Forum Opéra

Requiem

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
16 mars 2015
Sous le charme de la mort, vis heureux !

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Mario Capuana

Messa di defonti a quattro voci, 1650

« Introitus. Requiem aeternam – Te decet hymnus »

« Kyrie »

« Graduale. Requiem aeternam »

« Sequentia »

« Offertorium. Domine Jesu Christe »

« Sanctus »

« Agnus Dei »

« Communio. Lux aeterna »

Bonaventura Rubino

Messa di morti a 5 concertata, 1653

« Introitus. Requiem aeternam – Te decet hymnus »

« Kyrie »

« Sequentia »

« Offertorium. Domine Jesu Christe »

« Sanctus »

« Agnus Dei »

« Communio. Lux aeterna – Requiem aeternam »

« Responsorium. Libera me, Domine »

Détails

Choeur de Chambre de Namur

Sopranos I

Sara Bino, Elke Janssens, Lucia Martin Carton, Mariana Moldao, Caroline Weynants

Sopranos II

Laura Cartier, Marine Chaboud, Diana Gouglina, Florence Grasset, Maria Nunez de Fatima

Altos

Elena Pozhidaeva, Ariana Vafadari

Contre-ténors

Jean-Sébastien Beauvais, Josquin Guest, Leandro Marziotte

Ténors

Eric François, Thibaut Lenaerts, Riccardo Pisani, Frederico Projecto, Jean-Yves Ravoux

Basses

Jean Delobel, Philippe Favette, Alejandro Gabor, Sergio Ladu, Jean-Marie Marchal, Tiago Mota

Giulia Genini, basson

Maximilan Ehrhardt, harpe

Pierre-Louis Retat orgue, positif

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

Enregistré à l’église Saint-Sébastien, Stavelot (Belgique), Juin 2014

1 CD Outhere/Ricercar RIC353 – 01’03’09

Compositeurs actifs en Sicile au XVIIe siècle, Mario Capuana et Bonaventura Rubino seraient-ils de ces Maîtres de Chapelle qu’on se targue de voir resurgir des couloirs du temps ? Publiée à titre posthume, la Messa di defonti a quattro voci (1650) de Mario Capuana connaît, aujourd’hui, une renaissance inédite sous l’impulsion du Chœur de Chambre de Namur, dirigé par Leonardo García Alarcón. Si le pari eut été de ressusciter les morts, alors pari doublement tenu puisqu’à l’œuvre de Capuana vient se greffer la Messa di’ Morti (1653) de Fra’ Bonaventura Rubino. Conformes au Concile de Trente (1563), ces deux œuvres s’inscrivent dans l’esprit de la Contre-Réforme catholique : émouvoir les fidèles par des effets d’imitation et de représentation du pathos religieux.

Rien de créatif ni d’original dans les messes de Requiem de Capuana et Rubino, il faut le dire. Berceau du « baroque sicilien », ces œuvres tiennent davantage à la maîtrise d’une écriture foisonnante de styles préexistants. De l’évocation du chant grégorien au concert baroque en passant par diverses formes et inspirations de la Renaissance, ces deux partitions ressemblent à des « cabinets de curiosités » où badinent polyphonie, contrepoint, homophonie, madrigalisme, polychoralité, procédés chromatiques, dissonances, homorythmie, monodie accompagnée, etc. Capuana manie le pathos avec le charme délicat – parfois si fragile – de l’au-delà. Quant à Rubino, il gamberge dans un style polyphonique vénitien particulièrement fleuri où rares sont les moments de plénitude si chers au repos éternel. Tandis que Capuana illumine d’une religiosité pondérée et discrètement raffinée, la lumière vivifiante et diaphane de Fra’ Rubino pourrait presque éblouir « La Grande Faucheuse ». 

Dans cet enregistrement (Ricercar), le Chœur de Chambre de Namur déploie un style vocal issu de l’âme d’un organiste accompli, usant des voix de manière à ce que chaque intonation semble s’élever de l’orgue lui-même. Ce traitement vocal est astucieux, offrant des effets d’échos jusque dans l’antre des mots (prosodie syllabique contrastante) : Leonardo García Alarcón aspire à l’unité du chœur et de la basse continue. Et que dire de ces subtils effets d’alternance entre rythmes binaires et ternaires – la fameuse mensura – si ce n’est qu’ils évoquent pleinement le charme d’un au-delà à tous les temps. Un bémol cependant, et non le moindre ! A l’image de ces compositeurs siciliens, la maîtrise y est si ingénieuse que certains contrastes en deviennent particulièrement prévisibles et laborieux (dissonances/consonances, retards/anticipations, solo/tutti, etc.), si loin de cet étonnement qui vous ravit, si loin de ces moments de liberté inattendus…

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
requiem_capuana-rubino

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Mario Capuana

Messa di defonti a quattro voci, 1650

« Introitus. Requiem aeternam – Te decet hymnus »

« Kyrie »

« Graduale. Requiem aeternam »

« Sequentia »

« Offertorium. Domine Jesu Christe »

« Sanctus »

« Agnus Dei »

« Communio. Lux aeterna »

Bonaventura Rubino

Messa di morti a 5 concertata, 1653

« Introitus. Requiem aeternam – Te decet hymnus »

« Kyrie »

« Sequentia »

« Offertorium. Domine Jesu Christe »

« Sanctus »

« Agnus Dei »

« Communio. Lux aeterna – Requiem aeternam »

« Responsorium. Libera me, Domine »

Détails

Choeur de Chambre de Namur

Sopranos I

Sara Bino, Elke Janssens, Lucia Martin Carton, Mariana Moldao, Caroline Weynants

Sopranos II

Laura Cartier, Marine Chaboud, Diana Gouglina, Florence Grasset, Maria Nunez de Fatima

Altos

Elena Pozhidaeva, Ariana Vafadari

Contre-ténors

Jean-Sébastien Beauvais, Josquin Guest, Leandro Marziotte

Ténors

Eric François, Thibaut Lenaerts, Riccardo Pisani, Frederico Projecto, Jean-Yves Ravoux

Basses

Jean Delobel, Philippe Favette, Alejandro Gabor, Sergio Ladu, Jean-Marie Marchal, Tiago Mota

Giulia Genini, basson

Maximilan Ehrhardt, harpe

Pierre-Louis Retat orgue, positif

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

Enregistré à l’église Saint-Sébastien, Stavelot (Belgique), Juin 2014

1 CD Outhere/Ricercar RIC353 – 01’03’09

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Je vous écris de ma petite chambre
Livre