Forum Opéra

Missa in illo tempore

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
30 avril 2012
Vieux Mantoue et Mantoue neuf

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Claudio MONTEVERDI
Missa in illo tempore
Missa da capella a sei voci, fatta sopra il motetto In illo tempore del Gomberti
Créée à Mantoue, Basilica di Santa Barbara ,1610
Salve Regina / Regina Cœli, ed. Luigi Collarile. 2011.

Giaches DE WERT
Fantasia per organo
Vox in Rama
Ascendente Jesu
Adesto dolori meo

Nicolas GOMBERT
In illo tempore loquente Jesu

Ensemble Odhecaton

Direction musicale
Paolo da Col

Enregistré dans la Basilica di Santa Barbara, septembre 2011, par Jérôme Lejeune.
1 CD Ricercar. RIC 322.

 

 

Le passage de la prima à la seconda prattica n’a guère d’équivalent dans l’histoire de la musique. Monteverdi change presque tout : les carrures, les transitions harmoniques, l’expression, la respiration. D’une musique d’astronome, décrivant, à sa manière, l’inaltérable constance des révolutions supralunaires, il invente une musique sublunaire, imitant les montagnes, le vent, les passions. La mimétique prend le pas sur l’arithmétique. Ce régime, à peu d’exceptions près, durera quatre siècles, avant que Schoenberg n’entreprenne de parcourir le chemin inverse.

L’histoire des arts ne nous habitue pas à d’aussi brusques torsions : souvent, chaque génie apporte sa touche à une évolution relativement régulière. Mozart, Beethoven, Debussy furent peut-être animés d’une imagination musicale plus puissante que celle de Monteverdi. En revanche, seuls Monteverdi et Schoenberg purent changer le cadre théorique par lequel on conçoit la musique : avec eux, c’est l’ambition même de la musique, c’est sa parentèle scientifique, c’est sa visée théologique qui sont changées. Monteverdi arrache la musique aux sciences du nombre pour l’amener auprès des arts du verbe.

C’est tout cela que l’ensemble Odhecaton nous permet de percevoir : Paolo da Col tisse à l’intérieur de la messe, que Monteverdi a écrite à la manière franco-flamande, deux stances d’un Salve Regina et un Regina Coeli tout récemment redécouverts et inédits au disque. A côté du calme et régulier développement de la messe en style en ancien, ce Salve Regina et ce Regina Coeli sonnent comme des madrigaux, haletants, passionnés, contrastés. Ces incises sont bienvenues : rien ne peut mieux faire percevoir la rupture entre les deux esthétiques ; rien ne peut mieux montrer combien Monteverdi excelle dans chacune d’elle.

L’enregistrement contient en outre quelques pages de Giaches de Wert (1535-1596), compositeur flamand de la cour des Gonzague, une génération plus âgé que Monteverdi, ainsi que le motet « in illo tempore » de Nicolas Gombert (c. 1495 – c. 1560) relatant un épisode de la vie du Christ, où Monteverdi puise le matériau mélodique de sa messe. Monteverdi, en 1610, après les deux œuvres fondatrices de la seconda prattica que sont le Cinquième livre des madrigaux (1605), après l’Orfeo (1607), au moment où les attaques contre le nouveau style qu’il a instauré deviennent plus drues, ne choisit pas ce motet au hasard : « In illo tempore », « en ce temps-là », renvoie à l’ancien régime de la musique, au stile antico hérité de la tradition josquinienne et qu’il choisit de reprendre pour cette messe. Cette lecture de la querelle esthétique à travers le texte du motet choisi par Monteverdi ne fait aucun doute : « en ce temps-là, comme Jésus parlait aux foules, une femme, élevant la voix de la foule, dit : « heureux le ventre qui t’a porté et les mamelles que tu as sucées ! ». Mais lui, il répondit : « heureux plutôt ceux qui écoutent le Verbe de Dieu et qui le gardent ».

D’un point de vue musicologique, le disque est irréprochable : œuvres rares, mise en perspective heureusement agencée, enregistrement dans la Basilica di Santa Barbara de Mantoue, livret riche et bien mené. Du point de vue musical, l’exécution est de grande qualité. On chipoterait à vouloir lui chercher des défauts : la matière sonore est ample, le phrasé est délié, les voix sont homogènes, peut-être un rien tendues dans les aigus, mais rien de bien grave. Bref, Paolo da Col livre incontestablement un travail d’une qualité remarquable.

Pourtant, il est quand même une impression dont on ne peut se départir : un peu comme celle que procurent ces vins du Languedoc vinifiés à la manière des Bordeaux, habilement assemblés et passés en fûts, par de savants œnologues. C’est puissant, c’est rond, c’est expressif, les arômes sont amples et longs, la matière est équilibrée, fondue et soyeuse, et ceci dès l’année de la mise en bouteille : parvenir à ce degré de qualité requiert une maîtrise admirable. Pourtant, il manque les tannins, les frictions, les tensions qui font qu’un vin ou une interprétation suscitent autre chose qu’un suprême et délicieux confort, et qui lui garantissent le meilleur vieillissement. Il y a près de vingt ans, Garrido a eu, avec Monteverdi, le nez fin : il a éliminé les arômes désagréablement acides et leur a substitué des notes boisées, vanillées, confiturées. Il est désormais convenu que la pâte monteverdienne est veloutée, que les graves de l’orchestre sont copieux et que les aigus – voix et cordes – sont doux et lisses. Faut-il aujourd’hui se dépêcher de consommer, ou reste-t-il un bon potentiel de garde ?

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
5400439003224_600

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Claudio MONTEVERDI
Missa in illo tempore
Missa da capella a sei voci, fatta sopra il motetto In illo tempore del Gomberti
Créée à Mantoue, Basilica di Santa Barbara ,1610
Salve Regina / Regina Cœli, ed. Luigi Collarile. 2011.

Giaches DE WERT
Fantasia per organo
Vox in Rama
Ascendente Jesu
Adesto dolori meo

Nicolas GOMBERT
In illo tempore loquente Jesu

Ensemble Odhecaton

Direction musicale
Paolo da Col

Enregistré dans la Basilica di Santa Barbara, septembre 2011, par Jérôme Lejeune.
1 CD Ricercar. RIC 322.

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Pétillant et pétulant
Iakovos PAPPAS, Christophe CRAPEZ, Chloé JACOB
CD