La déveine d'Halévy

La Reine de Chypre - Paris (TCE)

Par Laurent Bury | mer 07 Juin 2017 | Imprimer

C’est vrai, La Juive fait depuis peu un véritable retour en force, en partie grâce à un livret auquel la Seconde Guerre mondiale a conféré une résonance imprévue. C’est vrai, Clarì a connu les honneurs du DVD grâce à l’intérêt de Cecilia Bartoli pour la Malibran. C’est vrai, Pierre Jourdan a jadis monté  Charles VI et même Noé à Compiègne. Et pourtant, Halévy n’a vraiment pas de chance. Alors que les bonnes fées du Palazzetto Bru Zane se penchaient enfin sur son cas, un mauvais sort nous a privés de la résurrection attendue.

Oh, le concert a bien eu lieu, et Hervé Niquet a bien dirigé la partition de La Reine de Chypre avec toute l’énergie qu’il déploie d’ordinaire pour faire revivre ce répertoire. L’Orchestre de chambre de Paris nous a bien permis d’entendre un grand opéra en cinq actes, avec ses fracassants ensembles et ses moments plus intimes, avec ses facilités parfois, comme les flonflons de la liesse populaire du quatrième acte. Régulièrement sollicité par le Centre de musique romantique française, le Chœur de la radio flamande s’est montré une fois de plus admirable dans chacune de ses interventions, du murmure jusqu’au cri (les deux derniers actes en particulier ont donné à entendre toute la diversité de ce dont il est capable).

La distribution a elle aussi tenu ses promesses. Seul non francophone présent ce soir-là, Christophoros Stamboglis a fort bien interprété son rôle, avec une diction tout à fait honorable et surtout le timbre de basse qu’exige la partition. Eric Huchet trouve en Mocénigo un personnage de méchant de mélodrame dont il prend plaisir à distiller le fiel, méchant d’opérette aussi avec cet air guilleret que le livret lui confie vers le milieu de l’œuvre. Etienne Dupuis s’inscrit depuis quelques années dans la lignée des meilleurs barytons de style français, et son Lusignan possède la force et l’élégance nécessaires ici. Sans être exactement la mezzo que fut sans doute Rosine Stoltz, Véronique Gens prête au rôle-titre toute son habituelle noblesse et réussit une incarnation vibrante qui confirme son titre de tragédienne apte à défendre tout un répertoire auquel elle vient peu à peu.


Palazzetto Bru Zane © Gaëlle Astier-Perret

Oui, mais… La Reine de Chypre inclut aussi un grand rôle de ténor, conçu pour Duprez, alors pilier de l’Académie royale de musique. Gérard de Coucy appelle un artiste capable d’émettre avec force des aigus par charretées entières. Aujourd’hui, Michael Spyres y ferait merveille, ou peut-être Bryan Hymel. Initialement, c’est à Marc Laho que devait échoir le personnage. Première annulation. Cyrille Dubois lui succède et participe aux répétitions. Il tombe malade. Deuxième annulation. Le matin du 7 juin, Sébastien Droy découvre la partition qu’il chantera le soir même. On peut donc considérer qu’il a sauvé le concert. Hélas, hormis quelques moments où il chante vraiment, avec un volume sonore toutefois réduit, le ténor n’aura guère pu que « marquer », et encore. Dans de nombreux passages, il indique la hauteur des notes plus qu’il ne les chante ; à certains moments, les auditeurs du parterre ne captent plus qu’un discret filet de voix, et les ensembles le trouvent systématiquement aux abonnés absents. Impossible d’en vouloir à un artiste dans ces conditions, mais la frustration est immense. Le disque prévu – avec un autre interprète – nous en consolera-t-il ? Attendons…

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.