Forum Opéra

Questionnaire de Proust : Alois Mühlbacher « Je ne chanterai plus jamais le rôle de Zerbinetta »

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
7 mai 2022
Questionnaire de Proust : Alois Mühlbacher « Je ne chanterai plus jamais le rôle de Zerbinetta »

Infos sur l’œuvre

Détails

Le jeune contre-ténor autrichien, Aloïs Mühlbacher vient d’enregistrer le Nisi Dominus de Vivaldi. S’il a fait ses débuts sur scène au Staatsoper de Vienne, ses compatriotes le connaissaient déjà en qualité de boy soprano star. Le voici face au Questionnaire de Proust de Forumopera.


Mon meilleur souvenir sur scène ?
Lorsque j’ai passé ma première audition pour le rôle du jeune berger dans Tannhäuser à l’Opéra d’État de Vienne, à l’âge de quinze ans. On m’a confié le rôle pour la soirée d’ouverture et les cinq représentations suivantes.

Mon pire souvenir sur scène ?
Mon pire souvenir est aussi celui de la soirée d’ouverture de Tannhäuser : les chanteurs ont été acclamés avec enthousiasme après la représentation, mais le public a hué le metteur en scène de manière choquante ! Depuis lors, il est en quelque sorte gravé dans mon esprit de vivre des choses très contrastées pendant la même journée.

Le livre qui a changé ma vie ?
En fait, ce n’est pas un livre qui a changé ma vie, mais un poème ! Je me souviens clairement du voyage en train avec mon mentor Franz Farnberger lorsque je suis tombé sur un magazine qui parlait du classement des meilleurs poèmes allemands – « Herbsttag » de Rilke a remporté le premier prix ! Après avoir lu le poème et médité son contenu, j’ai été profondément fasciné par la langue et le rythme ! Ce poème significatif a suscité ma passion pour la poésie de Rilke ! Depuis lors, j’ai développé une nouvelle attitude envers la poésie et la littérature en général. 

Le chanteur mort avec lequel j’aimerais chanter ?
Luciano Pavarotti. En fait, je ne suis pas vraiment convaincu que M. Pavarotti souhaite participer au même spectacle que moi ! Cependant, ce serait une expérience inoubliable et incroyable pour moi de lui poser quelques questions personnelles ! En écoutant sa voix, je ressens une facilité très particulière et une incroyable légèreté ! Pour moi, en tant que musicien, la voix de Pavarotti est unique ! 

Mon plus grand moment de grâce dans un musée ?
Je me souviendrai toujours de ma première visite au Musée d’art de Vienne, lorsque j’ai découvert l’impressionnant tableau Winterbilder de Pieter Bruegel !

La ville où je me sens chez moi ?
Vienne.

La ville qui m’angoisse le plus ?
Il n’en existe guère, pour l’instant. 

Ce qui, dans mon pays, me rend le plus fier ?
Je suis vraiment fier d’être né dans un pays qui a vu naître un si grand nombre de compositeurs classiques !

Le metteur en scène dont je me sens le plus proche ?
Margit Legler, qui est une spécialiste de la gestuelle baroque et célèbre pour ses recherches sur l’expression corporelle dans la danse baroque ! Elle m’a vraiment appris beaucoup de choses sur les mouvements du corps lorsque je chante. Ses instructions pratiques sont extrêmement utiles pour moi en tant que chanteur et elles permettent à ma voix de s’articuler très librement !

Mon pire souvenir avec un metteur en scène ?
J’aimerais mieux ne pas répondre à la question.

Si j’étais une symphonie ?
La Neuvième de Bruckner – Pour moi, il y a tout ce que l’auditeur peut rechercher : amour, anxiété, humilité, haine, agression et perspicacité ! Cependant, par-dessus tout, il y a un fort désir de faire le bien – et c’est quelque chose que je vise aussi !

Si j’étais une sonate ?
Beethoven, la Pathétique

Si j’étais un quatuor à cordes ?
Olivier Messiaen : « Quatuor pour la fin du temps »

Si j’étais un air ?
« Erbarme dich » de la Passion selon Saint-Matthieu 

Un chanteur du passé qui me rend fou ?
Edita Gruberova

Un chanteur actuel qui me rend fou ?
Christian Gerhaher

Si j’étais un personnage de Harry Potter ?
Peut-être Ron Weasley

Le compositeur auquel je dirais « Mon cher, ta musique n’est pas pour moi » ?
Vincenzo Bellini

Mon pire souvenir des dernières années ?
Quand j’avais sept ans, j’ai eu un accident très tragique : Je suis tombé dans un puits d’eaux usées non protégé de trois mètres de profondeur, la tête la première – une cicatrice sur ma joue me rappelle encore cette expérience traumatisante ! Ma vie ne tenait qu’à un fil ! Heureusement, mes parents et mes amis ont réussi à me sauver à temps ! Cependant, je pense que depuis lors, j’apprécie la vie d’une manière très spéciale jusqu’à aujourd’hui !

Le rôle que je ne chanterai plus jamais ?
Zerbinetta – Il existe un enregistrement de moi, enfant, chantant ce rôle. Je ne pourrais absolument plus le chanter.

Ma devise ?
J’aspire au meilleur mais je me prépare au pire.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Infos sur l’œuvre

Détails

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Sa vie, sa foi, son cœur, son sang
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Amina Edris chante Beatriz dans The Exterminating Angel de Thomas Adès, à l’Opéra national de Paris du 29 février au 23 mars 2024
Interview