Forum Opéra

Questionnaire de Proust : Benjamin Appl : « J’aurais adoré chanter avec Carlos Gardel. »

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
26 mai 2023
Baryton allemand, nouvelle coqueluche du Lied, Benjamin Appl se dévoile dans notre Questionnaire de Proust en jeune homme sensible et sage.

Infos sur l’œuvre

Détails

Mon meilleur souvenir dans une salle d’opéra ?
Je pense que la performance la plus bouleversante que j’ai jamais vécue en termes d’excellence musicale a été celle d’Adriana Lecouvreur au Royal Opera House de Londres en 2011. J’ai été bouleversé sur le plan émotionnel et je n’ai pas honte de dire que j’ai été ému aux larmes ! Un opéra qui me touche également est Dialogues des Carmélites de Poulenc. Il s’agit d’un livret essentiel et profond – il n’y a pas de prétention, ni de sentiment d’en faire trop, comme c’est parfois le cas dans d’autres œuvres.

Mon pire souvenir dans une salle d’opéra ?
Il s’agit probablement d’une représentation de Così fan tutte à l’English National Opera en 2012. Ce n’est pas à cause de la représentation elle-même, qui était brillamment exécutée et chantée, mais mon grand-père en Allemagne était très malade et nous nous attendions au pire. Je me souviens que j’étais assis au deuxième acte et que ma mère m’appelait à plusieurs reprises (avec mon téléphone en mode silencieux, bien sûr). Je ne pouvais évidemment pas répondre ou quitter le théâtre, mais je sentais que quelque chose de triste s’était produit et rester assis pendant la seconde partie, plutôt longue, a été une expérience très difficile, et cela signifiait que je n’étais plus entièrement concentré sur la scène.

Le livre qui a changé ma vie ?
En fait, c’est un livre que j’ai lu quand j’étais enfant et qui m’a ému comme aucun autre livre ne l’a fait depuis. D’une certaine manière, je ne me suis jamais senti lié à un autre livre de la même manière depuis. Il s’agit de Brüder wie Freunde (Frères comme amis) de Klaus Kordon, qui se déroule à Berlin-Est après la guerre et raconte l’histoire d’un garçon de sept ans et de son demi-frère qu’il idolâtre. Lorsque leur mère annonce qu’elle a l’intention d’épouser un autre homme, des problèmes surgissent et le demi-frère révèle au garçon un secret qui met sa vie en danger et qui la change à jamais. Ce livre explore de nombreux aspects essentiels de la vie : la vie en commun et les liens émotionnels entre les êtres humains et la famille.

Le chanteur du passé avec lequel j’aurais aimé me produire.
Je dirais probablement le chanteur Johann Michael Vogl, pour lequel Schubert a composé certaines de ses plus belles mélodies et qui a créé la plupart d’entre elles. Cela a dû être extraordinaire de chanter avec lui et d’être accompagné par Schubert lui-même. J’aurais également aimé chanter avec l’inoubliable artiste de tango Carlos Gardel, car j’admire sa liberté et sa façon de colorer les mots et de jouer avec le rythme. Il y a tant à apprendre de lui.

Mon plus grand moment de grâce face à une œuvre d’art.
Je me souviens très bien de la première fois que j’ai vu l’Apollon et Daphné du Bernin à la Galleria Borghese à Rome. L’œuvre est placée dans une salle relativement petite et pleine de gens qui se bousculent. Mais tout cela ne m’a pas empêché de rester là et d’oublier tous les « bruits » extérieurs – j’ai simplement regardé, bouche bée, cette incroyable statue, incrédule que quelqu’un l’ait réellement faite en marbre. C’est extraordinaire.

La ville où je me sens chez moi ?
C’est une question très délicate. L’année dernière, j’ai passé environ trois semaines au total chez moi, le reste du temps je voyageais d’un endroit à l’autre. C’est merveilleux de se produire dans une ville où l’on connaît des gens, car ils vous donnent souvent le sentiment d’être à l’aise et de vous sentir presque chez vous. Bien sûr, les liens avec la ville de Ratisbonne, où je suis né, sont très forts puisque toute ma famille y vit, mais j’ai aussi toujours le sentiment de rentrer chez moi lorsque j’atterris à Londres, que j’appelle ma maison depuis treize ans.

