Forum Opéra

Grands prix Forum Opéra 2009

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Actualité
8 février 2010

Infos sur l’œuvre

Détails

Le même jour que les Victoires de la Musique Classique mais avec une courte longueur d’avance, Forum Opéra annonce les vainqueurs de ses trophées 2009 : l’Arabella de Platine qui couronne l’artiste du monde lyrique ayant exercé durant l’année passée le rôle le plus positif et l’Ortrud de cristal qui, lui, stigmatise la personnalité la plus agaçante.

ARABELLA DE PLATINE : Jonas Kaufmann

A chaque époque, ses ténors. La nôtre, toujours plus pressée, en consomme un tous les deux ans. C’est Jonas Kaufmann qui depuis quelques mois supplante les Cura, Alagna et Villazon d’autrefois : une capacité à tout chanter ou presque : l’allemand, sa langue naturelle, mais aussi l’italien et le français qu’il ombre de couleurs inhabituelles, ce que le public semble adorer. Un timbre légèrement voilé qui participe au mystère, une émission égale, une longueur confortable, l’aigu suffisamment affirmé pour délivrer quelques notes élevées à faire se pâmer les cœurs sensibles, de la réserve qui lui tient lieu d’élégance, et pour ne rien déranger, une gueule d’amour. Au disque, Sehnsucht a peu ou prou tenu les promesses de Romantic Arias, son premier récital chez Decca. Sur scène, le beau ténébreux va de succès en triomphe. Incapable de résister, la rédaction de Forum Opéra lui décerne son Arabella de platine 2009. Son Werther acclamé à Paris par la critique et le public semble continuer de lui donner raison. Christophe Rizoud

ORTRUD DE CRISTAL : Philippe Jaroussky

 

C’est ce qu’on appelle un dommage collatéral. Car, rien chez Philippe Jaroussky ne le prédestinait à recevoir l’Ortrud de cristal 2009. Au contraire : un timbre unique servi par une musicalité hors pair et une personnalité attachante qui, l’année passée encore, ont fait merveille. Opium, son récital de mélodies françaises, est un de ces enregistrements dont on le parfum continue d’entêter longtemps après l’avoir respiré et sa compilation airs oubliés de Johann Christian Bach, La dolce fiamma, même si elle a moins convaincu, recèle quelques trésors. Oui mais voilà, en même temps, qu’il rendait hommage au dernier fils de Johann Sebastian, Philippe Jaroussky s’engouffrait dans la brèche ouverte ad nauseam par Cecilia Bartoli, celle des castrats. Un sacrifice à la mode qu’une partie de la rédaction, contre l’avis de l’autre, a voulu sanctionner. Christophe Rizoud

Revoir le palmarès des éditions précédentes

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Eve-Maud Hubeaux est actuellement à l’affiche d’une nouvelle production de La Vestale à l’Opéra de Paris.
Interview
Après une Carmen remarquée en 2023 à l’Opéra de Rouen, Romain Gilbert vient de mettre en scène une flamboyante Gioconda au Teatro San Carlo de Naples. Quelques semaines avant le début du Festival d’Aix, dans lequel il mettra en espace la Clémence de Titus et assistera Claus Guth pour un Samson très attendu, rencontre avec le metteur en scène.
Interview
Le 29 janvier 1909 à Torre del Lago, la jeune Doria Manfredi, employée de la famille Puccini, meurt empoisonnée, poussée au suicide par Elvira Puccini qui l’accusait d’être la maîtresse de son mari. Le scandale est énorme. Si l’innocence de la jeune fille est rapidement reconnue, il faudra près de cent ans pour connaître l’incroyable vérité.
Actualité
[themoneytizer id="121707-28"]