint-Pierre, Paris, novembre 2010

1 CD Aparté AP 021 – 81’37

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :