Forum Opéra

Gala Lirica desde Sevilla

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
DVD
31 juillet 2013
Réservé aux aficionados

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Détails

Gala Lirica desde Sevilla

Gerónimo Giménez
Preludio (La torre del oro, 1881)
Giuseppe Verdi
« Cortiggiani, vil razza dannata… » (Rigoletto, 1851) – Juan Pons
« O figli, O figli miei… Ah, la paterna mano » (Macbeth, 1847) – Plácido Domingo
Gioacchino Rossini
« O patria… Di tanti palpiti… » (Tancredi, 1813) – Teresa Berganza
Gaetano Donizetti
« Ah mes amis, quel joue de fête… Pour mon âme… » (La fille du régiment, 1840) – Alfredo Kraus
Georges Bizet
Séguédille (Carmen, 1875) – Teresa Berganza
José Serrano
« Chanson hongroise » (Alma de Dios, 1954) – Pedro Lavirgen
Francisco Asenjo Barbieri
« Chanson de Paloma » (El barberillo de Lavapies, 1874) – Pilar Lorengar
Alfredo Catalani
« Ebben ? Ne andrò lontana » (La Wally, 1892) – Pilar Lorengar
Giuseppe Verdi
« Solemne in quest’ora… » (La forza del destino, 1862) – Plácido Domingo et Juan Pons
Giacomo Puccini
« E lucevan le stelle » (Tosca, 1900) – Jaime Aragall
Jules Massenet
« Pleurez mes yeux » (Le Cid, 1885) – Montserrat Caballe
Pablo Sorozábal
« No puede ser » (La tabernera del puerto, 1936)
Giuseppe Verdi
« La donna è mobile » (Rigoletto, 1851) – Alfredo Kraus
Georges Bizet
Habanera (Carmen, 1875) – Teresa Berganza
Giuseppe Verdi
« Libiam nei lieti calici » (La Traviata, 1853) – Tous les artistes

Chœur du Grand théâtre de Cordoue
Orchestre Symphonique de Seville
Direction musicale
Edmond Colomer, Enrique García-Asensio, Luis García-Navarro, Plácido Domingo

Enregistré au Gran Teatro de la Maestranza de Seville, 10 mai 1991

1 CD et 1 DVD Sony Music 2012 – 88725477812 – 1h12

 

Les galas lyriques peuvent être la meilleure comme la pire des choses. Dans le premier cas, des cadors de la scène internationale viennent étaler leur virtuosité dans les passages les plus difficiles et les airs les plus émouvants du répertoire. Le Met s’est fait une spécialité de ce qui, pour les puristes, relève davantage du cirque que de l’art. On se rappelle en particulier le gala pour le départ de Sir Rudolf Bing, en 1972, disponible chez Deutsche Grammophon, le gala du centenaire de la scène new-yorkaise ou encore le 25e anniversaire de la présence de James Levine à la tête de ce théâtre. En 1991, renouant avec une lointaine tradition, le programme comprenait un acte de Rigoletto, un d’Otello et un autre de la Chauve-Souris.

Ces galas peuvent aussi marquer l’inauguration d’un nouveau théâtre et la vraie fausse ouverture de l’Opéra Bastille, le 13 juillet 1989, (dont la première saison n’a commencé qu’en mars 1990) reste dans les mémoires au moins autant pour l’assistance remplie de chefs d’Etat que pour le programme réglé par Bob Wilson avec une distribution internationale.

Deux ans plus tard, le 10 mai 1991, c’est le Teatro de la Maestranza de Séville qui était inauguré avec un plateau exclusivement espagnol – s’ils avaient pu, ils n’auraient sans doute programmé que des Andalous ! -,  en smoking et robe de soirée. Le coffret proposé par Sony – déjà édité il y a vingt ans par RCA en CD et VHS -, bizarrement composé du DVD et d’un CD, fait défiler les gloires de la péninsule ibérique et personne ou presque ne manque à l’appel. Défilent sur la scène à peine décorée José Carreras, Plácido Domingo, Alfredo Kraus, Jaime Aragall et Pedro Lavirgen pour les ténors en surnombre ; Juan Pons, seul représentant des barytons ; et du côté des dames, les sopranos Montserrat Caballe et Pilar Lorengar, face à Teresa Berganza, seule mezzo.

On passera vite sur le résultat d’ensemble comme sur les détails. Bien sûr, on retrouve avec grand plaisir Kraus et sa technique ahurissante dans « La donna è mobile » (plus qu’en Tonio…), le grand Jaime Aragall en Cavaradossi ou la classe folle de Teresa Berganza (et quelles robes !). Pour le reste, on est dans la routine et surtout dans la fin de carrière plein de nostalgie. Les voix bougent beaucoup (Lorengar !) ou articulent encore moins que d’habitude (Caballe, sous la direction de Domingo). Les quelques extraits de zarzuelas (Carreras, après sa maladie…) maintiennent tant bien que mal l’intérêt jusqu’à la fin du DVD qui paraît bien long. Sony a décidément eu une bien drôle d’idée en ressortant ces bandes de ses placards. A réserver aux aficionados exclusivement, et si possible après pas mal de sangria bien fraîche.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
0887254778127xl

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Gala Lirica desde Sevilla

Gerónimo Giménez
Preludio (La torre del oro, 1881)
Giuseppe Verdi
« Cortiggiani, vil razza dannata… » (Rigoletto, 1851) – Juan Pons
« O figli, O figli miei… Ah, la paterna mano » (Macbeth, 1847) – Plácido Domingo
Gioacchino Rossini
« O patria… Di tanti palpiti… » (Tancredi, 1813) – Teresa Berganza
Gaetano Donizetti
« Ah mes amis, quel joue de fête… Pour mon âme… » (La fille du régiment, 1840) – Alfredo Kraus
Georges Bizet
Séguédille (Carmen, 1875) – Teresa Berganza
José Serrano
« Chanson hongroise » (Alma de Dios, 1954) – Pedro Lavirgen
Francisco Asenjo Barbieri
« Chanson de Paloma » (El barberillo de Lavapies, 1874) – Pilar Lorengar
Alfredo Catalani
« Ebben ? Ne andrò lontana » (La Wally, 1892) – Pilar Lorengar
Giuseppe Verdi
« Solemne in quest’ora… » (La forza del destino, 1862) – Plácido Domingo et Juan Pons
Giacomo Puccini
« E lucevan le stelle » (Tosca, 1900) – Jaime Aragall
Jules Massenet
« Pleurez mes yeux » (Le Cid, 1885) – Montserrat Caballe
Pablo Sorozábal
« No puede ser » (La tabernera del puerto, 1936)
Giuseppe Verdi
« La donna è mobile » (Rigoletto, 1851) – Alfredo Kraus
Georges Bizet
Habanera (Carmen, 1875) – Teresa Berganza
Giuseppe Verdi
« Libiam nei lieti calici » (La Traviata, 1853) – Tous les artistes

Chœur du Grand théâtre de Cordoue
Orchestre Symphonique de Seville
Direction musicale
Edmond Colomer, Enrique García-Asensio, Luis García-Navarro, Plácido Domingo

Enregistré au Gran Teatro de la Maestranza de Seville, 10 mai 1991

1 CD et 1 DVD Sony Music 2012 – 88725477812 – 1h12

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG