La charrue avant les bœufs

Alleluia

Par Laurent Bury | lun 11 Mars 2013 | Imprimer
 
Oui, oui, cela gazouille et susurre, cela ressemble au cri doux que l’herbe agitée expire, mais est-ce pour autant l’extase langoureuse ? De la langueur, peut-être, mais de l’extase ? La fameuse « voix pure » de Julia Lezhneva suffit-elle à porter ce disque d’un bout à l’autre ? Il ne s’agit pas ici de contester la maîtrise technique de la jeune soprano russe, constatée dès son premier récital Rossini dirigé par Marc Minkowski. Depuis, Lezhneva a su se faire sa place dans le répertoire baroque, où elle peut déployer toute la virtuosité dont elle est capable sans surexposer sa voix. Quant à la fameuse pureté qu’on lui attribue, elle pourrait être plus céleste, et l’on serait plutôt tenté d’y voir une certaine façon de chanter droit, comme ont eu un peu trop tendance à le faire certains interprètes en musique ancienne. Non, le problème résiderait plutôt dans le relatif déficit d’expressivité que l’on constate dans ce disque.
La faute en serait-elle au latin, langue que Stravinsky avait voulue pour son Œdipus Rex afin de s’éloigner au maximum des affects du genre opéra ? Non, car après tout, le texte de ces motets n’est pas dénué d’émotion, on peut y trouver des éléments propres à éveiller une réaction directe de l’interprète : pour ne prendre que le titre de la première et de la dernière des quatre œuvres réunies, la fureur et la jubilation sont des sentiments que tout artiste lyrique se doit de savoir transmettre dans son chant. Hélas, celui de Julia Lezhneva reste toujours très extérieur, très policé, comme si les instrumentistes assumaient sur leurs seules épaules toute la charge expressive de la musique, pour permettre à la soprano de veiller à la netteté de ses vocalises. L’engagement, la superbe véhémence des musiciens du Giardino Armonico appellerait en réponse un chant plus habité, moins appliqué. L’évocation des larmes joyeuses que Jésus doit faire verser, dans In furore de Vivaldi, devrait idéalement susciter chez l’auditeur un tant soit peu d’identification. Sandrine Piau a pourtant bien montré qu’il est possible de toucher avec cette musique sans basculer dans l’histrionisme d’une Bartoli. Le comble est atteint avec ces interminables notes fixes, ou ces syllabes répétées, les A des Alleluia, par exemple, où le désir d'imiter les sonorités instrumentales semble poussé un peu trop loin.
Avec le Saeviat tellus de Haendel, dont l’Aria d’ouverture sollicite la chanteuse autant que les airs les plus virtuoses de l’Ange de La Resurrezione, on retrouve les capacités spectaculaires qu’on avait admirées dans le disque Rossini, cette aisance dans le grave comme dans l’aigu. Hélas, passé les premiers éclats, la soprano retombe un peu dans sa placidité, et c’est le sommeil, plus que l’apaisement, qui guette avec « O nox dulcis, quies serena ». In caelo stelle clare de Porpora est une première au disque : œuvre aimable, mais sans rien d’inoubliable, et dont l’inspiration se situe nettement un cran en dessous des autres mots qui l’encadrent. Avec l’Exsultate Jubilate de Mozart, où même l’orchestre semble se laisser un peu gagner par la somnolence, on ne peut là encore que souligner, malgré la beauté réelle de la voix et la précision des vocalises, combien Julia Lezhneva a la jubilation paisible et bien peu jubilatoire. Et l’on en revient à l’éternelle question, sur ces artistes auxquels les maisons de disque ne laissent plus le temps de mûrir, de faire leur un répertoire. Decca a « racheté » la jeune soprano russe à Naïve : n’aurait-on pas mis la charrue avant les bœufs en lui faisant enregistrer ce programme avant qu’elle ait pu l’interpréter en concert, devant un public, et donc le vivre davantage ?
 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.