La ville qui m’angoisse ?
Lorsque j’avais six ans, ma famille et moi avons visité Naples et je me souviens très bien avoir marché dans une rue particulière et d’avoir ressenti une telle peur que nous avons décidé de repartir ! Aujourd’hui, c’est l’une de mes villes préférées au monde. Un autre souvenir fort, mais plus récent, est celui d’une balade en voiture à Mumbai, qui m’a angoissé pour des raisons évidentes… !

Ce qui, dans mon pays, me rend le plus fier ?
En tant qu’Allemand d’origine, je dois être honnête et dire que l’idée de fierté nationale est quelque chose avec laquelle il est permis de débattre, compte tenu de l’histoire du pays au 20e siècle. Récemment, mes sentiments sont devenus un peu plus ambivalents et je dirais que la créativité et le courage des poètes, compositeurs et philosophes allemands, ainsi que la manière dont ils ont exprimé leurs émotions, en particulier pendant la période romantique, sont des choses que j’apprécie beaucoup. Je suis également considéré comme citoyen britannique aujourd’hui. Au Royaume-Uni, je dirais donc que j’aime la mentalité des gens. À mon avis, les Britanniques ont toujours quelque chose de centré et de réfléchi (un mélange de politesse et d’euphémisme), ce que j’ai toujours trouvé rafraîchissant !

Le metteur en scène dont je me sens le plus proche ?
Rosamund Gilmore, qui vient du monde de la danse, est une metteuse en scène qui a vraiment compris ma personnalité dès notre première rencontre. J’ai adoré travailler avec elle à Munich et à Berlin sur l’opéra Tri Sestri d’Eötvös. J’ai également beaucoup apprécié ma collaboration avec Calixto Bieito à Paris récemment. Il a la capacité de faire germer de grandes idées dans votre tête, avec lesquelles vous repartez, réfléchissez et revenez le lendemain avec l’envie de proposer quelque chose de nouveau, encore et encore.

Mon pire souvenir avec un chef ?
Un jour, on m’a demandé de chanter une grande pièce contemporaine lors d’un important festival d’été avec un jeune chef d’orchestre. En raison de ses propres insécurités et de son manque de préparation, il m’a fait chanter la pièce encore et encore, y compris le jour du concert (pendant la répétition générale le matin même). C’est le manque de volonté de collaborer positivement qui a été si décevant, ainsi que l’égoïsme dont il a fait preuve pour s’assurer que sa propre performance et son image soient maintenues à tout prix. Faire passer cette fierté avant le bien-être des autres artistes et musiciens est quelque chose que je n’ai pas apprécié. J’aime à penser que la musique est exactement le contraire : c’est une question de générosité et de partage.

Le chef ou la cheffe qui m’a le plus appris ?
J’ai eu la chance de travailler avec de nombreux chefs d’orchestre inspirés, mais c’est peut-être le spécialiste de la musique ancienne Reinhard Goebel qui m’a le plus appris en termes de compréhension stylistique et musicale de la période. Il est tellement passionné par son travail, et bien qu’il ait souvent des opinions très tranchées sur la musique que je ne partage pas toujours, il y a toujours beaucoup à apprendre et à réfléchir. Il met au défi ses partenaires musicaux sur scène et en dehors et est prêt à préparer le répertoire avec vous pendant des jours. C’est assez rare dans le monde musical très rapide qui est le nôtre aujourd’hui.

À part chanter, ce que j’ai dû faire de plus compliqué sur scène ?
Récemment, j’ai interprété une version mise en scène du Winterreise de Schubert à La Model, une prison située au cœur de Barcelone. Chanter cette musique dans un espace où des personnes sont emprisonnées pour leurs convictions politiques, en particulier à l’époque de Franco, chanter depuis l’intérieur des cellules, toucher les murs qui ont connu tant de douleur et de brutalité, c’était quelque chose de très intense. En outre, la production était physiquement exigeante et nécessitait de grimper sur le piano ouvert et de s’allonger sur les cordes tout en chantant et en courant beaucoup, ce qui était physiquement très difficile mais aussi incroyablement gratifiant.

Si je pouvais apprendre un instrument du jour au lendemain, lequel serait-il ?
J’ai toujours aimé l’instrument bavarois/autrichien appelé cithare, car il me parle et me rappelle mon enfance. Je suis certain qu’un jour prochain, j’essaierai de l’apprendre et peut-être de m’accompagner pour quelques mélodies.

Un opéra dont j’aurais voulu être le créateur du rôle-titre ?
Cela a dû être incroyable de travailler avec Mozart dans le rôle-titre de son opéra Don Giovanni. Un autre rôle que je trouve tout aussi fascinant est celui de Billy Budd, avec toutes les couches du personnage. Avoir été présent lors de sa création par Benjamin Britten a dû être extraordinaire.

Le chanteur du passé dont l’écoute m’a le plus appris ?
Il s’agit sans aucun doute de mon mentor Dietrich Fischer-Dieskau, dont je continue à apprendre beaucoup grâce à ses enregistrements. Ce sont les références pour presque tout le répertoire allemand.

Le chanteur du présent que je trouve d’une générosité rare ?
La soprano Felicity Lott, avec laquelle j’ai eu la chance de chanter sur scène à plusieurs reprises, est pour moi l’une des interprètes les plus généreuses de notre époque. Elle déborde littéralement de générosité. Même lorsque je monte sur la scène du Wigmore Hall, où elle est souvent assise en tant qu’auditrice dans l’auditorium, je la repère en quelques secondes, car elle rayonne de bonté dans tout l’espace. Un jour, j’ai traversé une période difficile pendant deux semaines et il n’était pas facile de chanter. Elle est venue assister à une répétition, juste pour être là pour moi et m’envoyer de bonnes ondes. Je ne l’oublierai jamais et je lui en serai éternellement reconnaissant.

Si j’étais un personnage de Disney ?
J’aimerais être Peter Pan – enfant, j’ai toujours voulu pouvoir voler ! Et ne jamais perdre l’approche innocente et enfantine de la vie n’est pas si mal non plus, je pense…

Mon plus grand moment d’embarras ?
Je ne sais pas si c’est vraiment le moment le plus embarrassant de ma vie, mais j’ai voulu que le sol m’engloutisse lorsque, après une conférence publique de Niklaus Harnoncourt sur les représentations historiquement informées, j’ai levé la main lors de la séance de questions-réponses et, Dieu sait d’où cela vient, j’ai commencé ma question par… « Maestro van Karajan ».

Le compositeur auquel j’ai envie de dire « mon cher, ta musique n’est pas pour moi » ?
J’y ai vraiment réfléchi, mais je n’ai pas de réponse à cette question.

Ma personnalité historique préférée.
Quand j’étais petit, j’avais envie d’être Louis II de Bavière, mais je ne suis pas certain de toujours y tenir énormément.

Si l’étais un Lied ou une Mélodie.
Cela varie d’heure en heure, en fonction de mon humeur ou de l’écho qu’un Lied ou un poème trouve en moi.

Mon pire souvenir historique des 40 dernières années.
Je crois que c’était le lendemain de l’annonce des résultats du référendum sur le Brexit et je me suis promené dans la ville de Londres. Je n’ai jamais connu une atmosphère aussi sombre et déprimante.

Le rôle que je ne chanterai plus jamais.
Ne jamais dire jamais, mais la partie de baryton dans Carmina Burana ne me semble pas très gratifiante.

Ma devise
Profitez de la vie et soyez reconnaissant pour chaque instant. Il est facile de s’agacer ou de s’énerver pour de petites choses sans importance, en particulier lorsque l’on voyage beaucoup, alors essayez d’apprécier les choses agréables et les aspects merveilleux de la vie qu’il nous est donné de vivre.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Après Achille dans Iphigénie en Aulide au Festival d’Aix-en-Provence, Alasdair Kent aura plusieurs occasions de chanter en France la saison prochaine.
Interview
[themoneytizer id="121707-28"]