Forum Opéra

Die Walküre

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
23 novembre 2013
Une Walkyrie terre à terre

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Richard Wagner

Die Walküre


Opéra en trois actes Créé à Munich (Königliches Hof- und Nationaltheater) le 26 juin 1870

Siegmund
Robert Dean Smith
Hunding
Timo Riihonen
Wotan
Tomasz Konieczny
Sieglinde
Melanie Diener
Brunnhilde
Petra Lang
Fricka
Iris Vermillion
Gerhilde
Anja Fidelia Ulrich
Ortlinde
Fionnuala MacCarthy
Waltraute
Heike Wessels
Schwertleite
Kismara Pessatti
Helmwiege
Carola Höhn
Siegrune
Wilke te Brummelstroete
Grimgerde
Nicole Piccolomini
Rossweisse
Renate Spingler

Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin Direction musicale
Marek Janowski

Enregistré live à la Philharmonie de Berlin le 24 novembre 2012

4 CD Pentatone classics PTC 5186 407, 216′

 

 

Après un Or du Rhin qui avait franchement convaincu, voici La Walkyrie qui poursuit le Ring enregistré par Marek Janowski dans le cadre de son ambitieux projet Wagner chez Pentatone Classics. On retrouve ici la battue claire et allégée de Janowski, à la tête des forces toujours aussi disciplinées de l’Orchestre symphonique de la radio de Berlin, véritable et salutaire fil conducteur de cette intégrale.

Dans la distribution, rien d’indigne, tant s’en faut. Robert Dean Smith est un Siegmund probe et appliqué, plus convaincant que bien d’autres, sans défaut criant, mais sans génie et un peu gris de timbre. Sa jumelle est ici incarnée par Melanie Diener chaleureuse, généreuse de ligne, mais bien prudente dans l’incarnation. Le Hunding de Timo Riihonen est juvénile de timbre, mais manque de noirceur. Son interprétation tout d’un bloc manque de sous-entendus (comprend-il ce qu’il chante lorsqu’il jette à Sieglinde « harre mein’ zur Ruh’ » ?). En Brünnhilde, Petra Lang, habituée des scènes wagnériennes, campe une vierge guerrière vaillante, autrement plus saine vocalement que Linda Watson et Katarina Dalayman dans le Ring viennois de Christian Thieleman. Quant au Wotan de Tomasz Konieczny, sa prestation appelle les mêmes remarques que dans L’Or du Rhin : la voix est riche, prenante, superbement timbrée, mais rien à faire : elle reste une voix d’Alberich plus que de Wotan (histoire d’articulation, de projection des voyelles…). Son entrée au II fait croire, l’espace d’un instant, que Wotan s’est (de nouveau) égaré au Nibelheim… Heureusement, les Adieux parviennent à émouvoir, grâce à un legato parfaitement maîtrisé. La Fricka d’Iris Vermillion s’en sort très bien, et sa prestation au II est franchement convaincante : investie, véhémente, abrupte dans le ton, et d’un timbre inentamé : on aime beaucoup ! On prendra garde d’oublier l’ensemble des huit Walkyries, remarquable et à la mise en place irréprochable.

Une direction cohérente et théatrale, non dépourvue d’idées (comme cet accelerando-ritardando dans les toutes dernières mesures du II)… Une distribution sans faille, autrement plus convaincante, par exemple, que celle réunie à Vienne par Christian Thieleman… On tient là, en apparence, les ingrédients d’une grande Walkyrie. D’où vient, dès lors que l’on peine à être pris par cet enregistrement ? C’est qu’il y manque quelque chose d’imperceptible et pourtant essentiel : cette étincelle mystérieuse qui fait s’enflammer orchestre et chanteurs pour faire vivre le théâtre, et qui réussit à captiver l’auditeur. Il y a de fort belles choses dans cet enregistrement, et pourtant, il ne décolle pas, tel un avion cloué au sol faute de carburant. Et l’on se souvient alors que ce disque est le reflet d’une version de concert, enregistrée d’un trait, sans retouche. Voilà sans doute ce qu’il manque : le souffle du théâtre qui, pour des raisons que l’on ignore, ce soir là faisait défaut. Ce souffle qui transforme des chanteurs en incarnations, et d’un orchestre, parvient à déchaîner les éléments. On n’en tiendra certainement pas rigueur aux musiciens – chef, instrumentistes, solistes. Le parti pris audacieux de leur aventure wagnérienne les exposait fatalement à ce genre de baisse de tension. A aucun moment, leur prestation n’est indigne, ou seulement médiocre. Pour cette raison, et après avoir hésité, on leur attribue bien volontiers un troisième cœur : celui de la constance et de l’honnêteté.

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
pentatone_walkure_front

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Richard Wagner

Die Walküre


Opéra en trois actes Créé à Munich (Königliches Hof- und Nationaltheater) le 26 juin 1870

Siegmund
Robert Dean Smith
Hunding
Timo Riihonen
Wotan
Tomasz Konieczny
Sieglinde
Melanie Diener
Brunnhilde
Petra Lang
Fricka
Iris Vermillion
Gerhilde
Anja Fidelia Ulrich
Ortlinde
Fionnuala MacCarthy
Waltraute
Heike Wessels
Schwertleite
Kismara Pessatti
Helmwiege
Carola Höhn
Siegrune
Wilke te Brummelstroete
Grimgerde
Nicole Piccolomini
Rossweisse
Renate Spingler

Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin Direction musicale
Marek Janowski

Enregistré live à la Philharmonie de Berlin le 24 novembre 2012

4 CD Pentatone classics PTC 5186 407, 216′

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :