Forum Opéra

Thorsteinson et Schumann

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
23 novembre 2021
La voix du nord

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Robert Schumann (1810-1856)

Liederkreis, op. 24 (Heinrich Heine)

Morgens steh’ ich auf und frage

Es treibt mich hin

Ich wandelte unter den Bäumen

Lieb’ Liebchen, leg’s Händchen

Schöne Wiege meiner Leiden

Warte, warte wilder Schiffmann

Berg’ und Burgen schau’n herunter

Anfangs wollt’ich fast verzagen

Mit Myrten und Rosen

Arni Thorsteinson (1870-1962)

Þess Bera Menn Sár (Jens Peter Jacobsen)

Kirkjuhvoll (Guðmundur Guðmundsson)

Vorgyðjan Kemur (Guðmundur Guðmundsson)

Friður Á Jörðu (Guðmundur Guðmundsson)

Rósin (Guðmundur Guðmundsson)

Fögur Sem Forðum (Guðmundur Guðmundsson)

Nótt (Magnús Gíslason)

Robert Schumann (1810-1856)

Liederkreis, op. 39 (Joseph von Eichendorff)

In Der Fremde

Intermezzo

Waldesgespräch

Die Stille

Mondnacht

Schöne Fremde

Auf Einer Burg

In Der Fremde

Wehmut

Zwielicht

Im Walde

Frühlingsnacht

Andri Björn Róbertsson, baryton-basse

Astriður Alda Sigurðardóttir, piano

CD Fuga Libera FUG 787 72’13”

enregistré à la salle Salurinn, à Kópavogur (Islande), du 15 avril 2021.

Outhere music présente, sous le label Fuga libera, le premier enregistrement d’un jeune baryton-basse islandais, Andri Björn Róbertsson. Il a débuté sa carrière à l’opéra studio de Zurich, dont il rejoint la troupe dès 2014-15. Lauréat HSBC au Festival d’Aix-en-Provence, il engrange de l’expérience ici et là. Il bénéficie du soutien de la fondation Kiri te Kanawa et de la Fondation Behrens, décroche un petit rôle dans l’opéra de George Benjamin Lessons in love and violence présenté successivement à Hambourg et à Lyon ; on le retrouve pour la première fois dans un grand rôle (Figaro dans les Noces de Figaro de Mozart) à l’opéra de Reykjavík au cours de la saison 2019-2020. Les reprises de l’opéra de Benjamin, ainsi que plusieurs autres productions auxquelles il devait prendre part en 2020 et 2021 ayant été annulées, c’est vers le Lied, moins contrarié par la crise sanitaire qu’il tourne ses efforts cette année, travail dont il nous présente ici le fruit, en compagnie de la pianiste Astriður Alda Sigurðardóttir

C’est vers Robert Schumann et deux de ses cycles de la foisonnante année 1840 que le jeune chanteur porte son choix, répertoire qu’il a déjà pratiqué en concert.

La voix est profonde sans être sombre, souple, bien timbrée, sans artifice avec un caractère juvénile correspondant bien à l’élan romantique de la musique de Schumann, mais naturellement peu tourné vers l’élément dramatique.

Incontestablement, le chanteur possède une bonne maîtrise de la forme, un sens spontané de la mélodie, une excellente diction allemande, un sens du phrasé et de la poésie qu’il peut ici mettre en valeur utilement, plaçant sa prestation à un niveau tout à fait honorable. Mais hélas dans ce répertoire, la concurrence est rude, surtout pour un jeune chanteur, et on pourra sans doute trouver ailleurs une palette de couleurs plus large, une personnalité plus affirmée qui soutiendrait davantage l’intérêt de l’auditeur, une intensité dramatique plus élaborée. Ces débuts sont néanmoins encourageants, et gageons qu’on le reverra bientôt s’épanouir aussi dans d’autres répertoires. Sa pianiste ne démérite pas, elle non plus, et livre une prestation très propre mais sans grand relief.

Soucieux également de défendre son répertoire national, Andri Björn Róbertsson inclut dans son programme six mélodies d’un compositeur largement inconnu en Europe continentale, Arni Thorsteinson, qu’il convient sans doute de présenter en quelques mots. Fils d’un notable islandais (à l’époque où l’île était danoise), largement autodidacte, cet amateur éclairé, lui même chanteur largement apprécié du public, critique musical mais aussi photographe, est une figure semble-t-il marquante de l’histoire de la musique islandaise. Son œuvre est presqu’exclusivement composée de partitions pour piano et voix. De facture très simple, ses mélodies s’inspirent de sources folkloriques locales. L’accompagnement de piano est plus rudimentaire encore, réduit à quelques accords établissant l’harmonie, qui d’ailleurs ne varie guère au cours d’une pièce.

La voix de Andri Björn Róbertsson dans cette deuxième partie est curieusement un peu moins satisfaisante que dans Schumann : moins libre, avec un certain engorgement et un vibrato un peu large, elle peine à donner un véritable intérêt à la musique de conception très simple du compositeur islandais. 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
Andri Björn Róbertsson, baryton-basse

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Robert Schumann (1810-1856)

Liederkreis, op. 24 (Heinrich Heine)

Morgens steh’ ich auf und frage

Es treibt mich hin

Ich wandelte unter den Bäumen

Lieb’ Liebchen, leg’s Händchen

Schöne Wiege meiner Leiden

Warte, warte wilder Schiffmann

Berg’ und Burgen schau’n herunter

Anfangs wollt’ich fast verzagen

Mit Myrten und Rosen

Arni Thorsteinson (1870-1962)

Þess Bera Menn Sár (Jens Peter Jacobsen)

Kirkjuhvoll (Guðmundur Guðmundsson)

Vorgyðjan Kemur (Guðmundur Guðmundsson)

Friður Á Jörðu (Guðmundur Guðmundsson)

Rósin (Guðmundur Guðmundsson)

Fögur Sem Forðum (Guðmundur Guðmundsson)

Nótt (Magnús Gíslason)

Robert Schumann (1810-1856)

Liederkreis, op. 39 (Joseph von Eichendorff)

In Der Fremde

Intermezzo

Waldesgespräch

Die Stille

Mondnacht

Schöne Fremde

Auf Einer Burg

In Der Fremde

Wehmut

Zwielicht

Im Walde

Frühlingsnacht

Andri Björn Róbertsson, baryton-basse

Astriður Alda Sigurðardóttir, piano

CD Fuga Libera FUG 787 72’13”

enregistré à la salle Salurinn, à Kópavogur (Islande), du 15 avril 2021.

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG