Forum Opéra

Questionnaire de Proust : Bruno De Simone « Le chanteur dont l’écoute m’a le plus appris ? Mario Del Monaco ! »

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Interview
5 octobre 2022
Questionnaire de Proust : Bruno De Simone « Le chanteur dont l’écoute m’a le plus appris ? Mario Del Monaco ! »

Infos sur l’œuvre

Détails

Alors qu’il répète le rôle du désopilant Don Gerionio dans Il Turco in Italia à l’Opéra Royal de Wallonie, le légendaire baryton italien Bruno De Simone se soumet à la déclinaison lyrique du Questionnaire de Proust. Il tient néanmoins à préciser ceci :

Je crois que dans la mission d’un artiste, doit impérativement figurer le devoir moral de transmettre son expérience aux jeunes collègues : ceux qui n’ont pas eu la chance, comme moi, de connaître les grands du siècle dernier ou même de chanter avec eux? Voilà vingt ans que je parviens à réserver à l’enseignement un espace dans mon calendrier artistique. Il me semble primordial de le faire quand dans la pleine possession de sa tonicité et avec la juste communication !


Mon meilleur souvenir dans une salle d’opéra ?

J’ai fait mes débuts aux Arènes de Vérone en 2007 en chantant Don Bartolo. Mon plus beau souvenir est quand je suis entré sur scène à la première et que j’ai vu environ 17.000 lumières s’allumer : une expérience extraordinaire et inoubliable. Aussi parce que j’ai été le deuxième Don Bartolo de l’histoire à chanter dans l’arène : le premier avait été Enzo Dara. J’ai, depuis, recu le Prix Enzo Dara.

Mon pire souvenir sur scène ?

Par bonheur, en 42 ans de carrière, je ne me souviens de rien qui mérite d’être relaté ici.

Le livre qui a changé ma vie ?

Outre les grands ouvrages de la littérature grecque (j’adore le culture humaniste), j’aimerais évoquer les livres de Deepak Chopra, l’un des plus grands esprits du siècle dernier : Indien, neuro-endocrinologue américain, il combine les deux milieux culturels dans une synthèse d’une valeur énorme, dans une vision holistique de la santé et de la vie parfaite.

Le chanteur du passé avec lequel j’aurais aimé me produire. 

J’ai eu la grande chance d’avoir pu chanter avec certains des plus grands du passé : Alfredo Kraus, le premier qui a entendu et jugé ma voix à l’âge de douze ans et avec lequel j’ai également chanté Werther, Jaime Aragall, Montserrat Caballé, Nicolai Ghiaurov et bien d’autres. Mais tout aussi satisfaisant fut de gagner six concours de chant avec des jurys où j’ai rencontré : Carlo Bergonzi, Renata Tebaldi, Mario Del Monaco, Nicola Rossi Lemeni, Aldo Protti et bien d’autres encore… Je regrette toujours que les jeunes d’aujourd’hui ne puissent pas avoir des chances analogues.

Mon plus grand moment de grâce face à une œuvre d’art. 

Ces moments sont nombreux. Par exemple, visiter les différents musées de Berlin, une ville que j’aime beaucoup, qui compte 160 musées.

La ville où je me sens chez moi ?

La ville où j’ai pu le mieux m’exprimer sur scène.

Ce qui, dans mon pays, me rend le plus fier ?

La culture et son histoire, sans aucun doute, qui sont malheureusement de moins en moins valorisés, tout comme sa langue, qui est la plus phonogène de toutes, bien qu’elle soit le moins parlée au monde.

Le chef ou la cheffe qui m’a le plus appris ?

Actuellement, je pourrais en citer quelques-uns, mais j’aime me souvenir du passé : Peter Maag, un maestro d’une valeur extraordinaire, tant artistique qu’humaine : le seul à avoir toujours été accompagné au moins deux jeunes assistants qui l’accompagnaient et apprenaient constamment de lui. 

Mon pire souvenir avec un chef ?

Une fois, pour un Barbiere di Siviglia, à la première répétition musicale, un chef m’a demandé la signification des paroles chantées par Fiorello : nous étions dans un grand théâtre…

À part chanter, ce que j’ai dû faire de plus compliqué sur scène ?

Il en existe plusieurs, notamment faire trempette dans la piscine de la scène en chantant et en plongeant dans…

Si je pouvais apprendre un instrument du jour au lendemain, lequel serait-il ?

Mon instrument préféré : le violoncelle !

Un opéra dont j’aurais voulu être le créateur du rôle-titre ?

Rigoletto.

Le chanteur du passé dont l’écoute m’a le plus appris ?

Ceux déjà évoqués, mais surtout Mario Del Monaco que j’ai entendu dans au moins sept rôles.

Le chanteur du présent que je trouve d’une générosité rare ?

Malheureusement, il n’y en a pas beaucoup… mais mon préféré est Ludovic Tézier, avec qui j’ai eu le plaisir de chanter dans La Forza… et j’ai pu constater sa grande valeur et aussi sa grande humilité, typique des grands et, hélas, de plus en plus rare…

Mon plus grand moment d’embarras ?

Il accusait toujours les autres : les collègues en difficulté…

Le compositeur auquel j’ai envie de dire « mon cher, ta musique n’est pas pour moi » ?

Aucun.

Ma personnalité historique préférée.

Il y en a tant. Charlemagne ?

Mon pire souvenir historique des 40 dernières années.

Ce que nous vivons maintenant, à cause de l’absurdité méchante qui découle également de l’obtuse prévention.

Le rôle que je ne chanterai plus jamais.

J’en ai chanté 76 et je les rechanterais tous !

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Parole et Musique fait revivre L’Ombre, un rarissime opéra-comique français de Friedrich von Flotow. Ce magnifique ouvrage rapidement disparu de l’affiche fut une victime collatérale de la guerre de 1870, déclarée 12 jours après la première.
Interview
Après une Carmen remarquée en 2023 à l’Opéra de Rouen, Romain Gilbert vient de mettre en scène une flamboyante Gioconda au Teatro San Carlo de Naples. Quelques semaines avant le début du Festival d’Aix, dans lequel il mettra en espace la Clémence de Titus et assistera Claus Guth pour un Samson très attendu, rencontre avec le metteur en scène.
Interview
Le 29 janvier 1909 à Torre del Lago, la jeune Doria Manfredi, employée de la famille Puccini, meurt empoisonnée, poussée au suicide par Elvira Puccini qui l’accusait d’être la maîtresse de son mari. Le scandale est énorme. Si l’innocence de la jeune fille est rapidement reconnue, il faudra près de cent ans pour connaître l’incroyable vérité.
Actualité
[themoneytizer id="121707-28"]