Félicité haendélienne

Dualità - Handel Opera Arias

Par Yvan Beuvard | ven 18 Février 2022 | Imprimer

« Dualità » parce que le CD juxtapose deux portraits de la soliste interprétant des personnages masculins comme féminins. Trois hommes (Faramondo, Tauride et Radamisto, dont seul le premier fut confié à un castrat, les deux autres créés par la Durastanti) pour six héroïnes. C’est le prétexte à l’organisation d’airs, certains célèbres illustrés par ses consœurs (ou confrères contre-ténors) les plus brillant(e)s, d’autres rares que l’on (re)découvre avec autant de bonheur.

Même si elle a chanté Debussy et bien d’autres compositeurs, Emöke Barath, apparue il y a une dizaine d’années sur nos scènes comme dans les bacs de nos disquaires, s’est hissée au rang d’icône du baroque. On a en mémoire l’extraordinaire Orfeo de Monteverdi qu’elle enregistrait avec Philippe Jaroussky en 2017, puis de celui de Gluck l’année suivante. Le CD réunit les deux interprètes pour une configuration bienvenue : notre contre-ténor, qui a tant de fois illustré Haendel, troque sa voix contre la direction. En effet, son ensemble Artaserse, fondé il y a vingt ans déjà, reconnu maintenant comme une des formations baroques qui comptent, avait déjà donné sous sa conduite Il primo omicidio, de Scarlatti, en mai dernier à Montpellier. Violoniste avant de se consacrer essentiellement au chant, Philippe Jaroussky poursuit ainsi sa brillante carrière en ajoutant la direction (comme la transmission) à ce qui le motive. Les extraits de 9 opéras, de 1715 à 1741, couvrant toutes les expressions dramatiques illustrées par Haendel, vont être l’occasion d’un récital qui n’appelle que des louanges.

Comme à l’accoutumée, voire mieux encore, Emöke Barath aime à jouer avec les couleurs propres à chaque rôle. L’air d’ouverture, « Qual leon, che fera irato », d’Arianna in Creta, où Tauride hésite entre la passion et la vengeance, en est le premier témoignage, avec les cors concertants. Le hautbois qui l’accompagne dans « Ah Spietato », que chante Melissa (Amadigi di Gaula), concourt à l’émotion, à la vérité des sentiments. La maîtrise de la ligne, des phrasés, la virtuosité des traits, tout participe à la plénitude de l’air. Le régal est constant à l’écoute des quatorze plages. Ainsi la célèbre plainte « Ombra cara » et « Qual nave smarrita » de Radamisto font-ils figure de références. La deuxième scène de l’acte II d’Alcina est stupéfiante. Le récitatif « Ah Ruggiero crude » est aussi admirable qu’ « Ombre pallide » qui suit, dont l’intensité dramatique est exceptionnelle. Le style, l’élocution, la beauté du timbre, l’extraordinaire longueur de voix, la souplesse, tout participe à la vérité du personnage. Les trois extraits de Giulio Cesare, un palpitant « Che sento ! oh dio ! », le tourmenté largo « Se pietà » (*), et le virtuose « Da tempeste », où notre soliste se joue de tous les pièges avec une rare aisance, nous valent une Cleopatra d’exception. Des aigus étincelants y tutoient des graves corsés.  Il faudrait citer le rare « Ai Greci questa spada » (Deidamia), irrésistible.

L’air de Lotario sur lequel s’achève le CD ouvrait celui de Sandrine Piau (superbe, riche, mais inégal). « Scherza in mar la novicella » est jubilatoire, étourdissant. Les récitals comportaient un autre air commun, « Da tempeste » de Giulio Cesare. La comparaison s’avère enrichissante, en faveur du présent enregistrement, qu’il s’agisse de la voix comme de l’orchestre. Ce disque est une pépite, à ranger à côté de La Francesina, où Sophie Junker, avec Franck-Emmanuel Comte, illustrait le même répertoire (sans aucun doublon).

L’ensemble Artaserse aux phrasés superbes – aux cordes de velours, avec un hautbois, un basson (« Se pietà »), et des cors remarquables (« Qual Leon… ») - répond idéalement aux intentions du chef et se marie remarquablement à la soliste (ses silences et unissons avec la voix, du « Ah Ruggiero crude »). La seule réserve, minime, réside dans l’éloignement discret du clavecin.

A noter, outre le concert des Grandes Voix le 11 mars au TCE, le Giulio Cesare programmé à Paris** (11 au 22 mai) puis à Montpellier (5 au 11 juin), où nous retrouvons nos interprètes, avec une distribution superlative (Gaëlle Arquez, Franco Fagioli, Lucile Richardot, Carlo Vistoli…) dans une mise en scène de Damiano Micheletto. 

* Qui figuraient déjà sur le remarquable CD de Jeanine de Bique (Miroir, mon beau miroir…)
**Cléopâtre sera chantée par Sabine Devieilhe au TCE, et par Emöke Barath à Montpellier.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.